Espace

L'étoile jumelle de notre Soleil aurait été découverte

Des chercheurs ont repéré la possible sœur jumelle de notre Soleil : leur âge et leurs propriétés communes laissent penser qu’elles seraient nées ensemble, avant de se disperser dans l’Univers.

De Arnaud Sacleux
La soeur jumelle de notre Soleil lui est très similaire. Elles ont le même âge et leur structure chimique est très proche.

Notre Soleil s’est formé, comme beaucoup d’autres, dans une sorte de nurserie stellaire : un amas d’étoiles qui naissent dans des nuages de gaz et de poussière froids avant de se disperser à travers le cosmos. À la manière des soleils de taille similaire, notre étoile qui vit aujourd’hui une vie solitaire aurait grandi avec une sœur jumelle. Des chercheurs pensent l'avoir retrouvée, à 184 années-lumière de notre planète. Elle a été baptisée HD 186302.

 

SÉPARÉES À LA NAISSANCE

L’équipe à l’origine de cette découverte, des astronomes menés par Vardan Adibekyan de l'Instituto de Astrofísica e Ciências do Espaço au Portugal, sont partis du postulat suivant : si le Soleil a une jumelle, comme 85 % des autres étoiles, celle-ci présentera des caractéristiques similaires. Grâce à la base de données qui regroupe les spectres de 17 000 étoiles, recoupée avec les observations du satellite de l’Agence Spatiale Européenne GAÏA, les scientifiques ont repéré dans la constellation du Paon une étoile étrangement similaire à la nôtre.

Elle est, parmi toutes les autres, l'astre qui a le plus de similitudes en termes de métallicité (la part de sa masse qui n’est composée ni d’hydrogène ni d’hélium), d’abondance chimique et de rapports d’isotopes de carbone (indicateur d'âge) avec notre Soleil. Cette naine jaune âgée d’environ 4,57 milliards d’années est selon les scientifiques la meilleure candidate au titre de sœur jumelle.

 

HD 186302 :  PREUVE D’UNE VIE EXTRATERRESTRE ?

Si HD 186302 est presque identique au Soleil, la question de savoir si la vie aurait pu également se développer dans ce système solaire se pose pour les scientifiques. Pour le moment, il n’est pas avéré que cette étoile héberge bel et bien des planètes mais des études sont prévues pour explorer cette possibilité. Selon certaines théories, la vie aurait pu se propager vers ces possibles planètes quand elles étaient nos voisines, et si les conditions étaient favorables à la manière de la Terre, la vie aurait pu y émerger et perdurer.

« Certains calculs théoriques montrent qu’il y a une probabilité non négligeable que la vie se soit propagée de la Terre vers d’autres planètes ou systèmes exoplanétaires, pendant la période du bombardement tardif » explique V. Adibekyan, l’un des auteurs de l’étude. « Si nous sommes chanceux, et que notre candidate jumelle abrite une planète et qu’elle est d’un type rocheux, dans une zone habitable et « contaminée » par les semences de vie de la Terre, alors nous avons là une situation rêvée : une Terre 2.0 en orbite autour d’un Soleil 2.0. » ajoute-t-il.

Devant de telles similitudes, l’équipe à l’origine de cette découverte veut chasser d'éventuelles exoplanètes autour d'elle avec les spectrographes Harps et Espresso. Les résultats de cette étude ont été publiés sur Astronomy & Astrophysics.

Lire la suite