Combat mortel entre une scolopendre et une souris carnivore

Cette espèce de mille-pattes géant découverte en Asie du Sud-Est a la particularité d'être amphibie, c'est-à-dire de pouvoir survivre sous l'eau : une caractéristique étonnante pour ces animaux qui ne vivent habituellement que sur la terre ferme.

De Mary Bates
Publication 9 sept. 2022, 10:30 CEST
01-giant-centipede-water

Voici Scolopendra cataracta, une nouvelle espèce de mille-pattes qui chasse sous l'eau, une première pour ce groupe d'animaux.

PHOTOGRAPHIE DE Warut Siriwut

Vous pensiez peut-être être en sécurité dans l’eau, mais gare aux mille-pattes amphibies – âmes sensibles s’abstenir.

La première espèce de mille-pattes amphibie jamais découverte appartient à un groupe de mille-pattes géants appelé Scolopendra, qui peut mesurer jusqu’à 20 centimètres de long.

Comme tous les mille-pattes, ce dernier est venimeux et carnivore. Heureusement, cette espèce amatrice d’eau ne semble vivre qu’en Asie du Sud-Est. L’étude décrivant cette créature a été publiée en 2016 dans la revue ZooKeys.

 

UN MILLE-PATTES AMATEUR D’EAU

George Beccaloni, du Musée d’histoire naturelle de Londres, s’en rendu en Thaïlande pour son voyage de noces en 2001. Et comme tout bon entomologiste, il recherchait des insectes partout.

« Où que j’aille dans le monde, je retourne toujours les pierres au bord des ruisseaux, et c’est là que j'ai trouvé ce mille-pattes, ce qui a été une sacrée surprise », raconte Beccaloni.

« Il était visuellement assez horrible : très gros, avec de longues pattes et une terrible couleur sombre, un mélange de vert et de noir. »

Lorsque le scientifique a soulevé la pierre sous laquelle il était caché, le mille-pattes s’est immédiatement échappé dans le cours d’eau, plutôt que dans la forêt. Il a couru le long du lit du cours d’eau et s’est caché sous un rocher.

Avec un peu de difficulté, Beccaloni a capturé le mille-pattes et l’a mis dans un grand récipient d’eau. Selon lui, l’animal est immédiatement allé au fond de l’eau et s’est mis à nager à toute vitesse comme une anguille, en faisant onduler horizontalement son corps. Lorsqu’il l’a sorti du récipient, l’eau a roulé sur le corps du mille-pattes, qui était donc totalement sec.

Beccaloni a rapporté le spécimen au Musée d’histoire naturelle de Londres et a parlé à un expert de ses observations. Ce dernier était sceptique, car les scolopendres vivent habituellement dans des habitats secs, et aucun mille-pattes n’est censé être amphibie. Le spécimen est donc resté dans la collection du musée pendant des années.

 

UNE NOUVELLE ESPÈCE

Ce qu’ils ne savaient pas, c’était que Gregory Edgecombe, un collègue de Beccaloni au musée, et Warut Siriwut, son étudiant en Thaïlande, étaient sur le point de décrire une nouvelle espèce de mille-pattes.

Les deux scientifiques avaient recueilli deux spécimens près de chutes d’eau au Laos, dont l’analyse ADN a confirmé qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce. Ils ont alors nommé le mille-pattes Scolopendra cataracta, en référence au mot latin pour « cascade ».

Beccaloni a partagé les observations du comportement amphibie de son mille-pattes avec Edgecombe, et ils ont confirmé que le spécimen était bien un individu Scolopendra cataracta.

L’espèce entière n’est connue que par quatre spécimens : les deux collectés au Laos, celui trouvé par Beccaloni en Thaïlande, et un quatrième découvert au Vietnam en 1928 et qui se trouvait dans la collection du Musée d’histoire naturelle de Londres, identifié à tort comme une espèce plus commune.

Selon Beccaloni, Scolopendra cataracta exploite une niche écologique différente des autres mille-pattes.

« Les autres Scolopendra chassent sur terre. Je parierais que cette espèce va dans l’eau la nuit pour chasser des invertébrés aquatiques ou amphibies. »

Comme tous les mille-pattes, cette espèce amphibie est venimeuse. Même s’il vaut mieux éviter leur morsure, celle-ci ne devrait pas vous tuer… elle ne ferait que causer une douleur atroce.

Souris carnivore contre scolopendre : combat mortel

« Toutes les grandes Scolopendra peuvent infliger des morsures douloureuses, le "croc" de leur système d’administration du venin étant capable de percer notre peau », explique Edgecombe.

Les morsures de mille-pattes de la même taille et famille que Scolopendra cataracta provoquent une sensation de brûlure qui peut s’étendre sur toute la longueur du bras ou de la jambe, si un doigt ou un orteil est envenimé. Selon Edgecombe, la douleur peut persister pendant plusieurs jours, mais ne devrait pas causer de séquelles durables.

Cette histoire ressemble peut-être un peu au pire cauchemar de certains d’entre nous : si vous allez vous baigner dans un beau petit ruisseau la nuit, il se peut que des mille-pattes géants se cachent dans les profondeurs.

Pour des scientifiques comme Beccaloni et Edgecombe, en revanche, cette trouvaille n’a été qu’une preuve supplémentaire de toutes les merveilles de la nature qu’il nous reste à découvrir.

« On a tendance à étudier les cours d’eau des tropiques pendant la journée, mais il y a probablement tout un éventail d’autres créatures amphibies intéressantes qui sortent la nuit », affirme Beccaloni. « Étudier ces cours d’eau et leur faune serait intéressant pour voir ce qu’il se passe réellement dans l’obscurité. »

Suivez Mary Bates sur Twitter et Facebook.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.