Le Catboat, la péniche qui recueille les chats abandonnés

Ce refuge flottant, fondé dans les années 1960 par une habitante d'Amsterdam amoureuse des animaux est devenue une des attractions touristiques de la ville.

De Elaina Zachos
Icey, un chat de 8 ans, profite du soleil sur le pont du Catboat.

Les canaux d'Amsterdam sont connus pour leurs bateaux de toutes formes et tailles. Mais l'un d'entre eux attire particulièrement l'attention : le Catboat.

La « péniche à chats », ou De Poezenboot en néerlandais, est le seul refuge animalier flottant au monde. Environ 50 chats errants et abandonnés sont accueillis à bord. 17 d'entre eux sont des résidents permanents, qui vivent sur le bateau depuis plusieurs années maintenant.

« Les chats entrent et sortent comme ils le veulent », explique le photographe Muhammed Muheisen, deux fois lauréat du Prix Pulitzer. En 2018, il s'est rendu dans la capitale néerlandaise pour passer une semaine à bord du Catboat. La plupart des félins sont des chats tigrés et des chats errants, mais une chatte Persan attire l'œil, confie le photographe.

« C'est le chat le plus populaire du bateau. Elle a un pelage sublime », indique-t-il. « Elle est drôle et assez lunatique ».

C'est en 1966 que l'aventure a commencé pour le Catboat, lorsque Henriette van Weedle, la « dame aux chats », a commencé à recueillir des chats abandonnés sur un vieux bateau spécialement aménagé pour les félins.

« Lorsque son mari est décédé, elle avait besoin d'amour », a déclaré Muhammed Muheisen.

lancer le diaporama

Depuis 1966, le bateau a été remplacé et rénové plusieurs fois. En 1979, le Catboat a investi une péniche. En juin 1987, la Catboat Foundation est officiellement devenue une organisation à but non lucratif. En 2001, la péniche a de nouveau été rénovée pour que le refuge animalier puisse répondre aux exigences légales néerlandaises.

Des planches de bois ont notamment été ajoutées pour renforcer le bateau et ainsi éviter que les chats ne s'échappent et tombent dans l'eau.

 

UNE PASSION POUR LES CHATS

Henriette Van Weelde est décédée en 2005, à l'âge de 90 ans. À sa mort, le Catboat a continué d'accueillir les chats errants ou abandonnés.

Le refuge fonctionne aujourd'hui grâce aux dons et aux volontaires. L'argent récolté est utilisé pour castrer, stériliser et pucer les nouveaux pensionnaires. Le photographe précise que 20 à 25 volontaires, âgés entre 20 et 70 ans, viennent régulièrement au Catboat pour s'occuper des chats.

Yoni Caspers, 30 ans, rentre chez elle avec Mow, un chat de 7 ans qu'elle vient d'adopter au Catboat.

« Ils adorent tous les chats bien évidemment et discutent avec les touristes qui viennent visiter le bateau », explique Muhammed Muheisen. « Ils sont très sympas et très protecteurs vis-à-vis des chats ».

Le processus d'adoption pour un chat du Catboat est très rigoureux. Des milliers de visiteurs viennent chaque année au centre et la plupart sont des touristes. Par conséquent, pour adopter, il faut prendre un rendez-vous pour voir un chat en particulier.

Ensuite, les propriétaires potentiels doivent attendre une journée avant de poursuivre la procédure, pour bien réfléchir à l'adoption. Si un adoptant ne veut finalement plus du chat, le Catboat le reprend.

Mohammed Muheisen déclare qu'il a voulu photographier ce refuge inhabituel en raison de sa passion pour les chats, entre autres.

« Plus les jours passent et plus vous faites partie de leur environnement. Ils vous voient alors comme un autre chat », ajoute le photographe. « Ce reportage photo est certainement le plus beau que j'ai réalisé ».

 

Suivez Muhammed Muheisen sur Instagram.

Lire la suite