Comment les archéologues ont découvert le mythique site de Delphes

S'appuyant sur des indices du passé, une équipe d'archéologues du 19e siècle a mis au jour Delphes, le site dans lequel les Grecs anciens adressaient leurs questions à Apollon.

De María Teresa Magadán
Excavé entre 1895 et 1897, l'amphithéâtre de Delphes se dresse sur la colline depuis le temple d'Apollon Phytien. C'est un espace gigantesque pouvant accueillir jusqu'à 5 000 personnes. Des performances musicales, poétiques et dramatiques ont été organisées ici.

Un mythe grec raconte que Zeus aurait dépêché deux aigles dans le ciel dans des directions opposées. Le centre du monde serait déterminé à l'endroit où leurs courses se croiseraient. La légende dit que les oiseaux se sont rencontrés à Delphes, sur les pentes du Mont Parnasse. Zeus aurait alors marqué l'endroit d'une pierre appelée omphalos (nombril).

Selon un autre mythe, cet endroit impressionnant du centre de la Grèce (à une centaine de kilomètres au nord-ouest d’Athènes) était à l’origine un lieu sacré pour Gaïa, déesse de la Terre, qui avait désigné son fils Python, un serpent, comme gardien de Delphes et de son oracle. Apollon, dieu de la Lumière, des Arts et de la Divination, tua le serpent et prit possession du site. L'oracle du temple d'Apollon à Delphes fut appelé la « Pythie », en l'honneur du défunt fils de Gaïa. La conviction que les prêtresses de Delphes étaient capables de retranscrire les prophéties d'Apollon lui-même se propagea dans tout le monde antique.

Le culte d'Apollon est entré en vigueur à Delphes dès le 8e siècle av. J.-C. Environ deux siècles plus tard, des dirigeants de toute la Grèce consultaient l'oracle sur les grandes questions de l'époque : guerres, colonies fondatrices et rituels religieux. Delphes étant un site utilisé par différents États grecs - souvent rivaux - celui-ci est rapidement devenu non seulement un espace sacré, mais également un lieu où une cité-État pouvait exposer son statut au reste du monde grec.

Si une ville en particulier voulait faire montre de son succès guerrier ou commercial, elle pouvait édifier un monument commémoratif à Delphes. Cette pratique a conduit à une accumulation étonnante de monuments et de sculptures sur le site. Chaque pièce sert de guide visuel aux changements de pouvoir dans la région. Athéniens, Spartiates, Macédoniens et Romains ont tous usé de leur richesse pour faire du « centre du monde » le reflet de leur gloire. 

Delphes a également organisé des concours d'athlétisme, de poésie et de musique. C'était le lieu des Jeux pythiens, qui se tenaient tous les quatre ans, juste après ceux d'Olympie.

Il ne reste que six colonnes doriques du temple d'Apollon, situé sur la troisième terrasse. Ici, la Pythie livrerait des prophéties à ceux qui venaient consulter le dieu.

En dépit de son caractère sacré, Delphes était une cible de choix pour les pillages. Une attaque perse en 480 avant notre ère et une attaque gauloise en 279 avant notre ère mirent à mal la cité. 

Rome prit Delphi en 191 avant J.-C., mais autorisa la poursuite des rituels religieux et des compétitions sportives. Les choses changèrent lorsque le christianisme est devenu la religion officielle de l'empire romain en 380 après J.-C.

Entre 391 et 392, l'empereur Théodose Ier interdit les pratiques païennes et ferma les temples grecs, y compris ceux de Delphes. Dépouillé de sa fonction religieuse, le site tomba peu à peu en ruines. Un petit campement prit racine sur le site pour devenir le village de Kastri.

Les visiteurs se firent rares durant les siècles suivants. En 1436, un marchand italien, Cyriacus d'Ancône, entreprit le difficile voyage vers Delphes ; ses notes révèlent ce qu'il restait du stade et du théâtre, un bâtiment circulaire qu'il confondit avec le temple d'Apollon, dont certaines statues sont encore debout. La Grèce faisant partie de l'Empire ottoman en 1453, l'idée de Cyriacus de « restaurer l'Antiquité ou de la sauver de l'extinction » fut reportée à plus tard. L'ancien centre du monde resterait dans l'obscurité pendant encore quatre siècles.

 

DES TRÉSORS ENSEVELIS

En fait, il a fallu attendre que la Grèce reprennent leur indépendance des Ottomans en 1832. La Grèce ressentit le besoin nouveau de faire resurgir son glorieux passé et de protéger son héritage culturel. L'État grec promulgua des lois contre la vente d'antiquités, créa la Société grecque d'archéologie et encouragea les archéologues européens intéressés à se présenter.

Biton. Kouros du VIe siècle av. J.-C., période archaïque, musée archéologique de Delphes.

Les fouilles de Delphes s'annonçaient comme une tâche titanesque. Les maisons de Kastri devaient être achetées sous la contrainte, les résidents indemnisés devaient être relogés. La Grèce ne pouvait pas se permettre une telle dépense, elle devait donc compter sur des capitaux étrangers. En 1840 et à nouveau en 1860, les archéologues menèrent des études préliminaires dans des zones dégagées. Ils mirent au jour une partie de la sous-structure du temple et une partie de son mur de soutènement recouvert d'inscriptions.

Malgré les efforts déployés par la Société archéologique grecque pour convaincre les habitants de Kastri de déménager, les propriétaires ont vite compris que leurs terres étaient précieuses et réclamaient plus d'argent. Les circonstances changèrent lorsqu'un puissant tremblement de terre provoqua la chute de gros rochers dans la montagne, détruisant le village et tuant 30 personnes.

Après la catastrophe, une commission s'est mise à la recherche d'un nouveau site pour remplacer les milliers de parcelles habitées et négocier avec les habitants. Voyant que les fonds disponibles ne correspondaient pas au prix demandé par les villageois, la Société archéologique grecque a cédé le terrain aux Français afin qu'ils puissent réaliser une petite excavation en 1880.

Bertrand Haussoullier, directeur des fouilles françaises à Delphes à cette époque, s'est concentré sur la zone immédiate séparant les secteurs précédemment fouillés. Haussoullier était convaincu qu'il y trouverait la terrasse du temple. Les fouilles ont révélé qu'il s'agissait en fait de l'esplanade attenante à la terrasse, où des monuments commémoratifs avaient été érigés par les différentes cités et puissances régionales tout au long de l'histoire du sanctuaire. Les murs appartenaient à l'un de ces monuments, la Stoa athénienne, construite au début du 5e siècle avant notre ère pour abriter les trophées remportés lors des batailles navales. À côté apparaissait la colonne effondrée du Sphinx, une offrande de l'île de Naxos.

 

LE DÉBUT DE LA GRANDE FOUILLE

Fondée en 1846, l’école française d’Athènes était une concurrente directe à son homologue allemand, l’Institut archéologique allemand, pour l’accès aux sites grecs. Lorsque les Allemands obtinrent les droits exclusifs de fouilles à Olympie en 1874, les Français firent pression pour obtenir un accès exclusif à d'autres sites classiques.

Etat des fouilles à Delphes en novembre 1893.

En 1881, le Premier ministre grec Aléxandros Koumoundhoúros mit sur la table un accès exclusif à Delphes. Il offrit Delphes à la France en échange de son soutien dans les revendications territoriales grecques. 

L'hésitation française ouvrit une période de négociations de dix ans, considérée par les Français comme la « guerre de Troie ». Delphes devint une monnaie d'échange. En fin de compte, le roi George Ier de Grèce signa le 13 avril 1891 un accord autorisant les Français à travailler exclusivement sur le site. La Grande Fouille devait débuter en septembre 1892, mais les villageois, inquiets de n'avoir pas encore été payés pour leurs terres, refusèrent de laisser entrer quiconque sur le site. La police dût protéger les archéologues jusqu’à ce que les villageois soient payés.

Les travaux d'excavation se poursuivirent de 1892 à 1901, supervisés par Théophile Homolle, futur directeur du musée du Louvre. C'était un projet complexe : le site mesurait plus de 18 580 mètres carrés, 200 ouvriers y travaillaient 10 heures par jour et il fallut installer plus de trois kilomètres de voies ferrées pour acheminer les 75 wagons nécessaires au transport de plus de 35 000 000 de mètres cubes de terre excavée.

Ce tholos, ou temple circulaire, est situé sur la terrasse Marmaria à Delphes, à environ 800 mètres du sanctuaire d'Apollon. Faisant partie d'un temple dédié à Athéna, les colonnes visibles aujourd'hui ont été reconstruites en 1938.

Malgré les difficultés inhérentes au lieu (vent, pluie et chutes de pierres), les efforts français ont rapidement donné des résultats remarquables. En 1893, ils ont découvert l'autel principal du temple d'Apollon Pythien, l'autel des Chians, ainsi que le rocher de la Sybille où la Pythie annonçait ses prophéties. Le Trésor athénien, également découvert en 1893, comportait une découverte remarquable : des blocs de pierre sur lesquels étaient inscrits les mots et de la musique de l'hymne à Apollon. (À lire aussi : Comment les archéologue ont découvert la mythique ville de Troie).

Datant de différentes époques d'occupation du site, les statues d'athlètes constituaient de nombreux artefacts de Delphes. Découvertes à un an d’écart, les deux statues jumelles de Cléobis et de Biton datent d’environ 580 ans av. J.-C. Ces deux énormes figures indépendantes mesurent plus d’1.80 mètre et représentent deux frères célèbres pour leur force dans les récits mythologiques.

En 1896, la plus célèbre statue athlétique fut découverte : l'impressionnante figure en bronze de l'Aurige de Delphes. D'une hauteur de 1.80 mètre, la statue ferait partie d'un groupe de sculptures beaucoup plus vaste, aujourd'hui disparu. Elle a été retrouvée dans le temple d'Apollon Pythien, où il avait été enseveli au quatrième siècle avant notre ère par un éboulement. Des inscriptions près de la base indiquent qu'il a été érigé dans les années 470 avant J.-C. pour commémorer une victoire aux Jeux de Pythie.

Les archéologues ont travaillé dur pour mettre au jour différentes structures sur le site. Entre 1896 et 1897, le théâtre et le stade des Jeux de Pythie ont été mis au jour, suivis du gymnase et du printemps castalien et, à partir de 1898, de la terrasse inférieure ou Marmaria, où se dressait le temple d'Athéna Pronaia.

Vue arrière du trésor athénien reconstruit. Son homologue siphnien se tenait à proximité, à sa gauche, un peu plus loin sur le plateau delphinien.

Les Français tenaient des journaux scrupuleux des fouilles, documentaient leurs découvertes en les photographiant et publiaient des rapports annuels faisant état de leurs progrès. Ces pratiques innovantes sont rapidement devenues la norme en archéologie. Quand la fouille a pris fin, Homolle a déclaré qu'il était déçu « de ne pas avoir trouvé de métope ou de frise, ni même le doigt d'une figure sur le fronton du temple », ni le gouffre mentionné dans les textes anciens.

La Grande Fouille marqua le début d'un long voyage dans le temps qui tend aujourd'hui encore à révéler les secrets de Delphes. La restauration de cet endroit emblématique du monde antique a révélé la complexité de la religion, de la richesse et du pouvoir dans la Grèce ancienne.

Delphes a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987. En 1992, lors des célébrations du centenaire de la fouille française, Jean Leclant, secrétaire émérite du Collège de France, a qualifié la fouille de « triomphe de l’esprit d’Apollon, de la sagesse et de la beauté. »

Lire la suite