Environnement

Le tourisme serait l'un des vecteurs principaux du réchauffement climatique

Une étude vient de révéler que le tourisme serait responsable de 8 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Lundi, 14 mai

De Juliette Heuzebroc

Publiée ce mois-ci dans la revue scientifique Nature climate change, une étude vient de révéler que le tourisme mondial serait à l’origine de 8 % des émissions de gaz à effet de serre. Menées par des chercheurs des universités de Sidney, du Queensland et de Cheng Kung, les recherches révèlent que les vecteurs de pollution liés au tourisme sont nombreux : on y retrouve aussi bien les transports que l’alimentation, l’hébergement ou les achats voyageurs. Jusque-là, les études portant sur l’impact environnemental du tourisme n’avaient jamais pris en compte la consommation de biens et services dans leurs mesures.

Cette étude avait donc pour objectif de rendre compte de l’empreinte carbone de l’activité touristique. Les scientifiques ont donc analysé les données de flux touristiques sur 160 pays entre 2009 et 2013. Les résultats sont éloquents : les émissions sont trois fois supérieures aux prévisions et précédentes évaluations, et surtout on en observe une forte croissance. En 2009, le tourisme représentait une émission de 3,9 milliards de tonnes de CO2 tandis qu’en 2013, ce chiffre avait déjà grimpé à 4,5 milliards de tonnes. Lorsque l’on sait que le tourisme mondial a augmenté de 7 % uniquement sur l’année 2017, on ne peut que redouter les chiffres actuels. Il faut cependant préciser que dans ce compte-rendu, les déplacements professionnels n’ont pas été dissociés du tourisme vacancier.

D’après les experts, les principaux pôles de pollution seraient les trajets et séjours intérieurs. Les États-Unis arrivent en tête de liste et représentent à eux-seuls un quart de cette pollution. Ils sont suivis de la Chine puis, entre autres, de l’Allemagne, l’Inde ou encore le Mexique. Les états insulaires sont également fortement mis en cause car les Maldives, les Seychelles ou Chypre restent des destinations très populaires. Dans ces pays, 30 à 80 % des émissions de CO2 sont générées par le tourisme.

Différentes projections prévoient qu’à l’horizon 2025, si la croissance se poursuit, le tourisme générera 5 à 6,5 milliards de tonnes de CO2 par an. Afin d’enrayer cette augmentation, les scientifiques proposent la mise en place d’une taxation carbone des déplacements touristiques.

 

Retrouvez Juliette Heuzebroc sur Twitter.

Lire la suite