Animaux

Rare : la fourmi Dracula est l'animal le plus rapide du monde

La fourmi Dracula peut frapper 5 000 fois plus vite qu’un battement de cil. C'est trois fois plus rapide que le précédent record de vitesse connu. Lundi, 11 mars

De Jason Bittel

Les fourmis Dracula doivent leur nom à la façon dont elles boivent parfois le sang de leurs propres petits. Mais c'est loin d'être la seule caractéristique de ces redoutables insectes : les fourmis Dracula (Mystrium camillae) peuvent joindre leurs mâchoires si rapidement qu'elles peuvent mordre 5 000 fois en l'espace d'un battement de cils.

Ces suceurs de sang exercent par là-même le mouvement le plus rapide connu dans la nature, selon une étude publiée récemment dans la revue Royal Society Open Science. Fait intéressant, les fourmis réalisent cet étonnant record en pressant leurs mâchoires si fort que celles-ci se plient. L’énergie est stockée dans l’une des mâchoires, jusqu’à ce qu’elle glisse au-dessus de l’autre et s'emballe avec une vitesse et une force extraordinaires, atteignant une vitesse maximale de plus de 200 km / heure.

C'est un peu comme ce qui se passe lorsque vous claquez des doigts, seulement 1 000 fois plus vite. Non seulement la fourmi Dracula effectue ce mouvement beaucoup plus vite que les autres animaux aux attitudes similaires, explique Fredrick Larabee, entomologiste à la Smithsonian Institution au Muséum national d'histoire naturelle et auteur principal de l'étude, mais elle le réalise beaucoup simplement.

C'est parce que les autres animaux semblent alimenter des appendices en mouvement rapide grâce à une série de verrous, de ressorts et de déclencheurs distincts. « Chez la fourmi Dracula, le ressort et le loquet sont situés sur l’appendice », explique Larabee.

 

VOUS ÊTES CE QUE VOUS MANGEZ

Avant cette étude, l'enregistrement des mouvements animaliers les plus rapides étaient ceux d'une espèce de fourmi qui tient ses mandibules bien écartées puis s'appuie sur de minuscules poils sensibles à la pression pour savoir à quel moment les fermer. Les fourmilions peuvent même utiliser leurs mâchoires à ressort pour échapper aux prédateurs.

« Les fourmis Odontomachus, ou fourmis à mâchoires, ont tendance à attendre leurs proies tout en restant assises », explique Fredrick Larabee. Et une gueule semblable à un piège à ours est une arme de choix pour capturer d'autres animaux, tout rapides qu'ils soient, dès lors qu'ils foulent le sol de la forêt.

Mais les fourmis Dracula sont des prédatrices beaucoup plus discrètes. Elles préfèrent chasser sous une litière de feuilles ou dans des tunnels souterrains, des endroits où des « pièges à ours » pourraient ne pas être aussi efficaces.

Il est intéressant de noter que certains termites du genre Termes ont des caractéristiques très similaires à celles des fourmis Dracula. Bien que les fourmis et les termites ne soient pas si intimement liés, ce type de co-évolution vers des frappes puissantes et rapides peut être logique en ce sens que les termites vivent eux aussi dans des espaces restreints.

Il existe également des preuves que cette espèce de fourmis Dracula aime chasser le centipède, lui-même capable de produire du venin. Il se peut donc que les fourmis Dracula aient besoin de ces frappes rapides et puissantes afin de maîtriser leur nourriture avant que celle-ci ne puisse se défendre.

« Bien sûr, il ne s'agit pour l'instant que de spéculations », indique Larabee.

 

DES ROIS LE TEMPS D'UN JOUR

« J'étudie les mouvements à grande vitesse chez les insectes », explique Gregory Sutton, biologiste à l'Université de Lincoln, au Royaume-Uni. « En général, j'étudie les sauts d’insectes donc l'étude de cette fourmi est à mon sens extrêmement intéressante et très importante dans le cadre de mes propres recherches. »

Selon Sutton, ce qui est vraiment intéressant ici, c’est que nous savons exactement où l’énergie est stockée lorsque la mâchoire se courbe. « Dans beaucoup de ces systèmes, nous ne savons pas exactement où se trouve le verrou », dit-il, car ils sont souvent internes. 

Pensez aux mécanismes qui permettent à une puce ou à une sauterelle de se propulser dans les airs. Une grande partie de ce tour de magie se déroule à l'intérieur du corps de l'animal, ce qui rend extrêmement difficile son étude à l'état sauvage. Mais chez la fourmi Dracula, tout se passe à l’extérieur lorsque la mâchoire se plie, ce qui a permis à Larabee et ses co-auteurs de mesurer ces forces avec une grande précision.

Mais est-ce vraiment le mouvement le plus rapide jamais observé à l'état sauvage ?

Pour Sutton, la vitesse est relative et peut être définie de différentes façons, de la vitesse maximale à l'accélération. Les champignons peuvent libérer des spores à une vitesse extrêmement rapide et les cellules de nématocyste chez la méduse explosent au moment de la piqûre en l'espace d'une nanoseconde. Il y a aussi les faucons pèlerins, généralement reconnus comme les animaux les plus rapides, car ils peuvent atteindre des vitesses dépassant les 200 km / heure en plongée.

« Mais du point de vue des comportements d'insectes - un insecte qui bouge une seule partie de son corps - je ne connais rien de plus rapide que 90 mètres par seconde », dit Sutton (c'est la vitesse à laquelle ces fourmis bougent leurs mâchoires). En tout état de cause, Larabee pense que ce record pourrait être bientôt battu : « Je pense que certains termites sont probablement aussi rapides, sinon plus rapides, que les fourmis Dracula à mâchoires instantanées », dit-il.

« C'est ce qui rend la biologie si cool », sourit-il, « il y a tant d'animaux dont nous ne savons pratiquement rien. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.