Ces poissons changent de sexe jusqu'à 20 fois par jour

Natif des Caraïbes, Serranus tortagarum est un petit poisson hermaphrodite capable de passer d'un sexe à l'autre en un rien de temps.

Publication 21 janv. 2021, 14:31 CET
Un Serranus tortagarum explore le récif corallien bordant le Smithsonian Tropical Research Institute du Panama. Ce ...

Un Serranus tortagarum explore le récif corallien bordant le Smithsonian Tropical Research Institute du Panama. Ce poisson a été identifié à l'aide d'un code couleur unique afin de suivre son comportement pendant la période de reproduction.

Photographie de MARY K. HART

La nature regorge de curiosités, mais l'hermaphrodisme ou le fait de posséder à la fois les organes reproducteurs mâle et femelle pourrait bien être la plus étrange d'entre toutes.

Prenons, par exemple, le poisson Serranus tortugarum. Une étude publiée dans la revue Behavioral Ecology suggère que ces petits poissons des récifs, d'à peine 7 cm de long, alterneraient les rôles sexuels avec leur partenaire jusqu'à 20 fois par jour.

Ces poissons serrans utilisent une stratégie de reproduction qui consiste à « échanger leurs œufs » dans laquelle ils subdivisent leur couvée quotidienne en « parcelles » et alternent leur rôle sexuel avec leur partenaire tout au long du cycle de reproduction.

Ils font preuve d'un investissement remarquable dans l'alternance de leurs rôles sexuels, explique Mary Hart, écologiste de l'évolution à l'université de Floride et auteure principale de l'étude.

Hart a constaté que les spécimens ne produisaient que rarement plus de deux parcelles d'œufs consécutives avant d'échanger leur rôle afin de garantir la réciprocité avec leur partenaire. Cette attention portée à la réciprocité permet d'entretenir la coopération entre partenaires et de réduire la tentation de tromperie.

 

HERMAPHRODISME SIMULTANÉ

La plupart des hermaphrodites effectuent leur transition d'un sexe à l'autre à un certain stade de leur développement, une stratégie appelée hermaphrodisme successif. La transformation est généralement déclenchée par un facteur social ou comportemental, comme la perte d'un mâle dominant dans le groupe social. En revanche, Serranus tortugarum est capable de produire simultanément des gamètes mâle et femelle, spermatozoïdes ou ovules.

Bien que l'hermaphrodisme simultané ne soit pas spécifique au Serranus tortugarum, cette espèce de poisson se distingue par l'absence d'autofécondation. En outre, la fréquence à laquelle Serranus tortugarum change de sexe est particulièrement inhabituelle. Quant à savoir pourquoi ce changement intervient aussi fréquemment, le mystère est total, indique Hart.

Néanmoins, suggère-t-elle, tant que les avantages l'emportent sur leur investissement, cette forme de réciprocité peut se montrer bénéfique sur le plan de la reproduction pour les poissons. Le changement de sexe offre à chaque poisson un retour sur leur temps passé à s'occuper des œufs en leur permettant de féconder ceux de leur partenaire. Agir en tant que mâle et femelle augmente leur chance de transmettre leurs gènes à la génération suivante.

D'après les estimations, l'hermaphrodisme concerne environ 2 % des espèces de poissons, contre seulement une poignée de sous-familles pour l'hermaphrodisme simultané, indique Eric Fischer, expert en écologie de l'évolution pour le Service de recherche du Congrès des États-Unis. Par ailleurs, la plupart des autres poissons hermaphrodites simultanés sont des espèces abyssales difficiles à étudier, ajoute-t-il.

En plus d'être l'une des premières à quantifier les habitudes de reproduction de Serranus tortagarum et d'autres hermaphrodites simultanés, cette étude apporte également les preuves qui corroborent des théories de longue date sur la coopération sexuelle chez les poissons.

 

UNE FIDÉLITÉ À TOUTE ÉPREUVE

Hart a passé six mois au Smithsonian Tropical Research Institute du Panama pour étudier Serranus tortagarum en plongeant quotidiennement aux abords des récifs coralliens où vivent les petits poissons. Au cours de ses recherches, elle a également découvert avec surprise que les serrans faisaient preuve d'une admirable fidélité envers leur partenaire.

« L'ensemble des poissons que j'ai identifiés au cours du premier mois sont restés ensemble pendant l'intégralité de mon séjour, jusqu'à ce que l'un d'entre eux disparaisse du groupe social, » témoigne Hart.

Bien qu'ils ne soient pas totalement monogames, l'accouplement étant parfois interrompu par un intrus mâle s'évertuant à semer la discorde, les poissons retrouvaient jour après jour leur partenaire, et ce, plusieurs mois d'affilée.

 

Retrouvez Aaron Sidder sur Twitter.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.