Animaux

France : les libellules en péril

En France, vingt-quatre espèces sont aujourd’hui menacées ou quasi menacées d’extinction. Dans une récente étude, des scientifiques s’alarment de la réduction de l’habitat de ces insectes. Jeudi, 9 novembre

De Olivier Liffran

Déesse précieuse, cordulie splendide ou encore l’agrion bleuissant… Elles portent un jolie nom, peuplent les étangs et les marais, et ravissent des promeneurs avertis. Mais si rien n’est fait, l’éclat de ces libellules pourrait prochainement appartenir au passé.

D’après un premier recensement, mené conjointement par le Muséum national d’histoire naturelle et le comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature, 12 % des 89 espèces de libellules présentes en France sont aujourd’hui menacées de disparition.

“Le cycle de vie des libellules est intimement lié à la présence d’eau, indispensable au développement de leur larves”, écrivent les chercheurs. Or, les zones humides sont en constante régression. Au cours du XXe siècle, près de 67 % d’entre elles ont disparu à cause de la pression de l’homme. Construction de barrages, intensification des pratiques agricoles, urbanisation, rectification des cours d’eau… Autant de facteurs qui expliquent la raréfaction des zones d’habitat des libellules.

Certaines espèces sont directement menacées par la disparition des tourbières. Alors qu’on pensait la déesse précieuse (Nehalennia speciosa) éteinte en France depuis un siècle, une petite population de quelques centaines d’individus subsiste actuellement, autour d’une tourbière en Franche-Comté. Mais celle-ci est aujourd’hui “menacée par le piétinement et l’assèchement du site”, déplorent les scientifiques.

Afin de protéger les libellules, un plan d’action national a déjà été déployé. Des mesures qui, selon les chercheurs, doivent se doubler “d’un renforcement de la préservation des zones humides, qui forment le milieu de vie de ces espèces”.

Lire la suite