Ce marsupial est constamment en gestation

Les wallabys bicolores femelles possèdent deux utérus, et peuvent donc concevoir un petit alors qu'elles n'ont pas encore mis bas.

Publication 10 mars 2020 à 11:25 CET, Mise à jour 5 nov. 2020 à 06:29 CET
Les femelles wallabys bicolores commencent généralement une nouvelle gestation deux jours avant de mettre bas.
Les femelles wallabys bicolores commencent généralement une nouvelle gestation deux jours avant de mettre bas.
Photographie de Jurgen et Christine Sohns, Minden Pictures

La plupart des mammifères peuvent mettre bas plusieurs fois à l'âge adulte, mais pour la grande majorité des espèces, une pause est observée après chaque naissance, laissant les jeunes mères allaiter leur progéniture. Pour certaines espèces, engendrer un ou deux petits est même largement suffisant.

Mais les wallabys bicolores (Wallabia bicolor), de petits marsupiaux sautillants que l'on trouve dans l'est de l'Australie, font exception à la règle et échappent à toute norme : de nouvelles recherches suggèrent que la plupart des femelles adultes seraient en constante gestation. Comme décrit dans un article publié le 2 mars dernier dans Proceedings of the National Academy of Science, ces animaux conçoivent généralement un à deux jours avant la mise bas.

Comme tous les marsupiaux, les wallabys bicolores donnent naissance à des petits immatures qui se blottissent dans une poche dédiée dans laquelle ils sont allaités par leur mère. Certains marsupiaux, comme les kangourous, peuvent s'accoupler et concevoir environ un jour après une mise bas, mais pas avant, comme l'explique Brandon Menzies, co-auteur de l'étude et chercheur à l'université de Melbourne.

La femelle wallaby bicolore est la seule mammifère, avec la hase, la femelle du lièvre brun (Lepus europaeus), qui peut tomber enceinte alors qu'une gestation est déjà en cours. Cette capacité est appelée superfœtation. Mais les hases et les lièvres suivent des cycles de reproduction distincts et les femelles ne sont pas en constante gestation pendant leur vie adulte, contrairement aux wallabys bicolores. L'étude est significative car « la compréhension de la biologie et de l'endocrinologie de la reproduction des espèces animales peut nous donner de précieuses indications sur la reproduction humaine », indique David Gardner, également chercheur à l'université de Melbourne, qui n'a pas pris part à l'étude.

 

COMMENT ÇA MARCHE ?

La conception est généralement impossible pendant le temps de la gestation. « Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles vous ne [pouvez] pas concevoir pendant une grossesse », explique Menzies. L'une de ces raisons est anatomique. La plupart des animaux possèdent un utérus ; si un embryon en développement est déjà là, tout l'espace est pris. Mais les marsupiaux, eux, ont deux utérus, reliés chacun à des ovaires et un col utérin distincts.

Deuxième facteur : le système endocrinien. Les hormones qui permettent le bon développement d'un fœtus ne sont pas les mêmes que celles qui permettent la conception elle-même. C'est pourquoi, par exemple, de nombreuses formes de contraception d'urgence chez l'Homme contiennent de la progestérone. Il s'agit d'une hormone qui permet le bon développement d'une grossesse en cours mais qui empêche l'ovulation. Selon Menzies, on ne sait pas encore exactement comment se déroule la conception chez les wallabys bicolores... on sait simplement que celle-ci est constante.

Le cycle commence quand une femelle wallaby s'accouple, en janvier ou février. Déjà en gestation, elle met bas un jour ou deux plus tard, et le nouveau-né se place dans sa poche pour se nourrir. L'embryon nouvellement fécondé, également connu sous le nom de blastocyste et composé d'environ 80 à 100 cellules, reste dans l'utérus, dans un état dormant, une phase appelée « diapause embryonnaire ».

Pendant ce temps, le premier petit continue de grandir bien au chaud dans la poche de sa mère. En septembre, il sera prêt à quitter la poche pour découvrir le vaste monde. Ce cycle coïncide avec le retour du printemps et des herbes fraîches dans l'hémisphère sud. 

 

ENCORE TANT À APPRENDRE

Les chercheurs sont parvenus à ces conclusions en effectuant des échographies sur dix femelles wallabys bicolores en captivité. Des examens d'imagerie ont été réalisés sur des femelles à différents moments de l'année et leurs accouplements ont été consignés. Les chercheurs ont observé la présence d'un blastocyste dormant chez neuf des dix femelles après l'accouplement, alors même que les premiers petits étaient déjà dans la poche de leurs mères.

Gardner, qui étudie la fécondation in vitro, avance qu'une meilleure compréhension de la diapause embryonnaire chez les wallabys serait une avancée inestimable.

« Si nous pouvions expliquer ce processus complexe, nous pourrions ne plus avoir à cryoconserver des embryons, mais plutôt les maintenir en stase en laboratoire », ajoute-t-il. « Il nous reste encore beaucoup à apprendre des marsupiaux. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite