Amazonie : le miel de ces abeilles est un "élixir miracle"

Les abeilles mélipones aident les agriculteurs d’Amazonie péruvienne et leurs communautés en produisant un miel aux nombreux bienfaits et en pollinisant les plantes locales.

Publication 4 avr. 2022, 17:01 CEST, Mise à jour 5 avr. 2022, 10:21 CEST
7X7A6147

Des abeilles mélipones, qui n’ont pas de dard, sont posées autour d’un pot à miel dans leur ruche. Leur miel est utilisé pour aider à soigner les blessures et traiter les infections, et permet de soutenir économiquement les apiculteurs de l’Amazonie péruvienne.

PHOTOGRAPHIE DE Ana Elisa Sotelo

Elles peuvent être de nombreuses couleurs : dorées, onyx uni, ou encore rayées pissenlit et cannelle. Leurs yeux peuvent être noirs, gris ardoise ou même vert bleuté. Leur corps peut être aussi petit qu’une lentille ou aussi gros qu’un grain de raisin. Mais le plus étonnant chez cette espèce d’abeilles mélipones, ce sont les miels qu’elles produisent, qui sont de plus en plus recherchés pour l’alimentation et la médecine.

En Amazonie péruvienne, certaines personnes commencent tout juste à élever quelques-unes des 175 espèces différentes de ces mélipones présentes dans la région, ce qui garantit d’aider les apiculteurs et leurs communautés. Par le passé, ce miel était généralement récolté directement dans la nature, pratique destructrice pour les ruches.

Mais depuis quelques années, des scientifiques, dont Cesar Delgado, de l’Instituto de Investigaciones de la Amazonía Peruana (IIAP), apprennent aux gens à élever et à préserver ces insectes de manière durable.

Rosa Vásquez Espinoza, biochimiste et exploratrice National Geographic, s’est associée avec Delgado et ses collègues dans l’objectif de mieux comprendre les abeilles, les plantes qu’elles pollinisent, et les composés chimiques de leur miel médicinal.

Gauche: Supérieur:

L’agriculteur Heriberto Vela Córdova, à San Francisco (Pérou), ouvre une ruche d’abeilles mélipones sur sa propriété. Les apiculteurs élèvent ces insectes dans des boîtes en bois qui leur permettent d’extraire le miel sans nuire aux abeilles.

Droite: Fond:

La biochimiste Rosa Vásquez Espinoza tient le fruit du roucou, qui est utilisé comme teinture naturelle, pour la cuisine et pour traiter la constipation. Comme de nombreuses autres plantes indigènes, dont certaines ont une importance commerciale, le roucou est pollinisé par les abeilles mélipones.

Photographies de Ana Elisa Sotelo

En plus de sa fascination pour les insectes eux-mêmes et pour le fruit de leur labeur, son souhait est d’aider à défendre l’apiculture des mélipones en raison de tous les avantages que ces abeilles apportent aux communautés qui les élèvent, dont beaucoup ont été durement touchées par la pandémie de COVID-19.

« Les abeilles mélipones redonnent vie à l’Amazonie » en fournissant du miel médicinal, des revenus et des bienfaits de pollinisation à une région qui a besoin d’aide, affirme Espinoza.

 

UN « ÉLIXIR MIRACLE »

Au cours de l’Histoire, le miel a souvent été utilisé pour ses vertus médicinales, notamment pendant l’Antiquité. Certains documents montrent qu’il a pu être utilisé en tant que baume, alcool, substance psychoactive ou encore en tant que poison. De nombreuses études contemporaines suggèrent que les miels des abeilles à miel et des mélipones ont des propriétés antimicrobiennes, anti-inflammatoires et cicatrisantes.

Les abeilles mélipones fabriquent leur miel avec des produits chimiques qui empêchent la croissance microbienne et fongique, une adaptation qui permet à la substance de ne pas se détériorer. Compte tenu de la grande variété de la biodiversité végétale en Amazonie et de l’incroyable variété de produits chimiques botaniques que les abeilles mélangent à leurs miels et à leurs cires, il n’est pas étonnant que ceux-ci aient des propriétés médicinales. D'aucuns qualifient même ce genre de miel d'« élixir miracle ».

Les habitants de la région utilisent plusieurs types de miels d’abeille mélipones ainsi que la cire de leurs ruches afin de traiter les infections des voies respiratoires supérieures, les affections cutanées, les problèmes gastro-intestinaux, et même le diabète et le cancer. Bien que des recherches aient commencé à confirmer certaines de ces utilisations, la plupart d’entre elles sont encore au stade d’études préliminaires. Selon David Roubik, spécialiste en abeilles mélipones au Smithsonian Tropical Research Institute de Panama, il est urgent de poursuivre les recherches sur les bienfaits médicinaux des miels.

Une abeille mélipone se nourrit d’une araza. Les fruits de l’araza et les miels qui proviennent de sa pollinisation par les abeilles auraient, selon certaines données préliminaires, des propriétés anticancéreuses.

PHOTOGRAPHIE DE Ana Elisa Sotelo

« Nous utilisons le miel pour la nourriture et les médicaments », explique Heriberto Vela Córdova, apiculteur à San Francisco, au Pérou, qui fait partie de la communauté indigène des Kukama-Kukamiria. « Pour la nourriture, nous l’utilisons avec du café, du pain. Pour la médecine, nous l’utilisons contre la bronchite, la pneumonie, les brûlures, les coupures, les rhumes, l’arthrite. » 

 

DES MAGICIENNES DES FORÊTS

Depuis des milliers d’années, les peuples indigènes des tropiques d’Amérique récoltent le miel de dizaines d’espèces d’abeilles mélipones. Ces insectes sociaux forment des colonies avec une reine et de nombreuses ouvrières, et ne peuvent pas piquer, ce qui rend leur élevage moins dangereux que celui, par exemple, des abeilles européennes qui, à l’origine, n’existaient pas sur le continent américain. De nombreuses abeilles mélipones peuvent toutefois infliger des morsures douloureuses avec leurs mandibules.

En raison du grand nombre d’espèces de mélipones, présentes dans toutes les régions tropicales et subtropicales du monde, leur élevage, également appelé méliponiculture, peut s’avérer complexe. À l’exception des Mayas qui avaient mis au point des méthodes sophistiquées pour élever ces abeilles dans la péninsule du Yucatán, méthodes qui perdurent aujourd’hui encore, de nombreux peuples indigènes récoltaient le miel de manière traditionnelle, directement dans les ruches sauvages.

Au Brésil, la méliponiculture est une activité très répandue, populaire et de plus en plus sophistiquée mais, au Pérou, elle commence à peine à se développer et à s’étendre, explique Breno Freitas, chercheur à l’université fédérale du Ceará au Brésil.

Actuellement, au moins une centaine de familles réparties dans la moitié des États de l’Amazonie péruvienne élèvent des mélipones, et beaucoup ont été formées par Delgado. Le scientifique leur apprend à les élever dans des boîtes rectangulaires qui permettent un accès facile au miel de ces abeilles sans dard qui, contrairement à celui des abeilles à miel, n’est pas conservé dans des alvéoles ordinaires mais plutôt dans des compartiments sphériques : des sortes de « pots à miel ». L’élevage des abeilles permet aux apiculteurs de diviser les nids et d’établir une source de revenus régulière, plutôt que de compter sur le prélèvement de miel (et d’abeilles) dans la forêt, ce qui peut être dangereux pour ces pollinisatrices qui sont essentielles à notre survie, explique David Roubik.

En ce qui concerne les plantes à polliniser, les mélipones sont souvent plus difficiles que les abeilles à miel. Dans les régions dans lesquelles elles naissent naturellement, régions dans lesquelles elles devraient aussi être élevées, selon Freitas, elles sont plus douées pour la pollinisation des plantes indigènes, ce qui fait d’elles des facteurs importants pour assurer la bonne santé de l’écosystème. Elles sont également bénéfiques pour l’agriculture. Une étude menée en 2020 co-écrite par Delgado, montre que lorsqu’elles sont gardées près des champs agricoles, ces abeilles peuvent aider à augmenter le rendement du camu-camu, un arbuste indigène, de près de 50 %. 

 

DANS LA JUNGLE...

Delgado, Espinoza et la photographe Ana Elisa Sotelo ont rendu visite à Córdova et à sa famille en décembre 2021 pour découvrir la façon dont il élève les quarante ruches présentes sur sa propriété, qui comprennent six espèces indigènes productrices de miel, dont la Melipona eburnea.

Sotelo se souvient que, lorsqu’ils regardaient dans les ruches, les abeilles volaient autour de leurs têtes « avec des battements d’ailes rapides, elles bourdonnaient et se posaient sur nous, sans nous faire aucun mal ». Les enfants de Córdova ont ramassé des plantes médicinales à observer, notamment des arbres à Sang du Dragon, dont les extraits peuvent traiter la diarrhée, le diabète et les infections ; les abeilles utilisent la résine de ces arbres pour construire leurs ruches. Ils ont également examiné du roucou, plante rouge vif utilisée pour fabriquer de la teinture et pour traiter la constipation, et du camu-camu, un fruit au goût délicieux, explique Espinoza, qui effectue actuellement un stage à l’université du Michigan dans le cadre de son doctorat. Les abeilles pollinisent toutes ces plantes.

Gauche: Supérieur:

Une larve de mélipone dans un nid. Elle ne s’est pas développée correctement et sera bientôt minutieusement retirée par les ouvrières.

Droite: Fond:

Cette femelle ouvrière s’apprête à quitter sa ruche pour aller chercher de la nourriture. Les mélipones sont souvent enlevées à la forêt pour être élevées, mais les chercheurs encouragent la méliponiculture durable qui permet de minimiser (ou d’éliminer) l’exploitation des abeilles sauvages.

Photographies de Ana Elisa Sotelo

Córdova préfère les mélipones aux abeilles à miel pour plusieurs raisons.

« Les abeilles indigènes sont plus faciles à élever – elles sont plus dociles puisqu’elles ne piquent pas », explique-t-il. « Le miel est de meilleure qualité en raison de ses propriétés curatives… et, [contrairement aux abeilles à miel], les abeilles indigènes construisent leurs pots avec la cire qu’elles produisent et avec la résine qu’elles extraient des arbres, dont certaines sont connues pour avoir des propriétés médicinales, comme la résine de l’arbre à Sang du Dragon », qui peut être appliquée sur les blessures.

Durant la visite avec Córdova, Espinoza a récolté quelques échantillons de miel, et prévoit de retourner au Pérou afin d’en récolter davantage. Son objectif est d’étudier les compositions chimiques et microbiennes de différents miels, mais elle souhaite aussi « observer le microbiome des abeilles elles-mêmes », affirme-t-elle. Elle veut également connaître toutes les plantes dont les abeilles se nourrissent.

« Explorer 600 espèces d’abeilles mélipones [offrirait] d’innombrables opportunités de faire des découvertes sur leur comportement, sur leur choix de substances curatives dans la nature ; sur la transformation dans le nid, le choix des associations avec des microbes ; et la fabrication de miel, de pollen et de propolis pharmaceutiques », une substance similaire à la résine créée par les abeilles, selon Patricia Vit, chercheuse spécialisée dans les mélipones à l’université des Andes au Venezuela.

Les Córdova comptent parmi les familles qui utilisent une partie du miel et vendent le reste ; en général, chaque année, ils consomment vingt bouteilles de miel et en vendent trente sur des marchés locaux.

Ce revenu et ces remèdes indispensables ont aidé des familles à résister face aux difficultés de la pandémie.

Ce n’est qu’une seule des manières dont les abeilles contribuent à « préserver la vie et la bonne santé de la forêt et de ses habitants », affirme Sotelo.

L’humanité ne connaît qu’une infime partie des bienfaits que pourraient lui procurer les abeilles mélipones, selon Vit.

À l’avenir, d’après Roubik, les recherches sur l’intérêt biochimique et médicinal de ce miel seront de la plus haute importance. « Nous ignorons encore bien trop de choses sur ce qu’il se passe réellement avec les caractéristiques médicinales du miel des abeilles mélipones. »

La National Geographic Society, dédiée à protéger et mettre en avant les merveilles de notre monde, a financé le travail de l'exploratrice Rosa Vásquez Espinoza. Découvrez comment la Society soutient les explorateurs et exploratrices qui protègent et mettent en valeur les espèces essentielles.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Aux États-Unis, cette vallée aride abrite plus de 500 espèces d'abeilles différentes
Animaux
Un quart des espèces d’abeilles connues n’a pas été observé depuis les années 1990
Animaux
Se soigner avec des piqûres d'abeilles ? C'est possible
Animaux
Découverte d'une abeille mutante à la fois mâle et femelle
Animaux
Découverte : les bourdons piquent les plantes pour les faire fleurir plus tôt

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.