Sommaire du magazine National Geographic d'octobre 2019 : Sauver les espèces rares

La dernière extinction de masse a eu lieu il y a 66 millions d’années, après la chute d’une météorite. Selon les scientifiques, nous sommes à la veille d’un nouvel épisode et, cette fois-ci, la menace, c’est nous. vendredi 4 octobre 2019

De Rédaction National Geographic

En octobre, le magazine National Geographic vous propose une enquête sur les espèces rares menacées d’extinction. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), plus de deux-cents espèces et sous-espèces sont aujourd’hui en danger critique d’extinction chez les seuls mammifères. Que perd-on quand un animal disparaît ?

Avant l’apparition de l’Homme, environ une espèce de mammifère disparaissait par millénaire. Aujourd’hui, le phénomène s’accélère. Rien qu’au cours de la dernière décennie, deux se sont éteintes : la chauve-souris Pipistrellus murrayi et le rat Melomys rubicola. L’extinction de masse est une réalité. Selon un rapport intergouvernemental sur la crise de la biodiversité, elle menacerait à terme jusqu’à 1 million d’espèces animales et végétales, connues ou encore inconnues. En cause : le morcellement de leur habitat, la déforestation, le braconnage, le changement climatique… Autant de paramètres liés à l’activité humaine. Depuis treize ans, le photographe Joel Sartore immortalise ces animaux menacés, dans le cadre de son projet Photo Ark (« L’Arche photographique »), afin de sensibiliser le public. Car, lorsqu’un animal disparaît, qu’il s’agisse d’un singe ou d’une fourmi, c’est un mode d’emploi de la vie sur Terre qui est perdu.

Découvrez également notre sujet sur les tortues, ces résistantes des mers qui sillonnent les océans depuis l’époque des dinosaures, il y a 100 millions d’années.  Comment ne pas s’émerveiller devant ces majestueuses créatures marines ? Mais, aujourd’hui, la pêche, le braconnage, la pollution plastique et le ramassage de leurs œufs les rendent vulnérables.

Nous nous rendons aussi en Afrique, où les girafes sont confrontées à de multiples menaces, dont le braconnage, les guerres et la perte de leur habitat. Au Niger, des actions locales visent à les déplacer sur de nouveaux territoires pour les sauver, mais le procédé est à haut risque.

Enfin, nous sommes allés à la rencontre de riches collectionneurs, amateurs de fossiles de dinosaures, qui se vendent à prix d’or aux enchères. Une pratique controversée qui conduit à des situations insolites, les spécialistes et les amateurs se retrouvant contraints de collaborer pour la sauvegarde de certains spécimens.

 

Enquêtes inédites et actualités scientifiques vous attendent dans le numéro d’octobre 2019 du magazine National Geographic :

L’extinction de masse est une réalité. Le monde scientifique nous alerte sur les raisons et les enjeux de l’extinction des espèces rares, et sur les conséquences pour l’humanité.

 

 

 

Tortues de Kemp, luth, olivâtres, imbriquées… Autant d’espèces que les activités humaines mettent à rude épreuve.

 

 

 

Reportage au Niger, au chevet de l’un des mammifères sauvages les plus rares du monde.

 

 

 

 

 

Des collectionneurs privés se piquent de paléontologie et décorent leurs maisons et leurs bureaux de fossiles de créatures géantes éteintes depuis longtemps. Un hobby contesté.

Lire la suite