Le formidable secret du dôme de Florence

  2 commentaires
pin button
Page 2/6

Selon les premiers écrits sur le sujet, les perdants faisaient pâle figure. L’un des architectes en lice aurait ainsi proposé de soutenir le dôme par un énorme pilier s’élevant au centre de la cathédrale. Un autre suggéra de le construire en pierre ponce (peut-être en spugna, une roche volcanique poreuse), pour en réduire le poids.

En tout cas, il est certain qu’un autre candidat, un orfèvre de condition modeste, petit de taille et colérique, Filippo Brunelleschi, promit de bâtir non pas un, mais deux dômes, enchâssés l’un les fresques monumentales.

Le chef-d’œuvre de Brunelleschi repose sur deux calottes, l’une étant insérée dans l’autre. Réalisées par Vasari et Zuccari, les scènes du Jugement dernier ornant la coupole intérieure comptent parmi les plus grandes peintures du monde.

Le chef-d’œuvre de Brunelleschi repose sur deux calottes, l’une étant insérée dans l’autre. Réalisées par Vasari et Zuccari, les scènes du Jugement dernier ornant la coupole intérieure comptent parmi les plus grandes peintures du monde. © Dave Yoder

Le chef-d’œuvre de Brunelleschi repose sur deux calottes, l’une étant insérée dans l’autre. Réalisées par Vasari et Zuccari, les scènes du Jugement dernier ornant la coupole intérieure comptent parmi les plus grandes peintures du monde. © Dave Yoder

Dans l’autre, et sans le secours d’échafaudages coûteux. Mais, craignant qu’un concurrent ne lui vole ses idées, il refusait d’expliquer comment il accomplirait cet exploit. Son entêtement mena à une grande dispute avec les maîtres d’ouvrage, qui le firent expulser de l’assemblée par deux fois, le taxant d’être « un bouffon et un bavard ».

Le concept mystérieux de Brunelleschi avait néanmoins piqué leur imagination – peut-être savaient-ils déjà que ce bouffon jacasseur était un génie. Enfant, durant son apprentissage d’orfèvre, il avait appris le dessin et la peinture, la gravure sur bois, la sculpture, le sertissage, le niellage, l’émaillage.

Il avait ensuite étudié l’optique et bricolé sans fin avec des roues, des engrenages et des poids en mouvement, fabriquant nombre d’horloges ingénieuses. Brunelleschi avait résolu à lui seul les règles de la perspective linéaire en appliquant ses connaissances théoriques et mécaniques à l’observation du monde naturel.

Il venait également de passer plusieurs années à Rome pour mesurer et dessiner les monuments antiques, notant leurs secrets de façon codée.

En 1419, les maîtres d’ouvrage rencontrèrent Brunelleschi plusieurs fois, lui soutirant davantage de détails sur son projet. Ils commencèrent à entrevoir à quel point celui-ci était brillant – mais risqué. Son dôme consisterait en deux coques concentriques. Visible de l’intérieur de la cathédrale, la coupole serait abritée dans une calotte externe plus grande et plus élevée.

1 2 3 4 6

 Commentaires