Histoire

Exclusif : Un portrait de Marie Stuart découvert sous un modeste tableau

Alors qu'elle passait une oeuvre aux rayons X, une chercheuse a fait la découverte fortuite d'une esquisse cachée de la reine d'Écosse.

De Sarah Gibbens

Derrière un modeste portrait du 16e siècle se cache l’une des monarques plus controversées de l'histoire du Royaume Uni : Marie Stuart.

Alors qu'elle utilise les rayons X pour prendre en photo d'anciennes peintures de Sir John Maitland, Caroline Rae, conservatrice d’art à l’Institut de Courtald à Londres, remarque l'esquisse d’une femme sous les couches supérieures de pigments.

Sur l'image de droite, on distingue en effet une femme vêtue d’une robe et d’un chapeau dont le regard semble orienté vers la gauche. Après avoir tracé les contours de cette femme, Caroline Rae la compare aux portraits de Marie Stuart qui ont été réalisés à la même période, et constate de fortes ressemblances entre les portraits de la reine d'Écosse et l'esquisse cachée.

La jeune femme porte les mains sur sa taille fine, serrant le poing « comme si elle tenait un pendentif », déclare Kate Anderson, conservatrice principale des Galeries Nationales d’Écosse. La silhouette aurait la même position que la plupart des portraits de Marie Stuart datés du 16e siècle.

« Nous sommes persuadés que c’est une représentation de Marie Iʳᵉ d'Écosse », confirme Anderson.

Grâce à un examen radiographique approfondi, Caroline Rae est donc parvenue à révéler l’esquisse derrière le portrait de Maitland. Ce type de technologies a déjà révélé des esquisses cachées derrière des œuvres d’artistes très connus comme Degas et Picassso.

Les artistes de cette période réalisaient des oeuvres de commandes pour l'aristocratie et la grande bourgeoisie, et jetaient souvent les premières ébauches de portraits avant de commencer à peindre. Mais comme le rappelle Anderson, il est rare de trouver les esquisses d'un portrait quasiment achevé signé d’un artiste travaillant pour la noblesse. Les esquisses étaient souvent faites sur papier avant d'être reproduites sur des toiles.

Kate Anderson suppose par conséquent que l'image de la reine était très controversée au moment de sa réalisation.

Le portrait de Maitland a été peint par l'artiste Adrian Vanson. Ce dernier a achevé le tableau en 1589, deux ans après l’exécution de Marie Stuart. Anderson estime que le portrait sous-jacent a été réalisé par le même artiste à qui la commande d'un royal portrait avait dû être faite. Sur l'esquisse, la jeune femme semble porter un chapeau de veuve, similaire à celui porté par Marie Stuart lors de son emprisonnement.

Le musée ignore toujours la date exacte de la réalisation de cette esquisse, mais il eût été dangereux de montrer le visage de Marie Iʳᵉ d'Écosse en raison des vives tensions politiques provoquées par son exécution. Il est donc possible que Maitland ait cherché à cacher l'ébauche de tableau par son propre portrait.

La reine Marie Iʳᵉ d'Écosse a été emprisonnée pendant 20 ans, avant d'être finalement exécutée. 

Après avoir grandi en France, l'héritière du trône d'Écosse épouse le futur roi de France François II. Il meurt prématurément en 1560 et Marie Stuart retourne en Écosse. Reine catholique dans un pays devenu protestant, Marie est traitée avec défiance même si elle mène une politique modérée dans un premier temps. Quatre ans après son retour, elle épouse en secondes noces son cousin, Lord Darnley. Le mariage n'est pas heureux malgré la naissance d'un fils, le futur Jacques VI d'Écosse et Ier d'Angleterre.

Accusée d'avoir fait tuer son mari, elle est forcée de renoncer au trône en 1567. Elle fuit en Angleterre, où elle sollicite l’aide de la reine, Elizabeth Iʳᵉ, qui au lieu de la protéger, l’emprisonne.

Peu de portraits de Marie Stuart sont connus à ce jour, ce qui rend cette découverte exceptionnelle.

Lire la suite