Animaux

Cette créature se transforme pour capturer davantage de poissons

Ce comportement surprenant suscite de nouvelles interrogations chez les scientifiques. Jeudi, 9 novembre

De Hannah Lang

L'imitation a beau être la forme de flatterie la plus sincère, ce n'est vraisemblablement pas le but premier des sephia pharaonis lorsqu'elles semblent imiter les mouvements de bras des bernard-l'hermite, selon les observations de scientifiques japonais.

Des vidéos issues d'une étude de l'université de Ryukyus publiée dans le Journal of Ethology le mois dernier montrent des seiches pharaons qui s'adonnent à des mouvements de bras similaires à ceux des bernad-l'hermite et éclaircissent des zones de leur peau. D'après Kohei Okamoto et son équipe de chercheurs, la seiche imiterait le bernard-l'hermite dans le but d'approcher discrètement sa proie ou de se protéger des prédateurs.

Les bernard-l'hermite sont des organismes filtreurs qui ne représentent aucune menace pour les petits poissons et les mollusques. Selon Kohei Okamoto, le fait de prendre l'allure de crabe leur permettrait de se rapprocher de leur proie sans se faire repérer. La parade donne l'illusion d'une coquille dure qui protégerait la seiche d'animaux marins affamés.

Mises en conditions de chasse, les seiches qui semblaient prendre l'apparence de bernard-l'hermite ont capturé deux fois plus de poissons que celles n'ayant pas recours à cette stratégie.

Le chercheur Ryuta Nakajima, qui étudie désormais les potentiels facteurs environnementaux de ce comportement, affirme que les seiches utilisées pour l'étude avaient éclos au sein du laboratoire et n'avaient jamais été exposées à des crabes.

« Apprennent-elles d'une observation réelle ou ce comportement est-il génétiquement programmé ? Ceci soulève une question intéressante quant à leur intelligence et à leurs comportements complexes », indique-t-il.

Le scientifique déclare que l'une des hypothèses serait que les seiches aient observé des crustacés et appris au stade embryonnaire. 

Les chercheurs ont dans un premier temps observé l'articulation de leurs bras en 2011, au moment où ils menaient d'autres expériences sur les seiches. Ils ont alors remarqué que le céphalopode se comportait de la sorte lors de la chasse et suite à son introduction dans un aquarium plus grand.

Le camouflage chez les seiches et autres membres de la famille des céphalopodes a été observé de longue date. Les seiches, comme les calamars et les poulpes, peuvent modifier la couleur, les motifs de leur corps et la texture de leur peau en l'espace de quelques millisecondes, ce qui fait d'elles les expertes du camouflage du royaume animal.

Lire la suite