Sciences

Pourquoi est-ce si important de prendre nos médicaments correctement ?

La moitié des patients ne respecteraient pas les consignes d’administration de leurs médicaments. Quels risques courent-ils ? Mardi, 9 avril

De Jon Heggie

Au cours des 30 derniers jours, près de la moitié des Américains ont pris un médicament délivré sur ordonnance. Plus de 20 % en ont pris trois voire plus. Soin médical courant, les médicaments visent à prévenir, soigner ou réguler des maladies et affections toujours plus nombreuses. À mesure que la population mondiale vieillit et que l’espérance de vie augmente, grâce notamment aux progrès de la médecine, nous prenons de plus en plus de médicaments, d’où l’importance du respect de la posologie.

Selon certains rapports, près de la moitié des patients ne prennent pas leurs médicaments comme recommandé. Dans les 10 jours qui suivent le début d’un traitement, près d’un tiers des patients ne les prennent pas correctement, et ce sciemment pour 45 % d’entre eux. Dans le cadre d’une étude menée au Royaume-Uni, nous avons demandé à un patient les raisons pour lesquelles il ne prenait pas ses médicaments. Pointant du doigt la notice où est indiqué de prendre un comprimé le matin, il a expliqué qu’il ne se réveillait généralement pas avant l’après-midi. Si cela peut paraître surprenant, des millions de personnes oublient pourtant de prendre leurs médicaments ou ne respectent ni la posologie, ni la fréquence. Or, ce qui pourrait sembler comme un détail sans importance peut avoir des répercussions sur le fonctionnement d’un médicament. S’il peut tout simplement perdre de son efficacité dans certains cas, il risque même de nous nuire plutôt que de nous guérir dans le pire des cas.

De nombreux professionnels de santé suivent cinq conditions lors de la prescription d’un traitement : le bon patient, le bon médicament, la bonne posologie, le bon moment ainsi que la bonne voie d’administration. Les raisons scientifiques derrière l’existence de telles règles donnent à réfléchir. Chaque traitement est soigneusement conçu afin de soigner une maladie spécifique de façon bien définie. Un examen approfondi par un praticien qualifié est souvent nécessaire avant sa prescription à un individu. Ces dispositifs permettent l’administration du bon médicament à la bonne personne. En effet, deux personnes ont beau souffrir de la même maladie, ce qui convient à l’une ne conviendra pas nécessairement à l’autre.
C’est la raison pour laquelle les médecins discutent avec leurs patients. Avant de prescrire un médicament, ils s’enquièrent de l’état de santé, de l’hygiène de vie, des éventuelles allergies et de la prise d’autres médicaments, y compris de la consommation de drogues à usage récréatif, de cannabis, de compléments et de vitamines. Ces informations essentielles permettent de se prémunir de toute réaction allergique ; en effet, 10 % de la population mondiale déclare être allergique à la pénicilline, l’un des antibiotiques les plus prescrits. Ces renseignements minimisent également les risques d’interaction avec d’autres médicaments pouvant modifier les effets d’un traitement sur l’organisme. L’alcool, par exemple, accroît les risques de somnolence et retarde les délais de réaction, augmentant ainsi les risques d’accident d’un patient. Certains décongestionnants font augmenter la tension artérielle et constituent ainsi un danger pour les personnes atteintes d’hypertension. Même des substances aussi inoffensives que le jus de pamplemousse peuvent engendrer des lésions hépatiques ou une insuffisance rénale car elles favorisent la conservation de statine, médicament luttant contre l’hypercholestérolémie, par l’organisme.

La posologie d’un médicament peut varier d’une personne à l’autre : un dosage insuffisant peut rendre le traitement inefficace, tandis qu’un dosage excessif le rendre dangereux. L’âge constitue l’un des facteurs déterminants puisque notre circulation sanguine ralentit et notre foie ainsi que nos reins traitent avec plus de difficulté les médicaments à mesure que nous vieillissons, se traduisant par la présence de quantités plus importantes dans notre organisme plus longtemps. Dans le cas des antibiotiques, il est fondamental que chaque dose soit prise au bon moment jusqu’à la fin du traitement. Un dosage insuffisant risquerait d’aggraver ou de faire revenir l’infection, voire même de faire développer une résistance à l’antibiotique par l’organisme. Pour de nombreux médicaments, dépasser la dose prescrite s’avère dangereux voire fatal. Au Royaume-Uni, l’excès de paracétamol en vente libre est à l’origine d’un plus grand nombre de visites aux urgences que n’importe quel autre médicament, tandis que les opiacés tels que la codéine créent une forte dépendance et peuvent provoquer une insuffisance respiratoire en cas de dose excessive.

Bonne dose et bon moment vont de pair. Afin d’être efficaces, les médicaments doivent conserver un certain niveau dans le sang. Manquer une dose voire même la reporter de quelques heures peut faire chuter les chances d’efficacité du médicament. Le moment de la journée n’est, lui non plus, pas anodin : les symptômes du rhume des foins étant généralement plus intenses le matin, l’heure du coucher constitue le meilleur moment pour la prise d’antihistaminiques, qui atteignent leur point le plus haut environ 12 heures après. L’ordre dans lequel sont pris plusieurs médicaments est, lui aussi, d’une importance capitale : le passage de certains cachets avant d’autres dans l’organisme peut être vital. Les antiacides, par exemple, peuvent empêcher l’organisme d’absorber certains médicaments antifongiques.

Enfin, il existe plus de cinq modes d’administration des médicaments, définis selon la zone à soigner, le fonctionnement du traitement ainsi que ses ingrédients. Si la voie orale est le mode le plus fréquent et le plus rapide, les principes actifs de certains médicaments sont détruits par les sucs gastriques, ce qui écarte toute possibilité de les avaler. D’autres voies sont alors prescrites : l’inhalation, l’injection ou l’application à même la peau. De même, l’absorption de certains médicaments est freinée par des aliments dans le tube digestif, alors que certains cachets, comme l’aspirine, doivent être ingérés avec des aliments afin de ne pas endommager les parois de l’estomac.

Si les médicaments ne sont certes pas toujours pratiques ni faciles à comprendre, ils peuvent s’avérer très efficaces lorsqu’ils sont pris correctement. Les scientifiques cherchent constamment à simplifier les modes d’administration, considérés comme la clef de voûte du respect de la posologie. Rien ne substituera néanmoins le besoin qu’ont les patients de gérer leur traitement de manière responsable et de suivre les instructions à la lettre. Alors que des médicaments plus sophistiqués et sur mesure que jamais sont sur le point de voir le jour, respecter la posologie est d’une importance capitale.

Comment mieux vivre ? Retrouvez nos questions et découvrez comment relever les grands défis de notre monde sur nationalgeographic.fr/questions-pour-une-vie-meilleure

Ce contenu vous est offert par notre partenaire commercial. Il ne reflète pas nécessairement les opinions de National Geographic ni de sa rédaction.

Lire la suite