Sciences

3 questions à Ella Al-Shamahi, une drôle de paléoanthropologue

Ella Al-Shamahi est paléoanthropologue, spécialiste des hommes de Neandertal. Sa particularité ? Elle monte sur scène pour faire aimer la science grâce à l’humour. Jeudi, 9 novembre

De Simon Worrall

Vous avez monté un stand-up au sujet de vos recherches. Quel est le lien entre l’humour et les néandertaliens ?

Je travaille dans des zones de conflit ou dans des territoires instables, ce qui me confronte à des situations difficiles. J’ai vite réalisé que l’humour était idéal, à la fois comme stratégie de défense et comme moyen de transmettre le goût de la science au grand public. Sinon, les gens décrochent quand je décris l’importance des néandertaliens.

En quoi les néandertaliens sont-ils essentiels, selon vous ?

Ils sont nos plus proches parents – nos cousins. Ces dernières années, nous avons découvert, grâce à de très vieilles traces d’ADN, que nos ancêtres s’étaient croisés avec eux. Si vous vivez hors de l’Afrique subsaharienne, vous avez jusqu’à 4 % de gènes néandertaliens.

Vous développez une nouvelle théorie au sujet des premières migrations humaines…

Nous suspectons que le métissage entre Homo sapiens et Homo neanderthalensis a eu lieu très tôt, lorsque les premiers hommes ont quitté l’Afrique. De grands scientifiques avant moi ont suggéré que les premières migrations n’étaient pas passées par le désert du Sinaï pour arriver au Levant. Elles ont pu emprunter le détroit de Bab el-Mandeb, entre l’Afrique de l’Est et le Yémen. Mais, à cause de l’instabilité dans ce pays, toutes les équipes internationales en sont parties. Cela m’a fait de la peine de voir la science plier bagages et renoncer, pour des raisons de sécurité. Le développement n’est pas juste une question de politique et d’aide aux populations. Il concerne aussi le patrimoine.

Lire la suite