Histoire

Des symboles arabes mis au jour sur des vêtements funéraires vikings

Les symboles pour “Ali” et “Allah” ont été mis au jour en Scandinavie - une première historique.

De Austa Somvichian-Clausen

Des chercheurs suédois ont fait une surprenante découverte : des caractères arabes tissés sur des costumes funéraires mis au jour dans des tombes vikings et dans des chambres funéraires sur des sites comme Birka. Les vêtements étaient conservés depuis plus d'un siècle, laissés de côté car ils ne semblaient pas différer des costumes traditionnels vikings. Un nouvel examen des effets mortuaires a permis ces découvertes inédites.

« Un détail fascinant est le mot "Allah" inscrit en miroir, » explique Annika Larsson, l'archéologue spécialiste des vêtements qui a fait cette découverte à l'université d'Uppsala.

Les motifs étaient tissés au fil d'argent sur un bandeau de soie. Annika Larsson indique que les coutumes funéraires vikings étaient probablement influencées par l'Islam, et notamment par l'idée d'une vie éternelle au paradis après la mort.

« Dans le Coran, il est écrit que ceux qui iront au paradis seront vêtus de soie, ce qui, avec les inscriptions tissées, peut expliquer la popularité de la soie pour les costumes funéraires vikings, » continue-t-elle. Elle note également que les découvertes concernaient aussi bien les dépouilles d'hommes que de femmes.

Larsson explique par ailleurs que les petits motifs géométriques figurant sur les vêtements funéraires n'avaient rien de commun avec tout ce qu'elle avait pu voir en Scandinavie. Elle a réalisé qu'il ne s'agissait pas de motifs vikings, mais bien d'inscriptions arabes coufiques.

Pour percer le mystère de ces minuscules inscriptions, il a fallu les étudier minutieusement, sous tous les angles, y compris à revers. Un des mots récurrents a été identifié comme le nom "Ali", quatrième successeur du prophète selon le Coran. "Allah" était également inscrit plusieurs fois.

Dans un communiqué de presse de l'université d'Uppsala, Annika Larsson note qu'il était souvent présumé que des objets orientaux trouvés dans les tombes vikings étaient le fruit de pillages. Mais la chercheuse pense au contraire que les inscriptions coufiques auraient été une tentative d'écriture de prières, à lire de gauche à droite.

La phrase « pour Allah » avait déjà été identifiée sur une bague en argent trouvée dans la tombe d'une femme viking à Birka. Mais ces récentes découvertes révèlent les premières inscriptions coufiques citant Ali jamais mises au jour en Scandinavie.

Si l'exacte signification des inscriptions reste inconnue, Annika Larsson a expliqué à la BBC que la « possibilité que certains de ces tombeaux aient été la demeure de Musulmans ne doit pas être écartée. »

L'archéologue poursuit en expliquant qu'Ali et Allah sont souvent associés sur les vêtements funéraires et que, si l'on considère l'importance d'Ali dans l'Islam chiite, on pourrait conclure que les Vikings avaient établi des liens spécifiques avec les Chiites.

L'imagerie satellite et les études ADN approfondies aideront les scientifiques à percer ce nouveau mystère et à trouver de nouvelles réponses sur cette ancienne culture. Les Vikings se sont aventurés bien loin de leur Scandinavie natale, étendant leur influence dans plus de 37 pays, de l'Afghanistan au Canada.