Des « vampires » déterrés en Pologne

  Aucun commentaire
pin button

skel

© Credit Here

Des bioarchéologues ont exhumé 333 corps dans le cimetière de Drawsko (nord-ouest de la Pologne). Six de ces dépouilles avaient été enterrées comme l’étaient parfois les supposés vampires : avec une faucille autour du cou ou des cailloux enfoncés dans la mâchoire — des mesures censées empêcher le retour des morts-vivants.

Les scientifiques pensaient que ces personnes étaient des étrangers ayant vécu comme des parias. Mais quand Lesley Gregoricka a mesuré la quantité d’isotopes radiogéniques du strontium dans leur émail dentaire – un chiffre qui varie selon les endroits et peut révéler où un individu a grandi –, elle a découvert l’inverse : cinq d’entre eux étaient des autochtones.

Peut-être sont-ils décédés dans des circonstances en apparence mystérieuse, victimes de violence, de maladie ou d’homicide. De tels événements les auraient alors rendus suspects aux yeux des autres. Dans la Pologne post-médiévale, explique Lesley Gregoricka, le surnaturel « était le moyen d’expliquer l’inexplicable ».

Par Rachel Hartigan Shea

 Commentaires