Sciences

Des jumeaux peuvent avoir un passé génétique différent

Contrairement à ce que de nombreuses personnes peuvent penser, les frères et soeurs biologiques peuvent ne pas avoir le même passé génétique.

De Nicole Wetsman

Découvrez le lien de votre famille avec les premiers hommes grâce au Geno DNA Ancestry Test de National Geographic.

L'automne dernier, Kat et Eddy Abraham ont décidé d'offrir des fioles de salive à leur père pour son anniversaire.

« C'est l'historien de la famille », explique Kat. Le frère et la soeur ont donc pensé qu'il aimerait voir les résultats d'un test d'ascendance génétique. Avec un père d'origine libanaise et une mère « canadienne blanche » selon Kat, ils s'attendaient à ce que le test leur révèle qu'ils étaient Européens d'une moitié et du Moyen-Orient de l'autre.

C'est ce que l'analyse a prouvé, en autre. Le frère et la soeur ont été surpris de voir que leurs résultats n'étaient pas tout à fait identiques. D'après les tests, l'héritage génétique de Kat est à 13 % italien et grec, alors que celui d'Eddy l'est à 23 %. À l'inverse, six étrangers ont découvert qu'ils partageaient un héritage génétique similaire.

Pour les personnes qui utilisent des tests comme AncestryDNA, 23andMe ou le Geno Kit de National Geographic, cela constitue une source de confusion commune. Après tout, les enfants sont censés hériter de la moitié de l'ADN de leurs parents : 50 % de celui de leur mère (via l'ovule) et 50 % de celui de leur père (via le sperme).

Comment des frères et soeurs biologiques peuvent-ils avoir des résultats différents à ces tests ?

 

LA RÉORGANISATION DE L'ADN

Dans la plupart des cas, cette différence d'héritage génétique familial n'est pas lié à un terrible secret, mais plutôt à de légères variations dans l'ADN de l'ovule et du sperme.

Lorsque le corps produit du sperme ou des ovules, les cellules se réorganisent. Au cours de ce processus, qui s'appelle la recombinaison génétique, le nombre de chromosomes présents dans les cellules normales est divisé par deux, passant de 46 à 23. Ainsi, lorsqu'une ovule et un spermatozoïde se rencontrent, ils peuvent former un ensemble génétique complet.

Pour procéder à ce découpage génétique, les chromosomes des cellules s'alignent par groupe de deux et échangent des parties de matériel génétique avant de former une ovule ou un spermatozoïde. Chaque ovule et spermatozoïde parvenu à maturité possède alors une combinaison de gènes qui lui est propre. Cela signifie que chaque enfant héritera d'un ADN légèrement différent de chaque parent.

« C'est une question biologique », affirmé Megan Dennis, qui étudie la génétique humaine à l'Université de Californie.

La plupart des tests d'ascendance génétique fonctionnent de la façon suivante : ils extraient des morceaux spécifiques d'ADN et les analysent. Ils comparent ensuite les résultats avec des morceaux d'ADN similaires et prélevés sur des individus originaires de pays ou de continents en particulier. Grâce à cela, les biologistes sont capables de déterminer dans quelle partie du monde se trouve des individus dont les gènes correspondent fortement aux vôtres. Il y a peu, des généalogistes ont créé l'arbre généalogique de 13 millions de personnes, et certains résultats étaient des plus surprenants.

Selon Megan Dennis, à cause de la recombinaison, les frères et soeurs ne partagent en moyenne qu'environ 50 % de leur ADN. Donc, même s'ils ont les mêmes ancêtres, leur code génétique peut être différent dans au moins un des aspects étudiés au cours du test. Cela est encore plus vrai pour les jumeaux.

La biologiste estime que plus vos ancêtres récents ont des origines différentes, plus les effets de la recombinaison génétique seront prononcés.

« Imaginons que vos grands-parents maternels n'appartiennent pas au même groupe ethnique, l'ADN de votre mère sera un mélange aléatoire de ces groupes », a-t-elle déclaré. Par conséquent, elle pourra transmettre de l'ADN qui provient de différents groupes ethniques. « Si vos arrières grands-parents venaient également de pays différents, alors la recombinaison sera encore plus importante ».

 

ÉTOFFER LES DONNÉES DU PATRIMOINE GÉNÉTIQUE

Si les différences d'héritage génétique entres frères et soeurs ne doivent pas vous inquiéter, les résultats des tests sont à prendre avec précaution à cause de plusieurs facteurs.

Tout d'abord, ces tests calculent l'héritage génétique en comparant les résultats obtenus avec des échantillons connus et issus des bases de données. À l'heure actuelle, la majorité de ces échantillons proviennent de l'Amérique du Nord et de l'Europe. Conséquence : il y a peu d'éléments de comparaison pour les individus qui vivent dans d'autres pays, et les résultats sont moins précis.

« Toutes les grandes entreprises qui proposent ce type de service ont ce problème avec leurs bases de données », a souligné Miguel Vilar, responsable scientifique pour le Genographic Project de National Geographic. « Nous avons beaucoup de données pour l'Europe, mais pas assez pour le reste du monde ».

Pour Miguel Vilar, convaincre les citoyens non européens de passer le test va permettre d'étoffer les bases de données et donc d'améliorer la fiabilité des tests.

C'est l'une des raisons pour lesquelles Kat et Eddy, avec leurs origines moyennes-orientales, ne prennent pas les résultats de leurs tests au sérieux. Toutefois, ils ont trouvé l'expérience intéressante et le cadeau était un succès.

« Au début, papa a été surpris de constater que nous savions si peu de choses sur nos ancêtres », a déclaré Kat. « Mais le cadeau lui a plu et il était très emballé par ce que nous avions découvert ».