Après l'accouplement, cette limace de mer poignarde son partenaire entre les yeux

D'autres animaux pratiquent « l'insémination traumatique », en poignardant leur partenaire pendant l'acte sexuel, mais cette limace de mer serait la première à cibler cette partie du corps.

De Eva Van Den Berg
Publication 15 févr. 2022, 14:57 CET
DEPARTMENTS-2203-BI-sea-slugs

Cette photo magnifie deux limaces de mer Siphopteron makisig en train de s'accoupler. Le gastéropode marin mesure moins de 6mm de long, et son corps blanc translucide est marqué de jaune et rouge. Le bleu que l'on voit ici est l'eau en arrière-plan de l'image.

PHOTOGRAPHIE DE NILS ANTHES ET ROLANDA LANGE, UNIVERSITé DE TUEBINGEN

Dans ses eaux natales du Pacifique, la limace de mer Siphopteron makisig semble minuscule et délicate, comme un bouton de verre coloré abandonné sur le rivage, que la mer aurait emporté. En réalité, cette limace s'accouple à une vitesse folle, en miroir, comme le montre les deux spécimens en photo ci-dessus.

Comme la plupart des espèces de limaces de mer, S. makisig est hermaphrodite, doté d'organes reproducteurs mâles et femelles qu'il utilise en même temps pendant l'accouplement. Mais contrairement à d'autres limaces de mer, elle conclut ses ébats d'une violente manière.

L'accouplement commence assez normalement. Pour féconder les œufs qui se développent dans les parties femelles de chaque limace, l'autre limace dépose du sperme avec son pénis. En fait, il ne s'agit que de la moitié de son pénis, qui possède deux branches : l'une qui délivre le sperme avec son extrémité bulbeuse, et l'autre munie d'un stylet ressemblant à une seringue (et parfois appelée genitalia hypodermic).

Pendant l'acte sexuel, chaque limace poignarde l'autre avec son stylet, qui délivre un liquide prostatique sans doute porteur d'hormones. Selon Rolanda Lange, biologiste de l'évolution, ce liquide peut « augmenter la fécondité de la limace de mer ou inhiber le sperme déposé par les partenaires précédents. »

Lorsque d'autres animaux poignardent leurs partenaires au cours d'un rapport sexuel (ce que l'on appelle « insémination traumatique »), ils transpercent diverses parties du corps. Mais dans une étude dont Rolanda Lange est co-autrice, elle a identifié S. makisig comme « le premier cas connu » d'un animal poignardant son partenaire entre les yeux - peut-être pour mieux influencer le système nerveux central.

 

DESCRIPTION

S. makisig, un gastéropode marin, mesure moins de 6 mm de long. Des marques jaunes et rouges ponctuent son aspect général blanc translucide.

 

HABITAT

Cette limace de mer vit sur des lits de sable à des profondeurs océaniques allant de 6 à 27 mètres environ et se niche généralement dans des formations de microalgues.

 

RÉPARTITION

Le mollusque a été observé dans les eaux au large des Philippines, de l'Australie et de l'Indonésie.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
La femelle dragon de Komodo peut se reproduire sans l'aide d'un mâle
Animaux
Pour le roi des oiseaux, la reproduction est avant tout une question de style
Animaux
Les oxudercinae, ces drôles de poissons qui se reproduisent hors de l'eau
Animaux
Le tatou a le plus gros pénis du règne animal (par rapport à sa taille) et s'accouple en courant
Animaux
Pourquoi ces crapauds sont-ils devenus cannibales ?

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.