Animaux

Yossi Yovel, le biologiste qui traque les chauve-souris

GPS ultra léger, microphone, capteurs hypersensibles… Yossi Yovel, biologiste israëlien, a mis au point un dispositif sur-mesure pour suivre les chauve-souris. Son but ? Mieux comprendre comment elles se déplacent, se nourrissent ou interagissent. Jeudi, 19 juillet

De Corinne Soulay

Depuis dix-sept ans qu’il étudie les chauves-souris, Yossi Yovel ne s’en lasse toujours pas. «Elles sont fascinantes. Leur système sensoriel unique suscite de nombreuses interrogations, pointe ce biologiste de l’université de Tel-Aviv. Par exemple, elles évaluent les distances avec une précision de moins de 1 mm ! »

Pour ses travaux, le scientifique de 39 ans, à la tête du Bat Lab, un laboratoire spécialisé dans le petit mammifère, déploie son équipe en divers endroits du globe.

« Nous étudions une dizaine d’espèces, notamment en Israël, en Bulgarie au Panama et au Mexique. Les chauves-souris insectivores nous intéressent car elles utilisent un sonar sophistiqué pour attraper leurs proies. D’autres, piscivores, pêchent à 30 km des côtes : comment retrouvent-elles leur chemin ? Quant aux frugivores, leurs relations sociales sont très intenses. »

En plus d’arpenter les grottes pour observer les mammifères dans leur habitat naturel, Yossi Yovel a développé, grâce à une bourse de National Geographic, un GPS d’à peine 3 g. « C’est un dispositif minuscule, unique au monde, qui permet de suivre les mouvements des chauves-souris. Il est aussi équipé d’un microphone qui enregistre les sons et de capteurs qui mesurent leurs accélérations ou leur activité cérébrale.

Mais l’une des principales difficultés consiste à attraper les chauves-souris pour fixer puis récupérer le GPS. » Yossi Yovel concentre désormais ses recherches en Israël, où il a créé sa colonie de chauves-souris dans un local de l’université.

« On peut ainsi étudier leur comportement, dit-il. Notamment comment elles se transmettent l’information et comment elles apprennent où aller pour trouver leurs proies. »