Découvrez nos meilleures photographies animalières de 2019

Dans ces images sélectionnées par les rédacteurs de National Geographic, des passereaux regagnent leur liberté et une girafe remercie son soigneur de la plus tendre des façons.mercredi 27 novembre 2019

Les photographes National Geographic ont toujours immortalisé les animaux dans la nature sous leur plus beau jour, avec tout ce qu'ils ont de fascinant et de mystérieux. En 2019, un thème différent a dominé notre photojournalisme : les animaux, sous le prisme de notre interaction.

En Amazonie bolivienne, Juan Pablo Ampudia a photographié un homme en train de rassurer un tatou sauvé d'une forêt en feu. Au Vietnam, Brent Stirton a pu braquer son objectif sur la petite tête d'un pangolin qui pointe le bout de son nez à l'extérieur de la caisse qui l'emmène vers de nouvelles contrées montagneuses au creux desquelles il pourra jouir d'une seconde chance dans la vie après avoir été libéré des braconniers. Sur le cliché de Nichole Sobiecki capturé dans une clinique sud-africaine, on découvre une vétérinaire qui s'approche calmement à quatre pattes de lionceaux maltraités afin de leur réapprendre à marcher sans les brusquer.

Ces images illustrent à quel point la vie des animaux rencontre souvent la nôtre, comment certains d'entre nous leur font du mal alors que d'autres tentent par tous les moyens de réparer les dégâts.

« Ce qui est vraiment frappant cette année c'est la transition que nous avons effectuée, d'une narration portée sur l'histoire naturelle à la mise en lumière des efforts de conservation, » déclare Kathy Moran, directrice adjointe de la photographie pour National Geographic. « Lorsque vous vous intéressez à la faune sous cet angle, il est impossible de retirer l'individu de l'équation. »

Même les photos des animaux dans leur milieu naturel portent les marques invisibles de l'Homme. Thomas Peschak a photographié la course folle de milliers de tortues vers l'océan sur une plage du Costa Rica. Cette nidification de masse surnomée l'arribada est surveillée par les locaux qui peuvent ensuite recueillir légalement les œufs non éclos afin de les vendre. Cet accord leur permet de financer la surveillance de la plage et donc de protéger les autres œufs. Au Mozambique, dans le parc national de Gorongosa, Charlie Hamilton James a immortalisé un éléphant entouré de fougères baignées de soleil. La scène évoque les jardins d'Éden, un havre de paix qui n'a été rendu possible que par de considérables efforts humains. Les éléphants ont pratiquement été réduits à néant par les braconniers qui sévissaient dans le parc pendant les décennies de guerre civile, mais c'est aujourd'hui du passé et les animaux vivent à présent une vie paisible grâce à l'initiative de conservation dévouée.

Enfin, la photographie prise par Kirsten Luce de Gluay Hom, un éléphant victime de maltraitances dans l'industrie touristique thaïlandaise, a déclenché une vague d'indignation et la diffusion de pétitions sur les réseaux sociaux pour lui venir en aide. Deux mois plus tard, il entamait sa nouvelle vie dans un sanctuaire

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite