La redoutable fourmi de feu, capable de dévorer ses victimes jusqu'à l'os

Le sol de la forêt amazonienne est jonché d'un redoutable nuisible : la fourmi de feu, dotée d'une « piqûre ardente » et capable de dévorer ses victimes jusqu'à l'os.

Publication 4 déc. 2020 à 10:49 CET, Mise à jour 14 déc. 2020 à 11:18 CET
Solenopsis invicta, plus communément appelée fourmi de feu.

Solenopsis invicta, plus communément appelée fourmi de feu.

Photographie de Creative Commons

Solenopsis invicta, plus communément appelée fourmi de feu, est originaire d’Amérique du sud. Par le biais des cargos de marchandises, cette espèce a fortuitement migré dans différents pays du monde, comme les Etats-Unis en 1930 ou l’Australie en 2001. Elle y est aujourd’hui considérée comme une espèce invasive et nuisible pour l’Homme et les espèces locales, et est extrêmement difficile à éradiquer.

Les fourmis de feu sont l’une des 266 espèces de fourmis Solenopsis, un genre très commun de fourmis, mais sont beaucoup plus agressives que la plupart d’entre elles. Elles sont réputées pour posséder l’un des venins les plus irritants au monde. Ses piqûres « ardentes » provoquent en effet de fortes douleurs, des démangeaisons, voire plus dans certains cas. Mortelle pour les petits animaux comme les oiseaux, la piqûre de la fourmi de feu n’est en principe pas létale pour l’Homme, mais certains rapports médicaux ont signalé plusieur décès causés par un choc anaphylactique suite à une piqûre de Solenopsis invicta.

La redoutable fourmi de feu et sa piqûre ardente

Les fourmis de feu attaquent en groupe. Lorsqu’elles s’en prennent à une proie, elles grimpent dessus et libèrent des phéromones qui attirent le reste de la colonie. Des centaines voire par milliers d’individus arrivent alors dans le but de protéger leur colonie. Cette armée d’insectes suit aveuglément ces phéromones, qui constituent un véritable chemin chimique dessiné par les fourmis « éclaireuses ».

Contrairement à de nombreuses autres espèces, Solenopsis invicta ne mord pas, elle pique. Si son attaque débute par une morsure qui, grâce à de puissantes mandibules, va lui permettre de s’agripper à sa victime pour la piquer plusieurs fois, les fourmis de feu possèdent un dard semblable à celui des guêpes. C’est cet attribut physique qui va lui permettre d’injecter son venin sous la peau de sa proie, qui va alors attaquer et détruire les cellules lors d’un phénomène appelé « lyse ». Le contenu des cellules détruites se propage ensuite, permettant au venin de se diffuser et d'en détruire davantage.

Les fourmis de feu, en plus d’être une espèce invasive, sont des prédatrices très dangereuses pour les œufs d’autres insectes, voire d'autres fourmis. Les ouvrières rouges agitent leur abdomen afin de diffuser ce venin destructeur dans l'air sous forme de gouttelettes.

Solenopsis invicta est une espèce très complexe à éradiquer et les scientifiques recherchent encore aujourd’hui différentes techniques biologiques pour les éliminer. L’on estime que la reine pond en moyenne un œuf par minute, et peut pondre jusqu’à 2 000 œufs par jour, ce qui permet à de nombreuses colonies de se créer et s’étendre très rapidement sur un nouveau territoire. Elles sont de plus extrêmement résistantes au froid ; elles peuvent survivre à des températures atteignant les -10°C.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.