Histoire

Pourquoi la découverte de ce masque néolithique vieux de 9 000 ans interroge les archéologues

Cette découverte rare a été accueillie avec enthousiasme mais a ravivé les débats portant sur l’authenticité de ces mystérieux artefacts néolithiques.

De Kristin Romey

Avec leurs yeux vides et leurs expressions énigmatiques, les masques de pierre vieux de 9 000 ans qui entourent le sud du désert de Judée comptent parmi les artefacts les plus fascinants et les plus distinctifs de la région. À cet état de fait s’ajoute leur rareté : il n’en existe que 15 exemplaires. Aussi, lorsque l'Autorité des antiquités israéliennes (IAA) a récemment annoncé la découverte d'un seizième masque de pierre, elle a attiré l'attention des archéologues et du public - mais a également ravivé le vibrant débat sur l'authenticité de ces objets singuliers.

Le masque de pierre a été mis au jour il y a plusieurs mois par l'unité de prévention de pillages, selon un communiqué de presse de l'IAA. Une enquête ultérieure a ensuite conduit les archéologues au « site archéologique dans lequel le masque avait probablement été découvert », près de la colonie de Pnei Hever, dans le sud de la Cisjordanie. Les résultats d'une première analyse du masque ont été présentés plus tôt cette semaine lors de la réunion annuelle de la Société israélienne de préhistoire par Ronit Lupu, de l'Unité de prévention des pillages des antiquités de l'IAA, et par Omry Barzilai, chef du département de recherche archéologique de l'IAA.

Le masque récemment découvert partage de nombreuses caractéristiques avec les autres découvertes faites à ce jour. Celles-ci incluent un visage à taille humaine en calcaire avec de grandes ouvertures pour les yeux, une bouche bien définie et des trous percés tout autour. Les trous ont amené certains chercheurs à suggérer que les masques étaient conçus pour être attachés à un visage ou à un objet.

« C'est incroyable, c'est beau », déclare Ronit Lupu, qui a participé à la récupération du masque et à l'identification du site associé à sa découverte. « Vous le voyez et vous n'avez qu'une envie : pleurer de bonheur. »

Parallèlement à leur attrait esthétique, les masques en pierre néolithiques sont d'une importance scientifique réelle, puisqu'ils ont été créés à un moment de l’Histoire où les habitants de la région ont commencé à s’organiser en communautés sédentaires, selon Barzilai, qui a analysé la découverte.

« La transition d'une économie basée sur la chasse et la cueillette à une agriculture ancienne et la domestication de plantes et d'animaux s'est accompagnée d'un changement de structure sociale et d'une forte augmentation des activités rituelles et religieuses », note Barzilai dans son communiqué de presse.

Alan Simmons, professeur émérite d'anthropologie à l'Université du Nevada à Las Vegas, spécialisé dans cette période, est du même avis. « Une fois que vous avez une population plus nombreuse et que plus de personnes vivent dans un même endroit, vous avez besoin d'un contrôle social. C'est pourquoi on commencer à observer un comportement rituel plus formalisé. » Les figurines humaines et les crânes en plâtre sont d'autres indicateurs de l'instauration de rituels à cette période .

 

« DES COSTUMES ÉLABORÉS ? »

Le rôle exact de ces masques dans la société il y a 9 000 ans reste cependant un mystère. Ils peuvent être associés à une forme de culte des ancêtres, selon certaines sources.

« S'agissait-il d'un rituel funéraire ou d'un autre type de rituel, ou simplement d'une tenue de fête élaborée ? Qui sait ? » s'interroge Simmons.

Une grande partie du mystère tient au fait que la plupart des masques néolithiques connus proviennent de collections privées et ont des origines troubles, sans traçabilité archéologique. Jusqu'à présent, selon le communiqué de l'IAA, seuls deux des masques avaient un contexte archéologique clair : un masque retrouvé dans une grotte de Nahal Hemar et un masque acheté par le général israélien Moshe Dayan .

Dans ce dernier cas, c'est la personne ayant découvert le masque qui a fait le choix de demeurer anonyme et qui a conduit Lupu sur le site de recherche. Des récits contradictoires ne permettent pas de savoir si l'artefact a été remis volontairement à l'unité de prévention ou s'il a été retrouvé. Une étude de la surface du site a révélé que les outils en silex dataient de 7 500 à 6 000 ans av. J.-C., selon Lupu. Une analyse préliminaire isotopique et minéralogique du masque montre qu'il provient de cette région.

Si l'on considère les origines troubles de la majorité des masques, Lupu comprend les questions relatives à son authenticité. Mais elle est convaincue que le nouveau masque provient bien du site.

« Je suis sûre du contexte de cette découverte », dit-elle. 

 

LE LIEU NE FAIT PAS TOUT

Mais pour certains archéologues, connaître le lieu de la découverte ne suffit pas. « Même si nous pouvions trouver le site d'où provient le masque, cela ne nous dit pas vraiment comment il a été utilisé », déclare Yorke Rowan, professeur d'archéologie à l'Université de Chicago. « Faisait-il partie d'un rite mortuaire ? Dans un contexte rituel, dans une sorte de sanctuaire ? C'est le type de questions auxquelles on ne peut répondre qu'en connaissant le contexte archéologique. »

Le fait que seul un des seize masques de pierre ait été excavé scientifiquement nourrit également le doute que d'autres exemplaires puissent être des faux, comme le souligne Morag Kersel, professeur d'anthropologie à l'Université DePaul qui prépare une étude sur l'authenticité des masques.

Les défenseurs de l'authenticité des masques font état d'une analyse effectuée en 2014 sur la patine de surface d'une douzaine de masques en pierre, dont dix provenaient de collections privées et n'avaient pas de provenance connue, indiquant que tous avaient été découverts dans un petit rayon géographique autour des collines et du désert de Judée. Le dernier masque a également été trouvé dans la même zone.

Néanmoins, Kersel appelle à la prudence, notant que la patine « authentique » peut être reproduite sur des artefacts contrefaits. « Nous ne saurons jamais si un masque est faux ou d’où il provient réellement, sauf s'il a bien été excavé de manière scientifique », dit-elle.

Simmons admet également que l'ombre qui plane sur l'origine d'autres masques a teinté sa réaction initiale à cette nouvelle découverte de suspicions. « Bon sang, c'est une découverte vraiment intéressante, mais j'aimerais simplement avoir plus de preuves », a-t-il déclaré. « Ma première question (quand j'ai entendu parler de la découverte) était 'Hum, est-ce bien réel ? »