Animaux : Les grands gagnants de la Saint Valentin

Des petits présents aux parades nuptiales élaborées, certaines créatures ont une longueur d'avance dans le jeu de l'amour et du hasard.

Les couple des castors américains, Castor canadensis, s’unissent pour la vie.
Les couple des castors américains, Castor canadensis, s’unissent pour la vie.
photographie de Robbie George, National Geographic Creative

De toutes les créatures, ces espèces sont sans aucun doute les rois et reines de la Saint Valentin.

 

DANS LA CATÉGORIE MEILLEUR CADEAU : L'ÉCAILLE ORNÉE

Ce beau papillon nocturne sait combler sa partenaire. L'écaille cornée mâle, que l'on trouve aux États-Unis et en Amérique du Sud, offre à la femelle ce que l'on appelle dans le monde des insectes « un cadeau nuptial ».

Les mâles absorbent les produits chimiques nocifs présents dans certaines fleurs, appelés alcaloïdes, qu'ils utilisent comme « bouclier chimique ». Les produits chimiques « sont ensuite transmis aux femelles pendant l'accouplement et elles-mêmes les transmettent ensuite aux œufs», explique Andrei Sourakov qui travaille au musée d'Histoire naturelle de Floride.

Le papillon nocturne offre à sa femelle un cadeau toxique.
Le papillon nocturne offre à sa femelle un cadeau toxique.
photographie de Andrei Sourakov

Un dîner romantique et un renforcement des défenses immunitaires ? Pas mal pour un rendez-vous galant.

 

DANS LA CATÉGORIE MEILLEURE DANSE : LE TÉTRAS DES ARMOISES

Il existe d'étonnantes danses nuptiales dans le monde animal, mais force est de reconnaître que le tétras des armoises est de loin le grand gagnant de cette catégorie. Un tétras des armoises se pavane dans ce qu'on appelle un lek, un groupe de mâles essayant d'attirer l'attention des femelles.

Ces mâles ne craignent pas la compétition et restent dans la même aire de reproduction des années durant.

Les tétras des armoises mâles commencent leur parade en prenant une grande inspiration, retenant l'air dans l'œsophage avant de souffler avec force. Ils peuvent passer des heures à montrer leurs plumes pointues et à gonfler leurs jabots jaune-vert d'air, produisant un bruit qui ressemble au doux chant d'un extraterrestre lançant une balle en caoutchouc contre un mur.

Tous les mâles capables d'autant d'efforts pour séduire les femelles méritent la plus entière considération, ou du moins la nôtre.

Un tétras des armoises se pavane durant sa parade nuptiale.
Un tétras des armoises se pavane durant sa parade nuptiale.
photographie de Bob Smith, National Geographic Creative

 

AUTRE MEILLEURE DANSE : LE PIPA PIPA

Les crapauds du Suriname ne sont peut-être pas les créatures les plus gracieuses, mais ils parviennent à réaliser des tangos aquatiques impressionnants.

Pendant la parade nuptiale, la femelle tourne le dos au mâle, qui l'enlace. Le couple amphibien fait alors des petits sauts coordonnés dans l'eau. La femelle libère des œufs qui roulent sur le ventre du mâle puis sur le dos de la femelle. C'est à ce moment-là que le mâle les féconde. Les pipas pipas continuent cette danse reproductive jusqu'à ce que la femelle ait pondu une centaine d'œufs.

Une danse pour le moins langoureuse et (re)productive.

 

DANS LA CATÉGORIE PARTENAIRE LE PLUS DOUX : LES ARAIGNÉES

Peut-être est-ce à cause de ses nombreuses pattes, mais l'araignée est une câlineuse hors-pair.

Certes, c'est avant tout une technique de survie.

Les araignées australiennes Latrodectus hasselti mâles exécutent leur parade nuptiale en plusieurs étapes. D'abord en faisant vibrer leur toile au moins une centaine de minutes, puis en faisant vibrer à la fois la toile et l'abdomen de leur partenaire avant de tenter de s'accoupler.

Une Latrodectus hasselti femelle photographiée en Australie.
Une Latrodectus hasselti femelle photographiée en Australie.
photographie de Wikimedia Commons

Dans un autre mouvement tout aussi surprenant, les mâles lient les pattes de la femelle avant l'accouplement.

Ces préliminaires ne sont pas d'un grand romantisme, mais ils évitent aux mâles d'être dévorés par les femelles après le rapport sexuel.

Qui plus est, les araignées mâles décrites par Darwin ont aussi des rapports oraux puisqu'ils humidifient les organes génitaux de leur partenaire avant, pendant et après l'accouplement, ce qui a rarement été observé chez d'autres mammifères.

 

DANS LA CATÉGORIE LE PLUS GRAND FIDÈLE : LE CASTOR

L'accouplement n'est pas seulement l'affaire d'une journée pour ces mammifères aux grandes dents. La saison des amours des castors s'étend de janvier à février, et le couple restera soudé le reste de l'année. Et au-delà.

Les castors sont généralement monogames, et ne choisissent un nouveau partenaire que si leurs partenaires meurent ou sont évincés par un autre mâle. Les experts appellent cette séparation un « divorce forcé ».

Les castors américains vivent jusqu'à 15 ans dans la nature, et peuvent donc rester en couple pendant 13 ans. En temps humain, cela équivaut au moins à des noces d'argent.

Un castor surpris en pleine construction.
Un castor surpris en pleine construction.
photographie de National Geographic Creative

Beaucoup, nous lisant, se diront que nous avons oublié un fidèle notoire du règne animal : le manchot. C'est vrai, quand les manchots sont en couple, c'est pour la vie. Mais à une condition : ne pas trop se voir. C'est du moins la conclusion d'une étude publiée dans la revue Biology Letters de la Royal Society britannique. De fait les couples de manchots se reforment à l'identique chaque été au moment de la reproduction, mais ils se séparent pour la migration hivernale. Ils ne passent donc ensemble que trois mois par an.

Les castors, eux, passent toutes leurs journées ensemble le temps d'une vie. Que peut-il y avoir de plus fidèle à célébrer en ce jour de Saint Valentin ?

Lire la suite