Yukon, le dernier grand espace sauvage de l’Amérique du Nord en péril

  Aucun commentaire
pin button
Page 1/11

Les caribous entament leur périple migratoire depuis les aires de mise bas, dans la réserve naturelle nationale de l’Arctique, en Alaska, jusqu’aux aires d’hivernage du Yukon. © Paul Nicklen

Les caribous entament leur périple migratoire depuis les aires de mise bas, dans la réserve naturelle nationale de l’Arctique, en Alaska, jusqu’aux aires d’hivernage du Yukon. © Paul Nicklen

Aventuriers et chercheurs d’or affluent en nombre dans le Yukon, menaçant l’un des derniers grands espaces sauvages d’Amérique du Nord.

Shawn Ryan se souvient des années de famine, avant sa première grande découverte. Le prospecteur et sa famille habitaient dans une cabane en tôle, à la périphérie de Dawson. La ville-champignon du Klondike n’était déjà plus que le fantôme de son âge d’or.

La famille vivait avec quelque 200 euros, sans eau courante ni électricité. Une nuit où le vent s’infiltrait par les trous du revêtement extérieur, la femme de Ryan, Cathy Wood, lui a dit qu’elle craignait que leurs deux enfants ne meurent de froid.

© Carte du NGM

© Carte du NGM

Le couple pourrait aujourd’hui s’offrir – et chauffer – à peu près n’importe quelle maison du monde. Depuis que Ryan a découvert un trésor enfoui, dont la valeur allait atteindre des milliards de dollars, la fièvre de l’or a repris le Yukon. On n’avait plus vu un si grand nombre d’aventuriers envahir ce territoire canadien depuis les années 1890.

À Dawson, la ruée sur les minéraux a réveillé les bars et les dortoirs penchés par le vent, dont les façades s’illuminent de teintes pastel au crépuscule tardif de la Saint-Jean.

Au spectacle de ces hommes barbus s’affairant sur les trottoirs en bois et dans les rues boueuses, échangeant des plaisanteries, les rumeurs des dernières découvertes et de flambée des prix, on pourrait se croire revenu il y a plus d’un siècle.

Dans le casino Diamond Tooth Gerties (« Gertie à la dent de diamant »), les mineurs se mêlent aux touristes et aux danseuses de French cancan, se massent autour du bar et des tables de poker.

Lors de la première ruée vers l’or du Klondike, les prospecteurs ont écumé les ruisseaux voisins à coups de pioches, de battées et de pelles. Un barman pouvait se faire une petite fortune en balayant le sol parsemé de poussière d’or à la fin d’une soirée faste. De nos jours, une armée mécanique de bulldozers, d’appareils de forage et d’ouvriers transportés par avion accomplissent les plus lourdes tâches minières.

1 2 3 11

 Commentaires