Sciences

Manipuler la mémoire pour soigner Alzheimer

Quand Steve Ramirez était enfant, sa cousine a sombré dans le coma alors qu’elle accouchait. De cet accident est né l’intérêt du jeune homme pour le fonctionnement du cerveau. Jeudi, 9 novembre

De Simon Worrall

Aujourd’hui, cet Américain d’origine salvadorienne mène des recherches sur la mémoire et les manières de la manipuler. National Geographic l'a rencontré.

Pouvez-vous décrire vos travaux sur le fonctionnement de la mémoire ?

Mon équipe cherche à la fois à savoir comment la mémoire fonctionne et comment la détourner pour lui faire faire ce que l’on veut. Notre principal objectif est d’identifier les cellules cérébrales qui abritent un souvenir précis, puis de les pousser à s’activer ou à se désactiver en réponse à des impulsions lumineuses. Nous cherchons aussi à changer le contenu de certains souvenirs, par exemple pour rendre un événement moins traumatisant et moins douloureux. La suite logique serait d’appliquer ces connaissances au traitement de troubles psychiatriques, comme la dépression ou le syndrome de stress post-traumatique.

 

La maladie d’Alzheimer est de plus en plus répandue dans le monde. Vos recherches peuvent-elles être utiles dans ce domaine ?
Tout à fait. Avec de bonnes modélisations animales d’Alzheimer, nous pouvons répondre à un problème comme « est-ce que la maladie détruit la bibliothèque des souvenirs ? Ou détruit-elle seulement le bibliothécaire, ce qui ne fait que bloquer l’accès aux livres, c’est-à-dire aux souvenirs ? » Il existe beaucoup de littérature scientifique sur ce sujet, mais, nous, nous pouvons procéder à des tests et à des dissections d’une grande précision. Cela permet d’isoler les processus qui dysfonctionnent à cause d’Alzheimer et de les empêcher d’agir ou de les inverser.

Lire la suite