Actualités

Voici à quoi ressemblent le "feu et la fureur"

72 ans après le bombardement des villes japonaises d'Hiroshima et Nagasaki, ces images nous rappellent le chaos engendré par les guerres nucléaires. Jeudi, 9 novembre

De Rachel Brown

Le 72e anniversaire des bombardements des villes d'Hiroshima et Nagasaki a trouvé une résonance toute particulière dans un contexte de relations internationales extrêmement tendues entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Les photos que nous avons réunies montrent les conséquences d'une escalade de la violence jusqu'à la solution nucléaire. Un rappel de ce qu'une promesse de "feu et de fureur" peut engendrer. Les armes nucléaires modernes sont toutefois bien plus destructrices que ne l'étaient les premières bombes nucléaires.

Le Japon, dont le gouvernement s'est engagé en 1967 "ne pas produire, détenir ou avoir sur son territoire" d'armes nucléaires, commémore ces attaques par la prière et la réflexion.

1945

À 8h15 dans la matinée du 6 août 1945, une bombe à fission est larguée à 1 900 pieds au-dessus de la ville japonaise d'Hiroshima. C'était la première fois qu'une bombe nucléaire était utilisée. On estime à 70 000 le nombre de personnes tuées par l'impact, et à 70 000 le nombre de blessés directs. L'immense majorité d'entre eux étaient des civils. À ce bilan terrible s'ajoutent les milliers de personnes exposées aux radiations.

À 11h02 le 9 août 1945, une seconde bombe frappe Nagasaki, faisant plus de 80 000 victimes. La topographie de la ville, protégée par une vallée et bordée de canaux, atténue les effets de la bombe, même si la charge de cette seconde bombe était plus importante que celle de la bombe larguée sur Hiroshima trois jours plus tôt. Il est possible qu'environ 160 personnes aient survécu aux deux explosions, mais une seule a été officiellement reconnue par le gouvernement japonais. 

Le Japon se rend quelques jours plus tard, mettant officiellement fin à la Seconde guerre mondiale. Le projet secret-défense Manhattan, avait été créé après qu'Albert Einstein a prévenu le Président Franklin Roosevelt des conséquences catastrophiques du développement d'une bombe atomique par les scientifiques nazis. Après 4 ans de travail, le bombardement des villes japonaises a de fait illustré la capacité de l'humanité à s'auto-détruire.

 

2017

Aujourd'hui, Hiroshima est habitée par environ 1 million de personnes. Un parc mémorial de la paix et un musée occupent désormais le site de l'épicentre de l'impact, comprenant le Dome Genbaku, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est la seule structure dans cette zone à avoir résisté à l'explosion qui détruit près de 70 % des bâtiments de la ville.

Neuf pays ont à ce jour développé des armes nucléaires, que l'on estime au nombre de 15 000, dont un tiers peut être activé sur demande en quelques minutes. L'arsenal nucléaire russe est le plus important, mais les États-Unis dépensent plus chaque année pour développer leur arsenal nucléaire que tous les autres pays réunis.

Immédiatement après la première utilisation de la bombe nucléaire en 1945, des appels internationaux à la régulation, la non-prolifération des armes nucléaires et au désarmement ont émergé, soutenu par les survivants des attaques nucléaires, les hibakusha et le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires est entré en vigueur en 1970.

Le 7 juillet dernier, un Traité sur la prohibition des armes nucléaires a été adopté lors d'une conférence des Nations Unies. Sa ratification débutera en septembre et il ne sera mis en application que lorsque au moins 50 pays l'auront ratifié. Les États-Unis, la France et plusieurs autres pays, dont les détenteurs de l'arme nucléaire (les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France, la République populaire de Chine, l'Inde, le Pakistan et la Corée du Nord) et leurs alliés, ont refusé de participer aux négociations.