Quelle est la piqûre d'insecte la plus douloureuse ?

Justin Schmidt, entomologiste à l'Université de l'Arizona, a été piqué plus de mille fois et est connu pour avoir mis au point l'échelle de douleur Schmidt pour les insectes piqueurs, qui décrit les niveaux d'agonie.

Publication 8 sept. 2020 à 11:29 CEST
Les fourmis de velours femelles sont des guêpes sans ailes dont la taille varie de petite, ...

Les fourmis de velours femelles sont des guêpes sans ailes dont la taille varie de petite, comme cette Dasymutilla asteria de 0.6 cm, à d'énormes « tueuses » de près de 2.5 cm. Leurs piqûres sont comprises entre 1 et 3 sur l'échelle de douleur Schmidt.

Photographie de Graham Wise

Un jour, alors que Justin Schmidt faisait du vélo, une petite créature s'est invitée dans sa bouche.

« Je prenais des grandes respirations, et alors que ma bouche était ouverte, cette foutue abeille s'y est glissée et m'a piqué la langue », se souvient-il. Il tomba au sol, se tordant de douleur. Il décrit la piqûre comme « immédiate, sonore, viscérale, débilitante. Pendant 10 minutes, la vie ne vaut plus la peine d'être vécue. »

Ce n'était pas la pire piqûre possible (nous y arriverons), mais son intensité l'a pris de court - ce qui est surprenant en soi, car Schmidt, entomologiste à l'Université de l'Arizona, a été piqué plus de mille fois et est connu pour avoir mis au point l'échelle de douleur Schmidt pour les insectes piqueurs, une échelle à quatre points avec des descriptions du niveau d'agonie.

Les polistes, par exemple, ont une piqûre équivalant au niveau 3 de douleur « corrosive et brûlante, avec un arrière-goût nettement amer. Comme si vous renversiez un bécher d'acide chlorhydrique après vous être coupé avec une feuille de papier. »

La redoutable fourmi de feu et sa piqûre ardente

En temps normal, Schmidt ne réagirait même pas à une piqûre d'abeille. Mais sur la langue, c'était une tout autre affaire. De toute évidence, l'endroit où vous êtes piqué peut avoir autant d'importance que ce qui vous pique.

Alors quand Michael Smith, un étudiant diplômé de Cornell, l'a contacté il y a quelques années avec le projet de se faire piquer tout le corps pour cartographier la douleur, Schmidt lui a donné un conseil : pas les yeux. Mais sinon, allez-y.

Smith, qui étudie la biologie des abeilles, avait comparé ses notes avec des apiculteurs et s'était rendu compte que tout le monde savait que les piqûres faisaient plus mal à certains endroits, mais personne n'avait jamais mesuré la douleur de manière systématique. La douleur varierait-elle de manière fiable selon les différentes parties du corps ? Pourquoi certains endroits font-ils plus mal ? « Quelqu'un devait le faire », dit-il, « donc en tant que scientifique, vous allez là-bas et vous vous prêtez à l'expérience. C'est de la curiosité ; c'est ce qui vous motive. »

Il s'est fait piquer par des abeilles à plusieurs reprises sur 24 points distincts, du haut de sa tête à la pointe des orteils, et il n'a pas esquivé les morsures les plus redoutées - le mamelon, le scrotum et le pénis. Résultat : Schmidt a dégagé une réalité empirique des pires endroits où se faire piquer.

Combinez cela avec l'indice de douleur de Schmidt par insecte, et vous pourrez aisément élaborer les pires scénarios mettant en scène une (ou des) piqûre(s) d'insecte. Alors, quelle est la piqûre ultime, l'apothéose de l'agonie provoquée par un insecte ?

Une abeille laisse son dard sur le bras de sa victime. Les photographies de cet article sont tirées du livre The Sting of the Wild.

Photographie de Justin O. Schmidt

Quand j'ai demandé aux deux scientifiques quelle était selon eux la pire combinaison possible, ils ont convenu qu'une piqûre de fourmi balle de fusil (Paraponera clavat) dans la narine serait probablement en haut de leur classement en termes d'intensité. Schmidt a donné à la fourmi balle de fusil un 4 sur 4 sur son index et compare la piqûre au fait de « marcher sur du charbon de bois enflammé avec un clou de sept centimètres et demi planté dans votre talon. »

Pour Smith, les deux zones les plus sensibles en cas de piqûre seraient la narine et la lèvre supérieure, suivis de la tige pénienne. Le pénis est sans surprise ce qui a le plus attiré l'attention des médias lorsque l'étude a paru, mais Smith estime que « la narine est vraiment la zone la plus douloureuse. » Et il est logique que les abeilles ciblent souvent le nez, la bouche et les yeux - ils sont essentiels à la respiration et à la vision. « La douleur n'est pas illogique », dit Smith ; c'est une réaction pour protéger nos fonctions vitales. »

Mais il y a une chose qui, toujours selon Schmidt, pourrait être encore moins soutenable. « Une guêpe guerrière qui vous piquerait au nez ou à la lèvre serait en top du classement », dit-il, et à certains égards la douleur serait encore plus grande parce que la piqûre laisserait place à un gonflement intense qui peut durer des jours. 

La morsure de la fourmi balle de fusil, en revanche, ne provoque pas de gonflement et ne laisse même pas vraiment de marque.

« C'est presque décevant d'en passer par là et de pleurer autant, et de ne pas avoir ne serait-ce qu'un gros point rouge à montrer aux gens », dit Schmidt. « Ils nous retirent même cette satisfaction-là. »

Depuis ses recherches sur la douleur, le chercheur a terminé l'une des études les plus exhaustives jamais réalisées sur le fonctionnement interne d'une ruche, mesurant chaque détail d'une colonie de la naissance à la mort de ses membres. Et maintenant, il découvre ce qui déclenche la puberté des abeilles - oui, les abeilles et presque tous les autres animaux connaissent une forme de puberté.

J'ai demandé à Schmidt ce qu'il pensait être la chose la plus cool qu'il ait apprise sur les insectes piqueurs. « J'ai appris une chose étrange », dit-il. « La relation entre les insectes piqueurs et les humains tourne vraiment autour de nous. C'est une guerre psychologique - et ils l'ont gagnée. Ils nous sont parvenus à nous terrifier. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.