Animaux

Reptiles et amphibiens : une espèce sur cinq pourrait disparaître en France

Deux institutions s’alarment : plus de la moitié des reptiles et des amphibiens en France métropolitaine sont sur le déclin. Jeudi, 9 novembre

De Olivier Liffran

Les scientifiques pointent du doigt la réduction de leurs milieux naturels et appellent à des efforts plus importants de la part des autorités publiques.

Neuf espèces de reptiles sur trente-huit et huit espèces d’amphibiens sur trente-cinq sont inscrites sur la Liste rouge des espèces menacées en France. Des chiffres qui confirment ceux de 2007, lors de la précédente étude réalisée par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature et le Muséum nationale d’Histoire naturelle.

D’après les chercheurs, plus de la moitié des espèces de reptiles et d’amphibiens serait aujourd’hui sur le déclin. Leur situation s’est donc détériorée, à l’image du Triton ponctué ou du Lézard des souches.

Toutes sont victimes de la réduction de leurs milieux naturels. En cause, “l’urbanisation, le développement des infrastructures de transport et l’intensification des pratiques agricoles”. L’assèchement des milieux humides, où évoluent naturellement les amphibiens, apparaît aussi comme un facteur préoccupant pour les deux institutions. Sans parler des rejets de polluants dans les différents écosystèmes : pesticides, engrais, métaux lourds et autres contribuent à “la raréfaction des espèces, sensibles à la qualité écologique de leur habitat”.

Ces dernières années, les autorités ont mené des actions spécifiques en faveur de certaines espèces menacées, tels le sonneur à ventre jaune, la vipère d’Orsini ou le lézard ocellé. Des actions qui, estiment les chercheurs, resteront des vœux pieux si elles ne s’accompagnent pas “d’efforts plus globaux de conservation des milieux naturels”

Lire la suite