Espace

L'Homme est-il vraiment allé dans l'espace ?

La réponse est oui. Même si près de deux Français sur dix en doutent, selon une récente étude IFOP réalisée conjointement pour la Fondation Jean-Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch.

De National Geographic

Peu importe le nombre de vidéos, d'articles, de faits scientifiques vérifiés (et vérifiables) prouvant que les Hommes sont bien allés dans l'espace, d'aucuns - et ils sont nombreux - continuent de le nier. De fait, l'une des théories du complot les plus populaires est sans doute celle concernant la mission lunaire Apollo 11. 

Les premiers pas de Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur le sol lunaire le 20 juillet 1969 ont marqué à jamais l'histoire de l'exploration spatiale. Pendant près de 2h30, les astronautes américains ont exploré la surface de notre satellite tandis que Michael Collins pilotait le module de commande en orbite. Beaucoup d'entre nous se souviennent avoir suivi l'événement à la télévision, ou l'ont entendu raconter par leurs parents ou grand-parents. 

Mais que dire à ceux et celles qui doutent que l'Homme ait jamais voyagé dans l'espace ?

 

LES ASTRONAUTES NE POUVAIENT PAS PASSER LA CEINTURE DE VAN ALLEN

Un des « arguments » les plus populaires pour justifier que l'Homme n'est jamais allé dans l'espace est lié à la Ceinture de Van Allen, une zone toroïdale de la magnétosphère de la Terre entourant l'équateur magnétique et chargé de particules énergétiques provenant du vent solaire. Beaucoup aiment à dire que l'être humain ne pourrait passer à travers cette ceinture magnétique sans mourir des suites de l'exposition à de telles radiations.

En fait, la communauté scientifique internationale avait connaissance de l'activité énergétique de la Ceinture de Van Allen depuis les années 1950 et les missions lunaires Explorer et Pioneer. Au moment du lancement de la mission Apollo 11, l'intensité de la Ceinture de Van Allen était à son plus bas niveau, l'énergie fluctuant avec l'activité du Soleil.

Le syndrome d'irradiation aiguë, potentiellement mortel, résulte d'une exposition à une forte dose de rayonnements ionisants, d'environ 20 à 100 gray en l'espace de quelques heures. Les astronautes de la mission Apollo 11 ont passé moins de 2 heures à l'intérieur de la ceinture, protégés par la cellule de commande. Ils n'ont été exposés qu'à une radiation d'environ 0.18 gray, soit un niveau de radiation tout à fait acceptable. La NASA avait d'ailleurs fait en sorte que durant cette mission de 12 jours, les astronautes ne puissent être exposés à plus de 0.0018 gray par jour (l'équivalent d'une radio aux rayons X), sécurisant et isolant autant que possible la capsule qui les a emmenés sur la Lune.

La NASA a pensé aux plus sceptiques d'entre vous avec ces estimations mathématiques de la charge énergétique de la Ceinture de Van Allen.

 

POURQUOI LE DRAPEAU AMÉRICAIN FLOTTAIT-IL ?

Autres « preuves » irréfutables que l'Homme n'a pas posé le pied sur la Lune selon les adeptes de la théorie du complot : les images du drapeau américain flottant sur le sol lunaire. Sur les vidéos et photos montrant Neil Armstrong et Buzz Aldrin planter le drapeau états-unien sur la Lune, celui-ci semble flotter au vent. Mais attendez une minute... il n'y a pas de vent sur la Lune. Comment pourrait-il flotter ?

La vérité, c'est que le drapeau ne flotte pas. Si vous prêtez attention aux détails de ce GIF réalisé par le National Space Center britannique, le drapeau a la même position d'une image à l'autre, alors que l'astronaute se meut sur le sol lunaire. Une tige horizontale au sommet du poteau a été pensée pour tenir le drapeau déployé, d'où sa position verticale. Cette tige a été légèrement déformée au moment où le drapeau a été planté au sol, ce qui lui a donné cette inclinaison inchangée par l'absence de gravité sur notre satellite.

Sur cette autre vidéo montrant les astronautes planter le drapeau, il semble être ballotté d'avant en arrière. Les astronautes, en le plantant, l'on fait bouger d'avant en arrière pour mieux l'enfoncer dans le sol lunaire, ce qui a donné au drapeau un mouvement similaire à celui d'un pendule pendant quelques secondes. Pas besoin de vent ici pour faire bouger le drapeau. De nombreuses vidéos de la NASA montrent du reste le drapeau dans la même exacte position pendant des heures.

 

POURQUOI NE VOIT-ON PAS D'ÉTOILE SUR LES IMAGES DE LA MISSION APOLLO 11 ?

Autre point régulièrement soulevé dès lors que l'on jette un oeil aux images de la mission lunaire : on ne distingue sur celles-ci aucune étoile dans le ciel sombre. Ce qui, en fait, est commun à la plupart des photos prises dans l'espace, où le contraste ombre / lumière est extrême. De plus, les pellicules photo utilisées ne pouvaient pas montrer en même temps une brillance et des zones plus sombre.

L'astrophysicien Brian Koberlein a par ailleurs consacré une publication à cette question.La luminosité éclipse les lumières lointaines, plus faibles, de la même manière que des phares peuvent éclipser les lumières environnantes plus faibles. L'oeil humain et les objectifs optiques doivent s'adapter pour « faire le point » sur les étoiles. Les astronautes envoyés en mission dans la station spatiale internationale prennent régulièrement des photos de la Terre entourée d'un immense manteau sombre sans étoile, pour les mêmes raisons de contraste.

 

LE ROCHER MARQUÉ DE LA LETTRE « C »

Le célèbre rocher marqué de la lettre C de la mission Apollo 16. Les accessoires utilisés sur les plateaux de cinéma sont souvent numérotés ou marqués d'une lettre pour mieux les distinguer et les placer. Ce rocher aurait été malencontreusement placé du mauvais côté, laissant apparaître son indicatif et trahissant donc la supercherie d'images filmées en studio.

Mais en vérité la marque n'existe tout simplement pas. L'image du rocher est extraite d'un plan beaucoup plus large de la surface lunaire, comme on peut l'observer sur les images ci-dessous. L'image originale, à gauche, ne montre aucune marque. Un cheveu ou un fil s'est sans doute retrouvé coincé dans la caméra ou dans l'outil utilisé pour copier les images.

Les archives de la NASA peuvent être une première étape fascinante si vous souhaitez mener votre propre enquête.

 

IL Y A DES TRACES DES MISSIONS APOLLO SUR LA LUNE

Il existe des preuves de notre passage dans l'espace et plus précisément sur la Lune - et toutes ne viennent pas de la NASA. Il est par exemple possible de voir des traces de pas et l'engin spatial laissé là par les astronautes des missions Apollo.

Si des télescopes pourtant très puissants comme Hubble n'ont pas la résolution suffisante pour déceler ce type de détails, des sondes en orbite autour de la Lune comme le Lunar Reconnaissance Orbiter de la NASA ou des sondes envoyées par la Chine, l'Inde et le Japon ont pu observer les traces de pas des astronautes sur le sol lunaire (à voir ici et ici). Les images envoyées à la Terre montrent que l'engin spatial abandonné par les astronautes se trouve toujours au même endroit.

Autres éléments essentiels, encore en usage aujourd'hui : les réflecteurs lunaires. Cinq rétroréflecteurs ont été déposés sur la Lune par les missions humaines Apollo 11, 14 et 15 puis par les sondes robots soviétiques Lunokhod afin de mesurer la distance qui sépare la Terre de son satellite au moyen de faisceaux laser. Cette mesure est effectuée dans le cadre de l'expérience dite Télémétrie laser-Lune (ou Lunar Laser Ranging Experiment, LLR) de l'Observatoire de la Côte d'Azur.

Ces réflecteurs sont toujours utilisés pour mesurer la distance Terre-Lune (variable) avec une précision centimétrique. 

 

LA PREUVE EST DANS LA PIERRE

La preuve ultime tient sans doute aux roches lunaires que les astronautes ont rapporté de leurs missions. Des prélèvements de plus de 832 kilogrammes ont été faits lors des missions lunaires habitées. Ceux-ci contiennent de nombreuses sphérules de verre, formées soit par l'activité volcanique ou l'impact de météorites. La cristallisation qui suit l'un de ces événements explosifs sur la Lune produit des sortes de sphérules translucides, que l'on ne retrouve pas sur Terre où le verre produit par l'activité volcanique est rapidement et naturellement détruit. 

L'observation même de sphérules de verre sur les météorites et sur les morceaux de roches rapportées par les astronautes des missions Apollo prouve que les Hommes ont bien été dans l'espace.

 

Cet article n'aborde bien sûr que de manière succincte l'immense quantité de preuves scientifiques passées et présentes qui prouvent que l'Homme est bien allé dans l'espace.

Outre les missions lunaires, sans doute les plus observées et médiatisées, les missions habitées pourraient se multiplier dans les années à venir, notamment pour découvrir Mars, présentée par Elon Musk et d'autres comme la « planète de secours » de la Terre. 

Lire la suite