Demain : un film, une moisson de solutions

  1 commentaire
pin button

 

© DR

Raconter des histoires (vraies) qui font du bien : le documentaire Demain incite à croire en l’avenir de l’humanité malgré le changement climatique.

En 2012, une étude parue dans la revue scientifique Nature annonce un effondrement généralisé de nos écosystèmes et la fin des conditions de vie stables sur la planète d’ici à 2100. Pour ses lecteurs, c’est un électrochoc. C’est aussi le point de départ du film Demain.

N’y a-t-il plus d’espoir ? Aucune solution ? En réalité, un peu partout, des individus expérimentent déjà un nouveau mode de vie, de nouvelles façons de cultiver, d’enseigner, de produire de l’énergie, d’échanger ou de vivre en démocratie. Des super-héros prêts à sauver le monde ? Des antihéros, plutôt. Des personnes ordinaires qui, un jour, décident d’agir. Ne serait-ce qu’à l’échelle de leur rue.

Comme Mary et Pam, dans une ville de 15 000 habitants près de Manchester (Royaume-Uni) : en 2008, elles ont l’idée de partager ce qu’elles font pousser. L’idée germe et les jardins s’étendent. Après la rue, c’est tout un quartier et toute une ville qui apprennent à se rencontrer, à échanger, à jardiner sur les espaces publics. Le mouvement citoyen Incredible edible (Incroyables comestibles, en France) est né. Il touche aujourd’hui plus de 250 communautés, réparties dans une trentaine de pays.

En Inde, c’est un ancien ingénieur de l’industrie chimique qui décide de transformer sa ville. À force de persuasion, il convainc un à un les habitants de réparer les routes, l’assainissement ou l’éclairage ; il les encourage à produire eux-mêmes ce dont ils ont besoin plutôt que de l’acheter ailleurs. Chacun est impliqué dans les décisions. Résultat : les castes se rencontrent, l’économie est relocalisée, la criminalité baisse.

En France, Emmanuel Druon, p-dg d’une entreprise de fabrication d’enveloppes dans le Nord-Pas-de-Calais, a choisi d’agir à l’échelle de son activité. Les rapports humains sont en tête de ses préoccupations.  Tout comme sa production, qui doit être la plus écologique possible. Le toit de l’entreprise est végétalisé ; le papier, l’encre et les déchets sont recyclés. Emmanuel Druon l’assure : « Il est plus économique de produire de manière écologique. »   

Demain regorge d’initiatives positives. Il prouve surtout que chacun peut réellement contribuer à inventer l’avenir.

Par Céline Lison

affiche_s

Demain, un film de Cyril Dion et Mélanie Laurent. Sortie le 2 décembre.

———————-

A découvrir également :

>> Réinventer l’école

>> #COP21 – Investissez, la finance verte a de l’avenir

>> #COP21 – Une cité minière transformée en ville verte

 

 Commentaires