Etats-Unis : un tigre testé positif au coronavirus dans le Bronx

L'un des tigres malais du zoo new-yorkais a probablement contracté le coronavirus au contact d'un gardien malade. Six autres grands félins présentent également des symptômes de la maladie.

Publication 6 avr. 2020 à 12:19 CEST
Un tigre malais du zoo du Bronx, photographié en 2017. L'un des tigres malais du zoo ...

Un tigre malais du zoo du Bronx, photographié en 2017. L'un des tigres malais du zoo a été testé positif au coronavirus. Six autres grands félins présentent également des symptômes de la maladie.

Photographie de Andrew Lichtenstein, Corbis via Getty Images

Un tigre du zoo du Bronx, à New York, a été testé positif au coronavirus, et six autres grands félins vivant en captivité avec lui présentent des symptômes de la maladie, a annoncé dimanche après-midi le département américain de l'Agriculture.

« C'est la première fois, à notre connaissance, qu'un animal [sauvage] tombe malade parce qu'il a été en contact avec une personne [malade] », explique Paul Calle, vétérinaire en chef du zoo du Bronx. La tigresse malaise, nommée Nadia, a probablement contracté le coronavirus en étant en contact avec un soigneur de zoo, porteur asymptomatique du virus. « C'est la seule explication sensée », explique Calle. Le zoo est fermé aux visiteurs depuis le 16 mars dernier.

Plusieurs animaux domestiques avaient précédemment été testés positifs au SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, dont un spitz nain et un berger allemand à Hong Kong, et un chat domestique en Belgique.

Les félins, sauvages comme domestiques, sont sensibles au coronavirus félin, mais jusqu'à il y a peu, on ne savait pas s'ils pouvaient ou non contracter le SRAS-CoV-2. Une nouvelle étude chinoise a révélé que les félins pouvaient s'infecter mutuellement et les scientifiques se sont engagés dans une course contre la montre pour déterminer quelles autres espèces pourraient également être infectées.

 

UNE PREMIÈRE MONDIALE

Après avoir développé une toux sèche fin mars, la tigresse de Malaisie âgée de quatre ans a été testée positive le 2 avril. La sœur de Nadia, deux tigres de Sibérie et trois lions d'Afrique toussent aussi et ont perdu l'appétit, mais ils n'ont pas encore été testés. Le zoo a mis les sept félins sous soins vétérinaires et s'attend à ce qu'ils se rétablissent, bien que la Wildlife Conservation Society, l'organisation à but non lucratif qui gère le zoo du Bronx, ait averti par voie de communiqué de presse que l'on ignorait comment la maladie pouvait évoluer chez les animaux.

Lorsque Nadia a commencé à présenter des symptômes visibles, l'équipe vétérinaire a effectué un certain nombre de tests et de prises de sang. « Compte tenu de ce qu'il se passe à New York, nous avons bien sûr effectué les tests COVID », explique Calle. L'équipe a prélevé des échantillons au zoo, après avoir administré un calmant à Nadia. Ils ont envoyé les échantillons pour analyse en laboratoires de diagnostics vétérinaires. Ce n'est pas le même type de tests que ceux conduits sur les Hommes ; il n'y a donc aucune priorité donnée pour ces tests.

Il n'y a actuellement aucune preuve que des animaux sauvages domestiqués ou vivant en captivité puissent propager le nouveau coronavirus à l'Homme. Les scientifiques pensent que le virus infectant les humains s'est probablement développé à partir d'un coronavirus trouvé chez les chauves-souris.

 

ET APRÈS ?

La situation est évidemment inédite, et de nombreuses questions restent sans réponse. Difficile aujourd'hui notamment de savoir si les tigres et les lions sont plus sensibles au coronavirus que les autres animaux. Aucun des autres grands félins du zoo, y compris les léopards des neiges, les guépards, une panthère nébuleuse, un léopard de l'Amour et un puma ne présente de symptômes.

Les soigneurs des zoos états-uniens ont fait des efforts supplémentaires pour protéger les grands singes dont ils ont la garde, car les grands singes peuvent facilement attraper les maladies respiratoires qui affectent l'Homme. Les experts ont en effet averti que ces créatures pourraient être particulièrement sensibles au coronavirus.

L'équipe du zoo du Bronx va partager largement les informations de diagnostic avec les autres zoos et la communauté scientifique, comme l'indique Calle. « Je pense qu'il y a d'autres cas, et maintenant que nous partageons ces informations, j'ai l'intuition que d'autres cas vont être connus. »

John Goodrich, scientifique en chef et directeur du programme des tigres à Panthera, une organisation mondiale de conservation des grands félins, s'inquiète du sort des populations de tigres sauvages. « Les grands félins comme les tigres et les lions sont déjà confrontés à une litanie de menaces à l'état naturel. Si le COVID-19 se propage aux populations de grands félins sauvages et devient une cause importante de mortalité, le virus pourrait devenir une préoccupation très sérieuse pour l'avenir de ces espèces. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.