Voyage

Tianducheng, la ville chinoise qui copie Paris

La ressemblance est poussée dans les moindres détails.

De Gulnaz Khan
Photographie De François Prost
La Tour Eiffel (à gauche) est l'un des monuments les plus iconiques de Paris. La deuxième plus grande réplique de ce monument peut être trouvée à Tianducheng, en Chine (à droite). La plus grande se trouve elle aux États-Unis, au Paris Las Vegas Hotel, dans le Nevada.

À plus de 9 600 km de la Ville lumière, sur la côte Est de la Chine, une réplique de la Tour Eiffel domine la ville de Tianducheng du haut de ses 107 mètres.

Surnommé le « Paris de l'est », ce développement immobilier de luxe dans la province de Zhejiang a été conçu pour évoquer le charme classique de l'Europe. Tout est là : l'Arc de Triomphe, la place principale des Champs-Elysées, l'architecture néo-classique française, une fontaine des Jardins du Luxembourg et, cerise sur le gâteau, la deuxième plus grande réplique au monde de la Tour Eiffel, devancée par celle du Paris Las Vegas Hotel dans le Névada, aux États-Unis.

Il y a dix ans, lorsque Tianducheng a ouvert ses portes, il s'agissait d'une ville fantôme. De nombreux logements sont toujours vides, mais la population s'élève à plusieurs milliers d'habitants et reçoit un flux constant de touristes chinois et internationaux, ainsi que de jeunes mariés à la recherche du décor parfait pour leurs photos de mariage.

 

LE PHÉNOMÈNE DE LA « DUPLITECTURE »

En Chine, Tianducheng n'est pas la seule ville à paraître familière.

lancer le diaporama

En banlieue de Pékin, parmi les cowboys et une Route 66, vous trouverez une réplique du Jackson Hole du Wyoming. Près de Shanghai, les cabines téléphones rouges, les pubs et les statues de Winston Churchill ont investi les quatre coins de la ville de Thames.

Une réplique de Stratford-upon-Avon est en construction à Fuzhou en hommage à Shakespeare, tandis que Fuyang a érigé son propre Capitole américain et que la ville autrichienne de Hallstatt, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, à une soeur jumelle à Guangdong.

« Des villes et des villages entiers semblent avoir été acheminés par les airs depuis l'Angleterre, la France, la Grèce, les États-Unis et le Canada et soudés par point en périphérie des villes chinoises », écrit Bianca Bosker, auteure du livre Original Copies Architectural Mimicry in Contemporary China (L'imitation architecturale d'originaux dans la Chine contemporaine).

Bianca Bosker désigne ce phénomène par le terme de « duplitecture ». Alors que certaines personnes estiment qu'il ne s'agit que d'imitations kitch, les architectes chinois à l'origine de ces constructions estiment que cette capacité à recréer les plus grandes merveilles architecturales au monde est une preuve de leurs compétences et de leurs avancées technologiques.

 

ET LES VALEURS FONDAMENTALES DU SOCIALISME ?

« La Chine, qui pensait autrefois être le centre du monde, est en train de devenir l'endroit où se concentre le monde », poursuit Bianca Bosker.

Les touristes peuvent désormais visiter pendant un même séjour des monuments culturels authentiques comme la Grande muraille de Chine et le Mausolée de l'empereur Qin, ainsi qu'un mini Versaille ou un mini-Paris. Le gouvernement chinois se dit pour autant opposé à la prolifération de ces copies de villes occidentales.

lancer le diaporama

Au cours d'un relevé géographique qui se poursuit toujours à l'heure actuelle, des fonctionnaires ont remarqué que les noms chinois traditionnels étaient remplacés par des noms étrangers ou disparaissaient totalement. Plus de 400 000 noms de villages sont notamment concernés. Selon le New York Times, il est interdit d'utiliser des noms étrangers pour nommer des lieux en Chine depuis 1996. Cette réglementation a été adoptée pour protéger le patrimoine culturel du pays, mais a eu des effets plutôt limités.

« [La Chine va] enrayer les irrégularités concernant l'utilisation de noms étrangers pour nommer les routes, les ponts, les bâtiments et les quartiers résidentiels », a déclaré Li Liguo, Ministre des Affaires civiles. « Certains noms seront ciblés, comme ceux qui portent préjudice à la souveraineté et à la dignité nationale, les noms qui violent les valeurs fondamentales du socialisme et la moralité conventionnelle ».

Donc, même si les statues de marbre, les fontaines décorées et les jardins géométriques ressemblent à ceux de la Ville lumière, n'appelez jamais Tianducheng Paris.

Lire la suite