Voyage

Visite du "château de Dracula"

Bram Stoker n'a jamais fait le voyage jusqu'en Transylvanie. Encore moins jusqu'au château de Bran.

Certains historiens avancent l'hypothèse que Vlad l'Empaleur ait pu dormir dans ce château.
Certains historiens avancent l'hypothèse que Vlad l'Empaleur ait pu dormir dans ce château.

Dracula a dormi ici. Enfin peut-être.

Le château de Bran se dresse avec panache sur une colline transylvanienne, ses tourelles et ses clochers d'un orange sombre tranchant avec le vert des Carpates de Roumanie. Selon les sources, Vlad Tepes, alias Vlad l'Empaleur, aurait passé une nuit ou deux dans cette forteresse du 14e siècle en tant que prisonnier, ou aurait tenté de l'attaquer.

Armure d'un garde autrefois chargé de surveiller les murs du château de Bran.
Armure d'un garde autrefois chargé de surveiller les murs du château de Bran.

Le romancier irlandais Bram Stoker s'est librement inspiré de ce prince du 15e siècle pour son personnage de vampire romantique. Aujourd'hui des visiteurs du monde entier font le voyage pour découvrir la Transylvanie rurale et avoir la chance de vivre l'expérience du roman de Bram Stoker. Les agences de voyages réservent souvent le château de Bran pour les fêtes d'Halloween, animées par des coupes de vodka « sanglantes » et un DJ.

Pourtant, Stoker n'a jamais visité la Transylvanie, encore moins le château de Bran. Comment alors le château a-t-il été lié à légende de Dracula ?

« Dans les années 1960, lorsque la Roumanie était dirigée par un gouvernement communiste, les tsars du tourisme ont estimé qu'il pourrait être intéressant de faire la publicité d'un lieu associé à Vlad Tepes », explique l'historien Nicolae Pepene. « Et ce château de Bran, qui gardait le seul col de montagne séparant la Transylvanie et la Valachie, semblait suffisamment gothique. »

BORDEAUX, FRANCE - Commençons par une forteresse médiévale du XIe siècle nichée entre Bordeaux et Cognac. …
lancer le diaporama

Par une nuit sans lune, alors que l'automne a commencé à imposer ses couleurs, l'imposant château peut ressembler au repaire d'un prince des ténèbres, mais à la lumière du jour, l'endroit semble en réalité plus approprié pour une reine. Ce qui fut effectivement le cas. La reine Marie de Roumanie a fait de ce château de 57 chambres sa demeure principale de 1920 à 1938. Derrière les épais murs défensifs, le château révèle un dédale de chambres confortables, de coins et de recoins ; une cour intérieure à balcons avec un puits ; et même un escalier secret vers une bibliothèque lambrissée.

« Son isolement m'a attirée », aimait à dire l'excentrique petite-fille de la reine Victoria d'Angleterre.

Pour être honnête, le plus effrayant, ce sont les souvenirs kitsch autour de la figure de Vlad vendus au pied du château : des chopes de bière, des t-shirts rocailleux et bouteilles de vin à l'effigie de Dracula.

« Peu importe que les visiteurs du château viennent pour le mythe de Dracula ou les contes de la reine Marie de Roumanie », estime Pepene. « En fin de compte, ils ont voyagé jusqu'ici pour faire l'expérience du témoignage des temps passés. »

 

Amy Alipio est la rédactrice en chef du magazine National Geographic Traveler. Retrouvez-la sur Twitter et Instagram.
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Bien avant d'inspirer le château de la Belle au Bois dormant, le château de Neuschwanstein a …
lancer le diaporama
Lire la suite