Animaux

Le plus grand marché d'ivoire au monde est sur le point de fermer

Aujourd'hui, la Chine ferme sa première manufacture d'État agréée d’objets en ivoire, un geste salué par les défenseurs de l’environnement qui voient cette démarche comme un grand pas vers la sauvegarde des éléphants, menacés d'extinction. Jeudi, 9 novembre

De Rachael Bale

L'un des plus grands marchés domestiques consacrés à l'ivoire d'éléphant commence à s'essouffler. La Chine s'apprête à fermer 67 de ses établissements agréés consacrés au commerce de l'ivoire, dont 12 de ses 35 fabriques de sculptures sur ivoire, ainsi que plusieurs dizaines des 130 magasins de détaillants en ivoire suite à la notification de l'Administration chinoise de la foresterie qui s'occupe des questions liées au commerce des espèces sauvages. 

Le marché chinois serait l'un des principaux moteurs du braconnage d'éléphants en Afrique. Une espèce qui, ces dernières années, connaît un déclin massif. Chaque année, 30 000 éléphants sont tués par des braconniers, un taux qui mènera l'espèce à l'extinction d'ici quelques générations si rien ne change.

« Ces fermetures prouvent que la Chine souhaite fermer ses manufactures d'ivoire afin de contribuer à la sauvegarde des éléphants d'Afrique, » a déclaré Peter Knights, PDG de l'organisme environnemental à but non lucratif WildAid, qui a été le premier à signaler les fermetures dans un communiqué de presse.

Le commerce international de l'ivoire est interdit depuis 1990, mais beaucoup de pays, dont la Chine et les États-Unis, ont autorisé les ventes intérieures d'ivoire.

En 2015, le président chinois Xi Jinping et le président américain Barack Obama avaient fait une déclaration historique en annonçant que les deux pays s'étaient mis d'accord sur l'interdiction « quasi-complète » du commerce domestique d'ivoire. En Chine, la demande d'ivoire est principalement liée au symbole de prestige qu'il représente parmi les classes moyennes et dans la haute société. Les sculptures en ivoire, les baguettes et les bijoux sont perçus comme un signe ostentatoire de richesse. Aux États-Unis, le commerce d'ivoire introduit légalement dans le pays avant 1990 a été autorisé pendant plusieurs années, s'agissant d'ivoire prélevé sur des éléphants tués avant 1976 et pour une variété d'antiquités et de trophées issus de la chasse sportive légale.

En juin 2016, les États-Unis ont adopté de nouvelles réglementations interdisant l'achat et la vente de la quasi-totalité de l'ivoire, avec quelques exceptions pour les objets d'antiquité vieux de plus de cent ans ainsi que d'autres catégories. Avec ce geste, les États-Unis ont pu montrer qu'ils avaient tenu leurs engagements. Puis fin 2016, le Chine a annoncé que son interdiction quasi-totale serait effective dans les 12 mois suivants, bien qu'elle n'ait fourni aucune précision.

Cette démarche de fermer les manufactures spécialisées dans l'ivoire est la première mesure concrète honorant les engagements de la Chine. 

« Les mesures de la Chine pour passer d'intentions écrites – pour mettre fin à la commercialisation d'ivoire – aux actions concrètes marque un nouveau chapitre prometteur en matière de lutte pour la conservation des éléphants à l'état sauvage, » dit Catherine Novelli, sous-secrétaire d'État sous la présidence Obama, qui a contribué de manière significative à l'obtention d'un engagement de la Chine visant à fermer son marché domestique de l'ivoire.

Jusqu'à récemment, le gouvernement chinois faisait la promotion de son commerce de l'ivoire. Il avait autorisé l'ouverture de fabriques et de commerces spécialisés dans les artefacts en ivoire en déclarant que la sculpture de l'ivoire faisait partie de son patrimoine naturel. Il existe maintenant plusieurs dizaines de tonnes d'ivoire stockées, provenant principalement d'une vente datée de 2008 autorisée par la Convention sur le commerce international des espèces de la faune et de la flore sauvages menacées d'extinction ; un accord qui réglemente le commerce de la faune sauvage.

La Chine a fixé une quantité déterminée d'ivoire brut à ses manufactures chaque année pour la sculpture et la vente. Cette injection lente d'ivoire a provoqué la flambée de sa valeur commerciale sur le marché domestique mais une nouvelle étude publiée cette semaine par l'organisme de bienfaisance Save the Elephants basée à Nairobi estime qu'au cours des trois dernières années, le prix de l'ivoire a baissé de près des deux tiers.

Les chercheurs de Save the Elephants, Lucy Vigne et Esmond Martin, attribuent la baisse des prix à plusieurs facteurs : un ralentissement économique, une répression de la corruption (les objets en ivoire sont souvent utilisés pour obtenir des faveurs politiques), des campagnes de sensibilisation du public sur le braconnage et l'engagement du gouvernement à mettre un terme au commerce.

« L'interdiction a eu un effet dans la « baisse des prix » car les commerçants légaux veulent vendre leur ivoire avant qu'il ne soit illégal, » a écrit Vigne dans un e-mail.

Le gouvernement chinois n'a cependant pas révélé ce qu'il envisage de faire avec son stock d'ivoire une fois que l'interdiction sera entièrement mise en place. 

Certains artistes chinois craignent que la tradition ne se perde. Zhang Minhui, leader respecté dans la communauté de sculpture en ivoire, a déclaré au Guardian plus tôt cette année que sa fabrique de sculpture s'est préparée à sa fermeture définitive depuis un certain temps, faisant une transition progressive vers les os de bœuf et les défenses de mammouth. Pourtant, il pense que l'accent doit être mis sur la conservation en Afrique, et non sur la demande en Chine.

« Oui, les éléphants devraient être protégés, tout comme la tradition et l'art de la sculpture sur ivoire,» a-t-il déclaré au Guardian en janvier. « Honnêtement, nous les artistes n'avons pas besoin de beaucoup de défenses. Celles issues des décès naturels des éléphants sont plus que suffisantes pour nos œuvres de création, car chaque pièce prend des mois, parfois des années, pour être achevée. »

En revanche, de nombreux défenseurs de l'environnement  soutiennent que tout marché légal d'ivoire favorise et ouvre la voie au braconnage en fournissant une couverture au commerce de défenses issues du trafic.

Hong Kong, région administrative spéciale de la République populaire de Chine, possède également un marché de l'ivoire prospère, régis par une administration distincte de celle la Chine continentale. Les écologistes craignent une croissance du marché hongkongais de l'ivoire en réponse à la fermeture du marché chinois. Cependant, Hong Kong envisage également de fermer son marché. L'année dernière, il a annoncé un plan quinquennal pour éliminer le commerce et lundi dernier, son Conseil législatif a engagé le débat sur la proposition.

Le 28 mars, Hong Kong a condamné deux personnes pour possession illégale d'ivoire en utilisant les techniques de la datation par radiocarbone pour prouver que l'ivoire a été obtenu après l'interdiction internationale de 1990. Ils ont été condamnés à une amende de 770 $ (722 euros) et 1 030 $ (966 euros).

 

Cette histoire a été produite par l'Unité d'enquêtes spéciales de National Geographic (Special Investigations Unit, SIU) qui axe ses efforts sur les crimes contre les animaux sauvages. Pour en savoir d'avantage sur les histoires de la SIU, rendez-vous sur le site Wildlife Watch. Envoyez vos suggestions, vos impressions et vos idées d'articles à ngwildlife@ngs.org.

Lire la suite