Environnement

2015, année désastreuse pour le climat

Fonte des glaces, sécheresse, inondations… 2015 est la pire année de l’histoire moderne en matière de dérèglement climatique selon un rapport international.jeudi 9 novembre 2017

De Marine Sanclemente

Ce sombre bilan est celui du rapport annuel sur l’état du climat (State of the Climate), un document de 300 pages réalisé par 450 chercheurs du monde entier. Voici les trois points à retenir.

  • Records de chaleur

La température moyenne au cours de l’année à la surface du globe a encore augmenté de 0,1 °C, battant le précédent record de 2014, selon l’administration nationale des études océaniques et atmosphériques (NONA). Le phénomène météorologique El Niño, affectant le régime des vents, la température de la mer et les précipitations, a été particulièrement puissant en 2015, exacerbant cette tendance au réchauffement.

Les températures en Arctique, zone très sensible au changement climatique, ont atteint les pics enregistrés en 2007 et 2011. Depuis les premiers relevés dans la zone, au début du XXe siècle, on constate une augmentation de 2,8 °C.

En parallèle, des sécheresses sévères ont affecté des superficies presque deux fois plus importantes en 2015 qu’en 2014 (14 %, contre 8 % de surface terrestre). Les zones principalement concernées sont le Sahel, l’Afrique australe et certaines régions d’Asie du Sud.

  • Concentration des gaz à effet de serre

La concentration des trois principaux gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote), produits par l’activité humaine et responsables du dérèglement climatique, atteint des sommets selon le rapport. Le CO2 a frôlé la barre des 400 parties par million (nombre de molécules du gaz à effet de serre par million de molécules d’air dans l’atmosphère), soit 2,2 ppm en plus par rapport à 2014.

  • Montée des eaux et prolifération d’algues

Le niveau des mers a été 7 cm plus haut qu’en 1993, soit une augmentation significative. La hausse la plus rapide concerne le Pacifique et l’océan Indien. Ce phénomène risque de s’accélérer dans les prochaines décennies avec la fonte des glaciers, menaçant la vie de millions d’habitants sur les côtes.

La température moyenne des océans a éteint son niveau record, aggravant la prolifération d’algues. Un problème grave puisqu’il affecte les ressources côtières et donc les habitants qui en dépendent.

Cette tendance générale devrait se confirmer en 2016, puisque les six premiers mois de l’année ont été les plus chauds jamais connus.

Lire la suite