Naufrage du Costa Concordia : 10 ans après

Il y a 10 ans, le vendredi 13 janvier 2012, à proximité de l'île du Giglio, au large du littoral sud de la Toscane, le paquebot Costa Concordia a fait naufrage, ôtant la vie à 32 personnes.

De Alessandro Gandolfi
Publication 13 janv. 2022, 10:14 CET
Naufrage du Costa Concordia, janvier 2012.

Naufrage du Costa Concordia, janvier 2012.

PHOTOGRAPHIE DE Rvongher, Wikimédia Commons

Le projet photographique Concordia a été réalisé par Alessandro Gandolfi. Découvrez le projet dans son ensemble sur son site Internet et sur son compte Instagram (@alexgandolfiphoto).

Le Costa Concordia a été baptisé le 7 juillet 2006 dans le port de Civitavecchia, en Italie. Mais la bouteille de champagne lancée sur la coque du navire ne se brise pas. Un mauvais présage pour les marins.

Temple flottant du luxe et du divertissement, une grande partie du navire Costa Concordia était consacrée aux divertissements, y compris pour les plus petits. Il y avait des piscines, des bains à remous, des toboggans, un terrain multisports, une salle de cinéma 4D, un simulateur de Formule 1 et un mini-club avec une salle d'arcade avec des jeux vidéo et des manèges pour enfants. 

Premier d'une série de six navires similaires construits par Fincantieri, il était à l'époque le plus gros navire italien jamais construit. Après son naufrage, les cinq autres navires similaires construits par Fincantieri ont subi des modifications.

 

LE NAUFRAGE

Il est 21h43 et 45 secondes le 13 janvier 2012, et dans 82 secondes le Concordia va heurter les rochers. Son capitaine, Francesco Schettino, donne un ordre au timonier : « 350 degrés à tribord ». Une voix masculine non identifiée répète par erreur « 328 » et Schettino répond : « 350 à tribord, d'accord ? Sinon on va sur les rochers ». On entend les membres de l'équipage rire sur la passerelle. L'ambiance semble détendue. Leur itinéraire prévoit de passer devant le village de Giglio Porto. Mais Schettino se rend compte que quelque chose ne va pas : le navire a dévié et se trouve trop près de l'île.

Quelques secondes plus tard, il donne l'ordre de virer à tribord et, immédiatement après, afin d'éviter les rochers, à bâbord. Mais le deuxième ordre est mal compris par le timonier indonésien, Rusli Bin, qui dirige le navire à tribord : à 21h45 et 7 secondes, le Concordia s'écrase sur les rochers à 8 mètres de profondeur, à environ 100 mètres de la côte. Le capitaine donne immédiatement l'ordre de fermer les portes étanches de la poupe, puis s'écrie, désespéré : « Sainte Mère de Dieu, qu'ai-je fait ? ».

Le rocher qui a creusé une entaille de 53 mètres dans la partie gauche du navire est l'un des Scole, un groupe de rochers de granit qui émergent près de la côte. Les marins s'en méfient depuis des siècles. Peu de gens savent que les Scole appartenaient à Rosalba Rossi, une habitante du Giglio âgée de 80 ans à l'époque. Rosalba est décédée en 2020.

Aujourd'hui, le Costa Concordia n'existe plus ; son nom a été rayé du registre maritime italien. L'épave, symbole du drame, a été démantelée et la plupart des pièces ont été recyclées : des milliers de tonnes d'acier du navire forment désormais les fondations de ponts et de bâtiments italiens. Mais on trouve partout des traces du Costa Concordia. Le photographe italien Alessandro Gandolfi s'est intéressé aux objets racontant la vie à bord du Costa Concordia. Ces reliques que les survivants ou les locaux ont trouvé et gardé en souvenir de la catastrophe. 

L'approche sensible du photographe donne à voir une autre facette de l'histoire de ce naufrage, encore dans tous les esprits.

Le documentaire L'épave du Costa Concordia sera diffusé sur la chaîne National Geographic vendredi 14 janvier à 16h40.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Histoire
L'épave d'un navire légendaire vient d'être retrouvée au large de la côte antarctique
Photographie
Ces passionnés continuent de faire vivre la culture samouraï
Photographie
COVID-19 : le personnel hospitalier épuisé par les vagues successives
Photographie
Au Népal, cet homme récolte du miel hallucinogène à ses risques et périls
Photographie
Réimaginer "Le Petit Prince" dans la cordillère des Andes

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.