iSharkFin, le logiciel de protection des requins

  Aucun commentaire
pin button

@FAO/Monica Barone

@FAO/Monica Barone

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a élaboré iSharkFin, un logiciel qui permet l’identification rapide des espèces de requin en fonction de leurs nageoires. L’objectif ? Protéger les squales menacés par la surpêche et lutter contre la pratique du shark finning, qui consiste à dépecer l’aileron, puis rejeter le corps de l’animal à la mer où il agonise lentement.

Destiné aux douaniers et aux inspecteurs sur les marchés de poisson, ce logiciel est facile d’utilisation. D’autant que la FAO l’a développé en application pour tablette et smartphone. Il suffit de prendre une photo du squale, la télécharger sur le logiciel et y inscrire quelques caractéristiques sur la forme de sa nageoire. Quelques minutes plus tard, iSharkFin vous indique l’espèce de requin dont il est question.

On estime que 73 millions de requins sont tués chaque année par l’homme – un nombre largement supérieur à leur capacité de reproduction. Le requin est en effet un animal qui peine à procréer. Sa maturité sexuelle est tardive et la gestation particulièrement lente.

Résultat : des espèces sont aujourd’hui menacées d’extinction. C’est le cas du requin océanique à pointe blanche, de trois requins-marteaux, du requin-taupe et des raies mantas. En 2013, tous ont été ajoutés à l’annexe de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).-

Mais la protection des requins reste particulièrement difficile, tant le business est lucratif. Dans un rapport de l’ONG Traffic publié en 2013, le commerce d’ailerons était estimé à plus de 480 millions de dollars en 2013 (environ 430 millions d’euros).

Par Olivier LIFFRAN

—————————

À lire également :

>>  À la recherche du super-prédateur qui a dévoré un grand requin blanc

 Commentaires