L’appli magique pour lutter contre le gaspillage alimentaire

  Aucun commentaire
pin button

RAE16Ekponimo_16tb_204R

© Tomas Bertelstein, Rolex

Le Nigérian Oscar Ekponimo a créé Chowberry pour réduire la famine dans son pays. Un projet qui vient d’être primé aux Rolex Awards. 

L’année de ses 11 ans, Oscar Ekponimo se souvient d’avoir eu faim. Très faim. « Mon père a fait un accident vasculaire cérébral et il a perdu son emploi, se rappelle le Nigérian. Nous étions cinq enfants, c’était très difficile de nous nourrir. La plupart du temps, je partais à l’école sans manger… Je me suis promis qu’une fois adulte, j’utiliserais mes compétences pour que personne d’autre ne vive cela. »

Promesse tenue : Oscar Ekponimo, désormais trentenaire, vient de recevoir un Rolex Award. Cette récompense, remise par la société horlogère suisse, soutient des projets novateurs dans cinq domaines : sciences et santé, techniques appliquées, exploration et découvertes, environnement, patrimoine culturel. Concrètement, cela signifie qu’il va recevoir 50 000 francs suisses (environ 46 000 euros) pour développer son projet.

L’application Chowberry qu’il a créée vise à réduire le gaspillage alimentaire et la famine dans son pays. Une idée qui a mûri progressivement. « En 2005, nous distribuions des repas, avec des amis, pour les enfants des rues. J’ai découvert que les magasins d’alimentation jetaient de nombreux produits qui approchaient de la date de péremption. J’en ai convaincu certains d’en faire don. Mais cette initiative n’était pas durable. Il fallait une solution pérenne qui soit rentable pour les détaillants. » La même année, le jeune homme entame des études d’informatique à l’université de Calabar, dans le sud-est du pays. En parallèle, un chef d’entreprise local lui propose de travailler à temps partiel, lui offrant en échange un ordinateur et de la documentation pour approfondir ses connaissances en programmation de logiciels. Toutes ses matinées et ses soirées, Oscar Ekponimo les passe à engloutir des livres d’informatique. Son projet ne le quitte plus.

En 2014, son application est enfin prête. Le principe est simple : des magasins d’alimentation scannent leurs produits – conserves, céréales, boissons, biscuits, produits laitiers… – et, quelques jours avant la limite de consommation, ceux-ci apparaissent sur une plateforme de vente en ligne. Plus ils approchent de la date de péremption, plus leur prix chute.

« Il suffit d’avoir un téléphone portable, ou un ordinateur, et une connexion Internet pour bénéficier d’une nourriture à bas prix, s’enthousiasme l’entrepreneur. Et pour les plus pauvres, qui n’ont pas accès au réseau, nous sommes aussi en lien avec des associations de bienfaisance qui achètent en gros et redistribuent les denrées. »

Pour l’instant, l’application regroupe une dizaine de commerçants. Mais, grâce à la dotation de Rolex, Oscar Ekponimo va pouvoir améliorer son logiciel et multiplier les partenariats : « Mon prochain objectif est d’associer 100 ou 200 détaillants et grandes surfaces pour toucher de 50 000 à 100 000 ménages. » Et pourquoi pas traverser les frontières ? « La famine est une problématique mondiale et cette initiative est reproductible. On pourrait la développer dans d’autres pays d’Afrique, voire sur d’autres continents. »

Corinne Soulay


 

À découvrir également 

Ces cinq jeunes qui vont changer le monde

 Commentaires