Sciences

La disparition des dinosaures a été déterminante dans l'évolution des mammifères

Il est depuis longtemps établi que la disparition des dinosaures a été bénéfique aux mammifères. Ce que l'on sait moins, c’est que la majorité d'entre eux étaient des animaux nocturnes et ne sont devenus diurnes qu'à la fin du Crétacé. Mercredi, 8 novembre

De Juliette Heuzebroc

L’ère mésozoïque fut un long temps de cohabitation entre les dinosaures et les mammifères. Des millions d’années également synonymes de domination pour les mammifères.

La revue Nature Ecology & Evolution revient sur la corrélation entre l'existence des dinosaures et l’évolution du mode de vie des mammifères. L’étude révèle qu'à l’époque, presque tous les animaux étaient nocturnes. Cette vie nocturne était intrinsèquement liée à la présence des dinosaures, qui représentaient une menace perpétuelle : non seulement la plupart d'entre eux étaient carnivores, mais leur simple présence des plus imposantes impressionnait les mammifères plus petits et faibles.

Les dinosaures, eux, vivaient au grand jour. Leurs grands gabarits et leur nature reptilienne nécessitait une exposition au soleil pour maintenir leurs organismes à température. Par défaut, les mammifères ont donc évolué la nuit, ne pouvant partager le même territoire que les dinosaures.

Pour établir ce fonctionnement, Roi Maor, qui a supervisé l’étude, et son équipe, ont collecté et analysé les informations de 2 415 espèces de mammifères. Sur la base de leurs comportements et de leurs prédispositions génétiques, les chercheurs ont pu établir le profil de leurs ancêtres.

Aujourd’hui encore, les mammifères sont davantage nocturnes que diurnes. Plus de la moitié des espèces de mammifères vivent encore la nuit. Les scientifiques ont cependant établi qu’un certain nombre d’espèces, à la fin du Crétacé, étaient passées à un mode de vie diurne.

Ce basculement n’a pas eu lieu du jour au lendemain. Des millions d’années ont été nécessaires à cette évolution, des millions d’années de zone grise où les spécimens concernés évoluaient de jour et de nuit.

Le mammifère ayant embrassé cette évolution de façon la plus évidente est le primate, et donc l’homme par la suite.

Le déterminisme selon lequel un mammifère sera diurne ou nocturne est génétique : le critère principal d'évolution tient dans la construction de leurs rétines.

La rétine de chaque mammifère est composée d’un tissu cellulaire. Il y a alors deux possibilités : les cellules sont des cônes ou des bâtonnets. Ces différences définissent les ondes de lumière que l’animal est capable ou non de percevoir. Des cellules en cônes, comme celles de l’homme, distinguent des longueurs d’ondes propres aux couleurs et permettent donc de voir le jour. Des cellules en bâtonnets, comme celles de la souris, ne sont capables de détecter qu’un seul photon (élément énergétique associé aux ondes de lumières) et sont donc à même de voir dans le noir.

Pendant des millions d’années, des espèces prédisposées ont donc évolué en développant des cellules coniques. C’est une vue qu’elles n’auraient sûrement jamais acquis si elles avaient continué de vivre sous la menace des dinosaures.

 

Retrouvez Juliette Heuzebroc sur Twitter

Read More