Non, les koalas ne sont pas "fonctionnellement éteints"… pour l'instant

À l'heure où, en Australie, les feux de brousse font vivre un enfer aux koalas, de fausses informations circulent sur l'état de leurs populations.mardi 26 novembre 2019

Actuellement, l'Australie fait face à une saison des feux catastrophique et singulièrement précoce. Alors que des dizaines de feux de brousse font rage sur la côte est du pays, de Sydney à Byron Bay, embrasant les habitations, les forêts et même les zones marécageuses, l'un des animaux les plus emblématiques d'Australie fait la une de nombreux journaux à travers le monde.

Des images de koalas brûlés et mourants ont émergé comme symbole du bilan dévastateur des incendies. « Ce sont de petites créatures sans défense, » déclare Christine Adams-Hosking, chercheuse postdoctoral à l'université du Queensland en Australie. « Un oiseau peut s'envoler, un kangourou peut s'échapper rapidement en bondissant mais les koalas sont lents. Ils finissent généralement par être pris au piège. »

La détresse de ces animaux impuissants face au danger a déclenché une vague d'inquiétude… et de confusion. Au cours du week-end, des déclarations erronées selon lesquelles ces animaux auraient perdu la majeure partie de leur habitat et seraient donc victimes d'une extinction fonctionnelle ont été reprises tour à tour par les médias et sur les réseaux sociaux, ce qui montre à quel point une fausse information peut se propager rapidement en temps de crise.

Actuellement, les koalas sont une espèce Vulnérable (VU), la catégorie qui précède les espèces En danger (EN), et selon les rapports on dénombrerait entre 350 et 1 000 koalas morts à ce jour dans les zones rongées par le feu au nord de la Nouvelle-Galles du Sud.

Toutefois, comme le soulignent les experts, nous n'assistons pas à la mort d'une espèce… pour le moment. « Nous n'allons pas voir les koalas s'éteindre aussi rapidement, » déclare Chris Johnson, professeur de conservation des espèces sauvages à l'université de Tasmanie. « Le déclin des populations de koalas va se poursuivre pour des raisons diverses mais nous ne sommes pas encore au stade où un unique événement pourrait les éradiquer. »

Voici la situation actuelle :

 

Pourquoi les koalas souffrent-ils tant de cette saison des feux ?

Dans un incendie, tous les éléments semblent être réunis pour accabler les koalas. Leur seul moyen de défense est de grimper le plus haut possible dans les eucalyptus où ils ont l'habitude d'élire domicile, une piètre défense dans une forêt dévorée par les flammes.

L'eucalyptus est l'un des arbres les plus adaptés au feu, il peut germer et croître à nouveau dans le sillage immédiat des incendies. Dans des conditions normales de feux de forêt, les flammes n'atteignent généralement pas la cime des arbres et les koalas réussissent donc à s'en sortir relativement indemne. Le pic de mortalité que nous constatons aujourd'hui chez les koalas est le signe d'une anomalie, déclare David Bowman, directeur du Fire Center Research Hub de l'université de Tasmanie.

L'échelle actuelle des feux de brousse est sans précédent et selon Bowman, elle est le fruit du changement climatique et de la disparition progressive des méthodes aborigènes de gestion des incendies. « Leur intensité est particulièrement élevée, » indique-t-il.

Chargés d'huile, les arbres brûlent rapidement et atteignent des températures importantes qui les font parfois exploser en propulsant des étincelles sur plusieurs mètres dans toutes les directions.

Ce n'est que le printemps en Australie. « En ce qui concerne la saison des feux de brousse, nous n'en sommes qu'à l'ouverture, » précise Bowman. Il nous fait part de ses inquiétudes quant à l'aggravation du phénomène lorsque les mois de janvier et février arriveront, à mesure que les températures continueront de grimper et que la sécheresse s'intensifiera.

 

Combien de koalas reste-t-il ?

En 2016, les experts ont estimé qu'il y avait environ 329 000 koalas en Australie, soit une diminution de 24 % des populations en l'espace de trois générations.

« Il est très difficile d'estimer les populations de koalas, même à la meilleure période, » rapporte Adams-Hosking, car leur aire de répartition est très étendue dans l'est de l'Australie, ils ont peur de l'Homme et vivent très haut dans les arbres. « Certaines populations commencent à disparaître localement mais d'autres sont en bonne santé. »

Les koalas sont menacés par l'aménagement du territoire, la dégradation de leur nourriture induite par l'augmentation du dioxyde de carbone dans l'atmosphère qui a affecté les valeurs nutritionnelles des feuilles d'eucalyptus, les sécheresses, les attaques de chiens et la chlamydia.

Et bien entendu, les incendies également. Dans certaines régions particulièrement touchées par le feu, il est possible que les populations locales de koalas ne s'en remettent jamais, « mais il est trop tôt pour en être certain, » souligne Adams-Hosking. « Il faudrait une surveillance étalée sur plusieurs années. »

 

Les incendies ont-ils réellement dévasté 80 % de l'habitat des koalas ?

Non. L'aire de répartition des koalas est vaste, elle s'étend sur toute la côte est australienne. Les récents feux de brousse dans les états de la Nouvelle-Galles du Sud et du Queensland couvrent environ un million d'hectares, d'après Fisher (certaines estimations vont même jusqu'à 2,5 millions d'hectares), mais la zone forestière de l'Est australien où vivent les koalas s'étale sur plus de 100 millions d'hectares.

De plus, le simple fait qu'une zone ait été affectée par un incendie « ne signifie pas qu'elle a été "détruite" et qu'elle n'est plus adaptée à la vie des koalas, » fait remarquer Grant Williamson, chercheur postdoctoral en écologie du paysage à l'université de Tasmanie.

 

Les koalas sont-ils victimes d'une extinction fonctionnelle ?

L'état d'extinction fonctionnelle signifie que le nombre de représentants d'une espèce n'est pas suffisant pour assurer de futures générations ou pour jouer un rôle dans l'écosystème.

Malgré le grand nombre de koalas tués par les incendies, « ce n'est pas suffisant pour modifier leur statut de conservation en tant qu'espèce, » affirme Fisher.

Les gros titres qui affirment que les koalas sont en état d'extinction fonctionnelle semblent s'appuyer sur l'annonce faite par un groupe de conservation des koalas début 2019. Une annonce contestée à l'époque et encore aujourd'hui : « Les koalas sont menacés dans certaines parties de leur aire de répartition mais pas sur d'autres, » assure Diana Fisher, professeure adjointe à l'école de sciences biologiques de l'université du Queensland.

Pour certaines populations locales de koalas dans les zones ravagées par les incendies, notamment en Nouvelle-Galles du Sud, l'impact est probablement catastrophique, » indique Adams-Hosking. Il est possible qu'un tiers des koalas de ces régions ait péri.

Mais selon Johnson, d'autres populations, comme celles de l'état de Victoria plus au sud, n'ont pas du tout été affectées par ces incendies.

 

Quel avenir pour les koalas ?

« La situation est loin d'être au beau fixe pour les koalas et c'était déjà le cas avant les incendies, » nous informe Adams-Hosking. Bien qu'ils bénéficient de la protection du gouvernement (interdiction de les tuer, par exemple), leur habitat est très vulnérable, poursuit-elle. « Seule une infime partie de l'habitat des koalas a été déclarée zone protégée. Quasiment rien. » Elle soutient que le gouvernement doit faire passer l'environnement avant la croissance économique. « Tant que cette volonté politique n'aura pas émergé, et elle n'a toujours pas émergé en Australie, la situation ne s'améliorera pas pour les koalas. »

En attendant, le Koala Hospital de Port Macquarie, situé à environ 400 km au nord de Sydney dans l'une des zones les plus touchées par les incendies, continue de secourir et de soigner activement les koalas. À ce jour, ils en ont soigné au moins 22 selon le New York Times.

Adams-Hosking et David Bowman, experts en incendies, affirment qu'en plus de la protection de leur habitat il est primordial de commencer à s'intéresser au réensauvagement et à la relocalisation des koalas. « Nous devons lancer ce programme et procéder à leur réadaptation, déclare Bowman. Si nous voulons que les koalas continuent de vivre, nous devons en prendre soin. Nous devons redoubler d'efforts. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite