Animaux

La vie secrète des mollusques

Mucus multitâche et acrobaties sexuelles, les limaces cachent plus de secrets que vous ne le croyez. Jeudi, 9 novembre

De Liz Langley

Suite à la question d'un lecteur au sujet d'une minuscule limace noire de Croatie qui, une fois écrasée, aurait dégagé une odeur nauséabonde, nous avons décidé de consacrer un article aux mollusques, et plus spécifiquement aux limaces. Premier apprentissage : ces gastéropodes peuvent revêtir des couleurs surprenantes. Jetez donc un œil à la limace bleue des Carpates (Bielzia coerulans) d'Europe de l'Est, par exemple, ou à la grande loche (Arion rufus) orange ou rouge vif originaire d'Europe, que l'on trouve également dans le nord des États-Unis et au Canada. Ou encore ce spécimen rose géant d'Australie.

 

UNE LIMACE PARFUMÉE ?

S'agissant de notre limace croate malodorante, Ben Rowson, conservateur en charge des mollusques au musée national du Pays de Galles situé à Cardiff, explique ne pas avoir connaissance d'une limace qui répondrait à ces critères. Selon lui, il y a des chances pour que les limaces Limax cinereoniger et celles de la famille Milacidae, que l'on peut fréquemment croiser en Croatie, puissent dégager une mauvaise odeur lorsqu'elles ont mangé une plante, comme la Putorie de Calabre, laquelle a une odeur fétide une fois écrasée. 

Le conservateur signale à ce sujet connaître l'existence d'une espèce originaire d'Afrique du Nord, Drusia deshayesii, qui possède une odeur « écœurante ». Selon un article publié en 2012, l'odeur provient probablement de Putoria tenella, une plante qui sent mauvais et dont la limace se nourrirait.

« Les excréments d'animaux figurent également au menu de certaines espèces de limaces », ajoute-t-il, ce qui ajoute probablement une certaine acrimonie au bouquet d'une limace.

D'après Rory McDonnell, entomologiste à l'université de l'État de l'Oregon, un parent de la limace, le luisant aillé (Oxychilus alliarius), tirerait son nom du parfum d'ail qu'il dégage lorsqu'il est perturbé.

Peut-être lui devons-nous la recette des escargots à l'ail ?

 

UN MUCUS MULTITÂCHES

« Les limaces sont des escargots dénués de coquille extérieure », explique Chris Barnhart, biologiste à l'université du Missouri. Certaines, comme la limace léopard (Limax maximus), originaire du sud et de l'ouest de l'Europe, portent leur carapace à l'intérieur.

D'autres les transportent de façon peu commune, comme Ibycus rachelae, une limace qui ne se trouve que dans l'état du Sabah, sur l'île de Bornéo. Cette « demi-limace » possède une petite coquille à moitié visible au milieu de son corps, qui n'est pas assez grande pour y abriter la limace.

Avec peu, voire aucune protection, les limaces doivent développer d'autres moyens de défense. Leur mucus paralyse la bouche de potentiels prédateurs et les garde à distance.

La bave des limaces est un composé inhabituel, qui n'est ni liquide, ni solide. Elle se solidifie lorsque la limace est au repos et se liquéfie dès qu'une pression est appliquée (en d'autres termes, dès que la limace se déplace). Un nouvel adhésif chirurgical a récemment été inspiré par ses propriétés à la fois collantes et flexibles.

La bave de limace fait même office de GPS gluant. Selon Chris Barnhardt, les limaces terrestres « peuvent retrouver le chemin de la maison sur de longues distances en suivant leurs propres traces de bave ».

Une sorte de Google Maps gluant.

 

ACROBATIES AMOUREUSES

La bave de limace est aussi propice aux idylles.

Si les limaces sont toutes hermaphrodites et peuvent s'auto-féconder, elles peuvent également s'accoupler. En libérant des phéromones dans leur bave, les limaces font part de leur volonté de s'accoupler. Certaines en font même tout un spectacle.

Les limaces léopard ont un rituel d'accouplement très inspiré du Cirque du Soleil. Les deux amants sont suspendus à l'envers sur un fil de mucus et entrelacent leurs corps. Ils retournent leur long pénis bleu situé derrière leur tête et les entremêlent, en les déployant et en se transmettant des spermatophores. Pour vous les représenter, imaginez un chandelier visqueux.

La limace Ibycus rachelae mentionnée précédemment tire sur ses potentiels compagnons des « flèches de Cupidon » aiguisées, au carbonate de calcium rempli d'hormones, depuis un sac de flèches situé entre son pénis et son vagin. Une pratique qui stimulerait ses chances de reproduction.

Cupidon lui a certainement volé l'idée.

Lire la suite