Le baby boom des antilopes saïgas, un espoir pour sauver l'espèce

En 2019, un troupeau kazakh d'antilopes saïgas n'avait eu que quatre petits. Cette année, les scientifiques ont recensé plus de 500 nouveaux-nés, signe que les efforts de conservation portent leurs fruits.

Monday, June 22, 2020,
De Jason Bittel
L'antilope saïga parcourt les steppes ou les prairies arides d'Europe de l'Est et d'Asie centrale.

L'antilope saïga parcourt les steppes ou les prairies arides d'Europe de l'Est et d'Asie centrale.

Photographie de Igor Shpilenok, NPL/Minden Pictures

Chaque printemps depuis 2007, des scientifiques parcourent le plateau d'Oust-Ourt, au Kazakhstan, afin de recenser le nombre de bébés antilopes saïgas. Étant donné que la population de cette espèce en danger critique d'extinction est la plus petite et la plus menacée du pays, les résultats ne sont généralement pas encourageants.

En 2018, par exemple, les scientifiques ont trouvé un total de 58 juvéniles vivant dans les steppes du sud-ouest du pays. En 2019, ce nombre est tombé à quatre nouveau-nés.

Ce déclin fait du recensement 2020, effectué en mai, de 530 saïgas juvéniles le signe bienvenu d'un éventuel baby-boom pour cet animal chassé et proche de l'extinction.

Dans les années 1980, on comptait des millions de saïgas adultes - reconnaissables à leurs drôles de museau - sur le plateau d'Ustyurt. Mais après la chute de l'Union soviétique, la demande pour les cornes d'antilopes a augmenté de manière exponentielle pour satisfaire les besoins de la médecine traditionnelle asiatique, et les braconniers s'y sont attelés, réduisant la population d'antilopes saïgas à travers leur aire de répartition en Asie centrale.

Puis, en 2015, une épidémie bactérienne mortelle, qui a tué environ 200 000 spécimens, a considérablement entravé la reproduction des antilopes saïgas. En peu de temps, plus de 70 % de la population restante a disparu. Dans un revirement prometteur, un recensement de 2019 a indiqué que la population kazakhe avait rebondi à 334 400 spécimens, soit plus du double du nombre de saïgas observés deux ans auparavant.

Deux des plus de cinq cent juvéniles nés ce printemps dans le plateau d'Ustyurt, au Kazakhstan, se rapprochent dans l'herbe.

Photographie de Bakhtiyar Taikenov / AСBK

Non seulement le nombre de bébés saïgas - en nette hausse - est un bon signe, mais l'agrégation de spécimens adultes qui ont mis bas est la plus importante que l'on ait vue depuis près de 10 ans, explique Albert Salemgareyev, spécialiste du saïga à l'Association à but non lucratif pour la conservation de la biodiversité du Kazakhstan (ACBK).

« C'est vraiment exaltant pour nous tous », déclare Saken Dildakhmet, attaché de presse du Comité des forêts et de la faune du gouvernement du Kazakhstan. (Ses propos étaient traduits lors d'un appel vidéo par Fariza Adilbekova, coordinatrice nationale de l'initiative de conservation à but non lucratif Altyn Dala.)

« Grâce aux efforts de conservation, notamment des patrouilles de gardes forestiers de l'État [...] nous assistons à une croissance régulière de la population de saïgas », explique Dildakhmet.

 

LES MENACES QUI PÈSENT SUR L'ESPÈCE

Bien que le braconnage ait diminué, ces antilopes couleur sable continuent de faire face à de multiples menaces. L'une des principales menaces est humaine et structurelle.

En 2014, le gouvernement kazakh a installé des clôtures le long de la frontière avec l'Ouzbékistan afin d'empêcher la contrebande et le trafic de drogue.

« Cela n'a jamais vraiment fonctionné, car c'est une région très reculée et ce ne sont que des barbelés », explique EJ Milner-Gulland, scientifique spécialiste des questions de conservation à l'Université d'Oxford et président de la Saiga Conservation Alliance. « Mais c'est un vrai piège à saïgas. »

Les animaux migrateurs hivernent dans l'Ouzbékistan plus doux et retournent vers le nord au Kazakhstan pour se reproduire et mettre bas à partir de la fin avril. Mais la barrière frontalière a effectivement réduit de moitié cette migration, bien qu'il y ait des preuves que certains animaux déterminés ont réussi à se faufiler. « Nos spécialistes ont trouvé de la fourrure de saïga sur les clôtures », explique Adilbekova, « et du sang ».

Les autoroutes - entre autres - entravent également les mouvements migratoires de l'espèce. 

Il y a quelques années, Salemgareyev, Adilbekova et ses collègues ont reçu l'approbation du gouvernement pour installer des interstices dans la barrière frontalière, qui pourraient permettre aux antilopes de se frayer un chemin. Pour des raisons inconnues, les antilopes saïgas n'ont utilisé aucun de ces interstices - jusqu'à l'hiver dernier.

« Cette année, nous avons eu des nouvelles de nos collègues ouzbeks », explique Salemgareyev. « Un groupe de saïgas était apparu. »

 

« AU BORD DU GOUFFRE »

Compte tenu du nombre de saïgas qui parcouraient autrefois ces steppes, une hausse de quelques centaines de nouveau-nés peut paraître dérisoire, comme le rappelle Milner-Gulland, qui n'a pas participé au récent recensement. Mais dans une décennie au cours de laquelle de nombreux experts se sont inquiétés du fait que la population du plateau d'Oust-Ourt était sur le point de disparaître, cela reste prometteur.

La population de saïgas « est toujours au bord du gouffre, mais elle va dans la bonne direction », dit-elle. « Chaque naissance de saïgas est une bonne nouvelle. »

Alors que la recherche se poursuit, les scientifiques en apprennent davantage sur le cycle de vie de l'espèce. « Chaque année, nous trouvons quelque chose de nouveau », explique Salemgareyev. Récemment, ses collègues et lui sont tombés sur un troupeau d'environ 5 000 saïgas dans la population de l'Oural à l'ouest leurs cris étaient si forts, dit-il, qu'il était impossible d'entendre la personne qui se tenait à côté de vous. 

Un groupe de cette taille ne semblait pas inhabituel au premier abord - jusqu'à ce que les scientifiques se rendent compte que le troupeau était entièrement composé de mâles, dotés de cornes. Salemgareyev a recherché des observations similaires dans la littérature scientifique et n'a pu trouver de précédent ; son hypothèse est que les mâles suivent leur propre chemin pendant la saison de vêlage. Les chercheurs ont également constaté que, dans certaines régions, les nouveau-nés semblent être en majorité des mâles - un changement par rapport aux résultats d'il y a 20 ans.

Mis à part ces inconnues, une chose est sûre : le saïga « est un survivant », explique Milner-Gulland. « C'est une espèce qui a été abattue plusieurs fois et qui continue de rebondir. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite