Comment tout un village s’affranchit du pétrole

  1 commentaire
pin button

 

Avec Richelieu, la mascotte du village, c'est un plaisir d'aller à l'école © Mairie Ungersheim

Avec Richelieu, la mascotte du village, c’est un plaisir d’aller à l’école © Mairie Ungersheim

Les matières préférées des élèves ? Les économies d’énergie, l’électricité solaire ou l’agriculture biologique. Ça se passe à Ungersheim, en Alsace.

À Ungersheim, les enfants n’attendent pas le passage du car, mais celui de… la calèche ! « C’est surtout un moyen de sensibilisation, une façon de montrer qu’il existe des alternatives à la voiture », explique Jean-Claude Mensch, le maire de cette commune de 2 000 habitants, située à 20 km de la centrale nucléaire de Fessenheim. Fédératrice, l’initiative est emblématique du village, qui se définit comme « en transition ». Une démarche qui vise à s’affranchir de la dépendance au pétrole.

La mairie s’efforce de limiter les transports – y compris de marchandises. Sur les 8 ha de terres cultivées pour fournir la moitié des légumes de la cantine 100 % bio, les enfants vont régulièrement retrouver Richelieu et Cosak, les chevaux qui les conduisent à l’école. Comme eux, les bêtes participent à la récolte des pommes de terre

Pour encourager aussi les habitants à consommer localement, la mairie a créé une monnaie locale, le radis, accepté dans plusieurs commerces et services du village. Les parents en profitent. Payés en radis, les loisirs de leurs enfants bénéficient d’une réduction de 25 %.

À l’école, la transition passe aussi par les économies d’énergie. « Les enfants sont responsabilisés. Ils sont chargés de veiller à éteindre les lumières, à éviter le gaspillage de chauffage et d’eau. Chaque année, le montant des économies réalisées est reversé à la coopérative scolaire », se félicite Jean-Claude Mensch.

Les élèves ont participé à la semaine solaire, organisée en partenariat avec Greenpeace. Ils ont ainsi découvert que l’on pouvait faire cuire des aliments en utilisant l’énergie du soleil ou produire de l’électricité en pédalant sur un vélo.

Les adolescents du lycée voisin ont carrément installé une centrale solaire qui fournit une partie de l’électricité de la cuisine collective. Ils ont aussi planché sur une initiative originale : la réalisation d’un cadastre solaire. L’outil permet aux habitants de connaître, en quelques clics, le potentiel de production d’électricité de leur toit.

Par Carine Mayo

COUV PLANETE 2

Toujours en kiosques notre numéro spécial #COP21 : Vivre sur une planète plus chaude


> Le guide de survie face au réchauffement
> Ce qui va changer de toute façon
> Les gagnants et les perdants

 

——————————–

A découvrir également :

> En France, le scénario du 100% renouvelable existe déjà

 Commentaires