Le formidable secret du dôme de Florence

  2 commentaires
pin button
Page 6/6

Il faudra encore des années de lutte et de doute avant que Brunelleschi et ses ouvriers ne fêtent leur victoire. En 1429, des fissures apparaissent dans l’extrémité orientale de la nef de la cathédrale, à côté du dôme.

Brunelleschi doit renforcer les murs avec des barres de fer. Et, en 1434, peut-être à l’instigation de Ghiberti, Brunelleschi est emprisonné pour une brou- tille concernant des cotisations corporatives impayées. Il est relâché peu après.

Le dôme poursuit son ascension vers le ciel, au rythme moyen de 30 cm par mois. Le 25 mars 1436, jour de l’Annonciation, le pape Eugène IV et une assemblée d’évêques et de cardinaux consacrent la cathédrale enfin achevée, au son des cloches et des vivats des Florentins.

Dix ans plus tard, un autre groupe de célébrités posera la pierre angulaire du lanternon, la structure décorative en marbre conçue par Brunelleschi pour couronner son chef-d’œuvre.

Avec ses arcs brisés et ses espaces verticaux angulaires, la cathédrale de Florence est surtout de style gothique. Brunelleschi rompit avec cette esthétique pour bâtir le dôme. © Dave Yoder

Avec ses arcs brisés et ses espaces verticaux angulaires, la cathédrale de Florence est surtout de style gothique. Brunelleschi rompit avec cette esthétique pour bâtir le dôme. © Dave Yoder

Brunelleschi meurt peu après, le 15 avril 1446, apparemment d’une maladie soudaine. À ses obsèques, il est vêtu de lin blanc sur un catafalque entouré de cierges, fixant de ses yeux vides la coupole qu’il a construite brique par brique et vers où s’élèvent la fumée des cierges et les chants funèbres.

Il est inhumé dans la crypte de la cathédrale ; une plaque commémorative placée non loin loue son « intelligence divine ». C’est un immense honneur.

Avant lui, seules quelques personnes (dont un saint) ont été enterrées dans la crypte – les architectes étant considérés la plupart du temps comme de simples artisans. Par son génie, son talent de meneur et sa ténacité, Filippo Brunelleschi a élevé les artistes véritables au rang de créateurs sublimes, dignes de louanges éternelles aux côtés des saints.

Une image qui dominera toute la Renaissance. En fait, Brunelleschi a ouvert la voie aux révolutions culturelles et sociales de la Renaissance grâce à sa complexe synthèse d’inspirations et d’analyses, à sa façon audacieuse de revisiter le passé classique à l’aune des besoins et des aspirations du présent.

Une fois terminée, Santa Maria del Fiore sera décorée par des artistes comme Donatello, Paolo Uccello et Luca della Robbia. Ainsi, la cathédrale est à la fois le lieu d’éclosion et le terrain d’expérimentation de la Renaissance.

Le dôme de Brunelleschi s’élève encore au-dessus de la mer de tuiles rouges des toits florentins, lui aussi coiffé de terre cuite et avec ses proportions harmonieuses, telle une déesse grecque simplement vêtue.

Il est imposant mais flotte étrangement en l’air; ses nervures de marbre blanc qui montent vers son sommet ressemblent aux cordages retenant un Zeppelin à la Terre. À sa façon, Brunelleschi a réussi à traduire le sentiment de la liberté dans la pierre, célébrant pour toujours le ciel de Florence dans une incarnation élevée de l’esprit humain.

Tom Mueller

1 4 5 6

 Commentaires