Voyage

Tahiti et la Polynésie, nos îles aux trésors

118 îles et îlots répartis en cinq archipels, 4 200 km² de terres dispersés sur plusieurs millions de km² : c’est ce que représente la Polynésie française. Malgré ses richesses, le territoire peine à trouver des débouchés économiques stables. Mardi, 4 avril

De Julie Lacaze

La France cacherait-elle dans l’océan Pacifique le plus grand de ses trésors ? Poissons, perles noires, ressources minières et sites touristiques remarquables sont autant d’atouts qu’offre la Polynésie à l’Hexagone. Sans compter que cet ensemble d’archipels représente plus de la moitié de la zone économique exclusive (ZEE) du territoire français, soit une aire maritime de 5,5 millions de kilomètres carrés. Dans cet espace, l’État a l’exclusivité sur l’exploitation des ressources naturelles. Qu’elles proviennent du monde minéral, végétal ou animal.

Mais le plus inestimable des biens polynésiens reste son incroyable biodiversité. Avec seulement 270 000 habitants, la zone ne subit qu’une faible pression anthropique. Selon des chercheurs américains, l’élévation de la température des eaux liée au réchauffement climatique s’y ferait même plus lentement qu’ailleurs : la Polynésie constitue un refuge pour les récifs coralliens qui blanchissent dans d’autres régions du monde.

Malgré ces richesses, l’économie locale peine à décoller. En cause, la disparité et l’éclatement géographique : étalées sur des millions de kilomètres carrés, 42 des 118 îles et îlots de Polynésie sont inhabités alors que la commune de Papeete concentre, à elle seule, 10 % de la population. De plus, l’isolement du territoire défavorise le commerce : les coûts de transport étant élevés, importations et exportations sont limitées.

Aujourd’hui, de nombreuses initiatives politiques et scientifiques sont lancées afin de palier ces difficultés. Soixante quinze millions d’euros ont été attribués par l’État à la valorisation touristique des archipels. Un procédé visant à améliorer les fameuses « perles noires de Tahiti », dont la qualité faisait défaut ces dernières années, a été mis au point par l’Ifremer. Une équipe de l’IRD a également découvert des ressources de cobalt, de nickel, de manganèse, de titane et de platine. Il y a bien des trésors en Polynésie française. Reste à les sortir de l’eau.

 

Retrouvez notre dossier consacré à Tahiti et la Polynésie française dans le magazine National Geographic d’avril 2017

Read More