Vandana Shiva, la déesse des semences

  Aucun commentaire
pin button

Vandana Shiva a fait des semences l'emblème de sa lutte © Droits Réservés

Vandana Shiva a fait des semences l’emblème de sa lutte © Droits Réservés

Pour militer, elle sème des graines. Scientifique et féministe, Vandana Shiva répond aux défis de notre époque par l’agroécologie et la protection des semences.

Inlassablement, elle parcourt les plateaux de télévision, participe à des conférences, adresse des messages aux politiques. Depuis près de trente ans, l’écologiste indienne Vandana Shiva défend les droits des petits paysans, pourfend la mondialisation et le pouvoir exagéré des grandes entreprises. Lorsqu’elle est de passage en France, on la retrouve sur les estrades au côté de José Bové ou de Pierre Rabhi. Elle figure notamment dans le documentaire Demain. « C’est une femme qui réunit la question de la lutte et celle des solutions », explique Lionel Astruc, auteur d’un livre d’entretien avec la militante.

Fille d’un garde forestier et d’une inspectrice de l’éducation, cette sexagénaire a toujours manifesté son attachement à la nature. Dans les années 1980, en Inde, elle s’est opposée à la construction de grands barrages. Parallèlement à sa lutte contre les OGM, elle a créé un centre de formation à l’agriculture biologique et un réseau de 120 banques de graines. L’industrie veut breveter le vivant ? Elle fait du droit de conserver et de reproduire les semences l’emblème de la souveraineté alimentaire et de la liberté.

Docteur en physique et en philosophie, cette activiste est aussi une écoféministe convaincue, qui a fait de la reconnaissance des droits et des savoirs des femmes son cheval de bataille. Un combat qui lui a valu le Right Livelihood Award, un prix Nobel alternatif, en 1993. « Elle porte un sari, une paire de sandales, un carnet de notes et une bague ornée d’un symbole de graine. Elle ne se bat qu’avec ça, souligne Lionel Astruc. Il se dégage d’elle une sincérité, un charisme, qui font qu’elle est écoutée. »

Aujourd’hui, Vandana Shiva soutient le Pacte pour la Terre, qui demande aux citoyens de s’engager à protéger les sols, la biodiversité, et à promouvoir l’agroécologie. Un moyen de répondre au défi climatique. Selon elle, l’agriculture industrialisée « est responsable de plus de 40 % des émissions de gaz à effet de serre » si l’on prend en compte tout ce qu’elle entraîne : la déforestation, la production d’engrais, le transport…

Pour Vandana Shiva, les citoyens ne doivent pas attendre les décisions politiques pour changer. La révolution commence en cuisine, par nos choix alimentaires. « Dans mon assiette, il y a, à la fois, la protection de l’océan et celle de la forêt », affirme-t-elle. Son engagement à défendre les droits de la Terre et des plus humbles est aussi un appel à la solidarité : « Nous sommes une humanité, une planète. La diversité n’est pas un problème. »

Par Carine Mayo

COUV PLANETE 2

Toujours en kiosques notre numéro spécial #COP21 : Vivre sur une planète plus chaude


> Le guide de survie face au réchauffement
> Ce qui va changer de toute façon
> Les gagnants et les perdants

 

——————————–

A découvrir également :

> Demain : un film une moisson de solutions 

 

 Commentaires