Pourquoi les piqûres de frelons géants sont-elles si douloureuses ?

Hautement toxique, le venin des frelons géants peut causer d'importantes douleurs et entraîner la mort dans de rares cas.

Monday, May 18, 2020,
De Douglas Main
Les frelons géants (Vespa mandarinia) défendent férocement leurs colonies mais lorsqu'ils sortent pour trouver de la ...

Les frelons géants (Vespa mandarinia) défendent férocement leurs colonies mais lorsqu'ils sortent pour trouver de la nourriture, ils ont tendance à ignorer ceux qui les croisent.

Photographie de TAKASHI SHINKAI

Les piqûres de frelon géant (Vespa mandarinia) font-elles mal ? Oui, très mal.

C'est un peu comme être « piqué par une aiguille chauffée à blanc, » illustre Shunichi Makino qui étudie les guêpes et les abeilles au Forestry and Forest Products Research Institute du Japon. De plus, la douleur est persistante.

« Généralement, la zone piquée enfle considérablement et la douleur dure quelques jours, » explique-t-il par e-mail. « Même si l'on retrouve ces symptômes avec les piqûres d'autres espèces de frelons, l'intensité des piqûres de Vespa mandarinia serait nettement supérieure d'après les témoignages. »

Soichi Yamane en a fait l'expérience lorsqu'il menait des recherches sur les guêpes. Aujourd'hui retraité, il confirme la description de Makino : « La douleur a duré deux jours et mon sommeil était souvent perturbé par des douleurs intenses. »

Les témoignages relatifs à ces atroces piqûres sont l'une des raisons pour lesquelles la découverte de deux frelons géants dans l'état de Washington a autant fait parler d'elle aux États-Unis. Les insectes sont aujourd'hui un sujet de discussion majeur sur les réseaux sociaux où ils ont reçu le nom de « frelons tueurs. »

Malgré la capacité de ces insectes à se propager, ils n'ont pas été aperçus dans d'autres états américains à ce jour. Les scientifiques et autres spécialistes tentent par tous les moyens de localiser puis éliminer les éventuelles populations cachées dans la zone concernée au nord-ouest de Washington.

La fascination suscitée par ces insectes et le danger qui'ils représentent soulèvent une question : que peut bien avoir de spécial la piqûre du frelon géant ? Et à quel point son venin est-il toxique ?

Les frelons géants ont un dard allongé capable de percer l'équipement de protection habituellement porté par les apiculteurs.

Photographie de Washington State Department of Agriculture

TOXICITÉ

La toxicité du venin délivré par le frelon géant et les quelques espèces parentes est considérable, supérieure à celle de la plupart des autres piqûres d'insectes, répond Justin Schmidt, spécialiste des frelons.

Entomologiste au Southwestern Biological Institute de l'université d'Arizona, Schmidt est également expert en venin. Il a mis au point une échelle bien connue pour évaluer la douleur provoquée par une piqûre : l'index Schmidt.

Dans un article publié en 1986 et coécrit par Schmidt, Yamane et al., les chercheurs ont prélevé le venin de plusieurs espèces de frelons géants pour l'injecter dans une souris de laboratoire, une expérience courante à l'époque pour tester la toxicologie d'une substance.

Pour mesurer le niveau de toxicité, les chercheurs ont recours à un indicateur appelé « dose létale médiane » (DL50), c'est-à-dire la quantité nécessaire pour tuer 50 des sujets testés, généralement de petits animaux comme la souris. En 1980, les scientifiques ont découvert que la DL50 d'un frelon géant était de 4,1 mg/kg (milligrammes par kilogramme), un niveau proche de celui des autres frelons. Plus le volume nécessaire pour la dose létale est faible, plus la substance est dangereuse.

À titre de comparaison, la DL50 du venin d'abeille est de 2,8 mg/kg et la palme de l'insecte le plus toxique au monde revient à la fourmi moissonneuse Maricopa (Pogonomyrmex maricopa), avec une DL50 égale à 0,12 mg/kg chez la souris.

Vous l'aurez remarqué, les abeilles sont donc plus toxiques que les frelons géants, mais elles ne peuvent piquer qu'une seule fois. Les frelons géants ne connaissent pas cette limite et peuvent délivrer un volume de venin dix fois plus important. D'après les estimations des scientifiques, le venin contenu dans un seul frelon géant peut tuer environ 10 souris et celui d'une petite colonie, un animal d'environ 70 kg.

Il est logique que cette espèce transporte plus de venin, puisque c'est la plus grande espèce de frelon au monde avec une longueur approchant les 4 cm. Cette taille impressionnante ne fait pas pour autant de ses représentants les plus ardents combattants : les membres de l'espèce Vespa simillima, native du Japon, seraient en fait plus dangereux au vu de leur agressivité, et ce malgré leur taille réduite, témoigne Seiki Yamane, le frère de Soichi Yamane, également spécialiste des guêpes, pour le musée de l'université de Kagoshima.

 

« UN MÉCHANT COCKTAIL »

Pourquoi la piqûre du frelon géant est-elle si douloureuse ? D'après Schmidt, la douleur et le gonflement seraient provoqués par l'acétylcholine et l'histamine contenues dans le venin, pendant que les kinines aideraient à dilater les vaisseaux sanguins. Le mastoparan, une substance non contenue dans le venin d'abeille, et la phospholipase agissent conjointement pour dégrader les cellules immunitaires et déclencher une inflammation généralisée. En association avec les kinines, Schmidt indique que ces substances chimiques peuvent détruire les cellules sanguines et musculaires.

Cette destruction libère de grandes molécules comme l'hémoglobine que les reins doivent ensuite filtrer. Cependant, parmi les substances chimiques contenues dans le venin, plusieurs sont également toxiques pour les reins, c'est pourquoi les attaques de frelon géant mènent parfois à une défaillance rénale. L'espèce possède également une neurotoxine capable de bloquer l'influx nerveux.

« C'est un méchant cocktail de substances chimiques conçu pour vous rappeler de ne pas trop ennuyer ces spécimens, » résume Schmidt.

 

PRÉCAUTIONS

Pour que le venin atteigne un niveau létal, il faudrait être piqué par quelques centaines de frelons géants, poursuit Schmidt, ou un millier d'abeilles.

Au Japon, les frelons géants font entre 30 et 50 morts par an mais d'après Schmidt, la plupart de ces décès résultent de chocs anaphylactiques plutôt que d'une toxicité aiguë.

Quoi qu'il en soit, il est important de garder en tête qu'à l'instar des autres guêpes, les frelons géants n'attaquent généralement pas s'ils ne sont pas menacés. Plus particulièrement, lorsqu'ils quittent la colonie pour trouver de la nourriture, ils ont tendance à ignorer l'Homme ; la plupart des décès suite à une piqûre de frelon géant surviennent après une sérieuse perturbation de leur nid.

Comme le fait remarquer Schmidt, les frelons géants ont la gentillesse de prévenir avant de piquer : ils volent d'avant en arrière en faisant claquer leurs mandibules. « C'est plutôt intimidant, ça capte votre attention, » indique-t-il. « C'est la seule espèce qui fait cela. »

Schmidt n'a jamais été personnellement piqué par un frelon géant, alors qu'il travaille avec ces insectes depuis 1980. Ses collègues japonais lui ont conseillé d'enfiler un pull épais sous sa combinaison d'apiculteur pour déjouer le long dard des frelons. Et ça marche, même si Schmidt le regrette parfois.

« Avec le recul, » dit-il, « si j'avais été piqué, la donnée aurait été pertinente. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite