Sciences

Découverte des plus anciens fossiles de mammifères connus

Deux petites dents ont été trouvées en Angleterre. Elles seraient celles des premiers euthériens, groupe auquel appartiennent de nombreux mammifères, dont l'homme. Jeudi, 9 novembre

De Michael Greshko

Les deux dents trouvées au sud de l'Angleterre sont les fossiles de mammifères les plus anciens jamais mis au jour. Les dents auraient appartenu à des créatures qui se nourrissaient d'insectes et chassaient la nuit. Un mode de vie nocturne pour échapper aux dinosaures, qui étaient pour la plupart carnivores.

Les propriétaires de ces dents appartiendraient à deux nouvelles espèces de mammifères primitifs, semblables à de petites musaraignes. Le plus petit animal, appelé Durlstotherium, se nourrissait probablement d'insectes. Le plus grand, appelé Durlstodon, aurait eu des dents suffisamment puissantes pour se nourrir également de plantes, mais les scientifiques n'en sont pas certains.

Grant Smith, jeune diplômé de l'université de Portsmouth, a trouvé les dents à l'été 2015, alors qu'il tamisait 59 kg de pierres ramassées le long de la plage de Dorset. Son supérieur David Martill et lui-même pensent tenir là des dents de mammifères. Pour en être sûrs, ils convoquent Steve Sweetman, spécialiste des dents de mammifères, pour les examiner.

D’après son analyse, les dents ont environ 145 millions d’années, un âge estimé d'après la datation de la pierre dans laquelle elles ont été trouvées. Elles appartiennent bien à des mammifères euthériens. Ce groupe comprend de nos jours les mammifères placentaires tels que les chiens, les éléphants et les hommes. Les placentaires forment une division importante des mammifères et sont caractérisés par le fait qu'ils accouchent de juvéniles et non de larves ou d'œufs

« C'était un moment extraordinaire, j'étais sous le choc », déclare Steve Sweetman, membre de l'équipe de recherche à l'université de Portsmuth. « C'est le genre de choses auxquelles vous pouvez vous attendre pour les fossiles du Crétacé supérieur, mais pas pour les fossiles du Crétacé.»

Le temps des premiers euthériens est sujet à débats. Se basant sur la mise au jour de fossiles et sur des analyses génétiques, certains paléontologues supposent qu’ils existaient déjà à la fin du Jurassique, il y a environ 160 millions d'années. D'autres études estiment en revanche que leur apparition a été beaucoup plus tardive.

Si cette hypothèse est retenue, les nouveaux fossiles dévoilés cette semaine dans Acta Palaeontologica Polonica seraient les plus anciennes traces de mammifères euthériens jamais découvertes en Europe et relanceraient le débat. Le plus vieux euthérien connu à date est un fossile chinois appelé Juramina, vieux de 15 million d'années. Mais plusieurs chercheurs tendent à penser qu'il ne s'agit pas d'un euthérien.

« Il s'agit peut-être d'euthériens venus d’autres coins du monde », explique Sweetman. 

 

VOIR LA LUMIÈRE DU JOUR

Se référant aux mesures des crânes d’espèces apparentées, Sweetman estime que ces premiers mammifères étaient probablement nocturnes. Une interprétation qui a reçu lundi dernier un soutien inattendu, puisqu'une étude tierce confirme que les premiers mammifères ne se risquaient pas à vivre le jour jusqu'à l'extinction des dinosaures.

Les chercheurs ont longtemps supposé que les premiers mammifères étaient nocturnes. Le déterminisme selon lequel un mammifère est diurne ou nocturne est génétique : le critère principal d'évolution tient dans la construction de leurs rétines. La forme des yeux et des rétines des premiers mammifères laissent supposer qu'ils étaient faits pour la vie nocturne.

Après la disparition des dinosaures, les mammifères pouvaient devenir actifs dans la journée.

Deux hypothèses scientifiques se font face. Dans l'une, les mammifères auraient entrepris des activités diurnes neuf millions d’années avant la disparition des dinosaures, dans l’autre, ils n'auraient commencé à voir la lumière du jour qu'après l’extinction des dinosaures.

Read More